bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les festivals > Festival d’Annecy > Palmarès du Festival d’animation d’Annecy 2019

Palmarès du Festival d’animation d’Annecy 2019

  • Mis à jour : 18 juin

L’édition 2019 du Festival international du film d’animation d’Annecy, de très haute volée, s’est achevée samedi 15 juin avec le triomphe du superbe long métrage« J’ai perdu mon corps », de Jérémy Clapin, déjà primé à la Semaine de la critique, à Cannes.

LONGS METRAGES

- Cristal du long métrage _ « Prix du Public » _ Prix Première : « J’ai perdu mon corps » de Jérémy Clapin
À Paris, la main tranchée d’un jeune homme s’échappe d’une salle de dissection, bien décidée à retrouver son corps. Au cours de sa cavale semée d’embûches à travers la ville, elle se remémore toute sa vie commune avec lui, jusqu’à sa rencontre avec Gabrielle.

- Mention du Jury : « Buñuel après l’âge d’or » de Salvador SIMO
Suite au scandale de la projection de "L’Âge d’or" à Paris en 1930, Luis Buñuel se retrouve totalement déprimé et désargenté. Un ticket gagnant de loterie va changer le cours des choses et permettre à Buñuel de réaliser le film "Terre sans pain".

- Prix Contrechamp : « Away » de Gints ZILBALODIS (Lettonie)
Un garçon et un petit oiseau parcourent une île à moto, essayant de fuir un esprit obscur et de rentrer chez eux.

COURTS METRAGES

- Cristal du court métrage _ Prix du jury junior pour un court métrage - Prix du public : « Mémorable » de Bruno COLLET (France)
Depuis peu, Louis, artiste peintre, et sa femme Michelle vivent d’étranges événements. L’univers qui les entoure semble en mutation. Lentement, les meubles, les objets, des personnes perdent de leur réalisme. Ils se déstructurent, parfois se délitent.

- Prix du jury - Prix de la meilleure musique originale, avec le soutien de la SACEM, dans la catégorie courts métrages : « Oncle Thomas - La comptabilité des jours » de Regina PESSOA (Canada)

- Mention du jury ex æquo – mention spéciale pour la portée sociale : « My Generation » de « Ludovic HOUPLAIN » (France)
D’une impasse à un futur hypothétique, un long travelling arrière sur une autoroute à six voies à bord d’un mystérieux véhicule qui traverse à contresens les grands fléaux de notre époque.

- Mention du jury ex æquo – mention spéciale pour la puissance du scénario : « Pulsión » de Pedro CASAVECCHIA ( Argentine)
Les sentiments obscurs qu’un gamin a accumulés pendant son enfance surgissent avec violence après la mort de sa mère. Exploration de la maltraitance et des dysfonctionnements dans le cadre familial.

- Prix "Jean-Luc Xiberras" de la première œuvre : « La Pluie » de Piotr MILCZAREK (Pologne)
À propos de la conscience collective. Ne pas être responsable de nos actions nous pousse à suivre la foule, et pourrait tourner à la tragédie. Les conséquences de l’hypnose collective sur les personnes qui la combattent et sur la foule.

- Prix du film "Off-Limits" : « Dont Know What » de Thomas RENOLDNER (Autriche)
Le cinéma de divertissement et l’art vidéo fusionnent en une sorte de nouveau genre cinématographique, qui alterne entre vues réelles et animation. On peut également le voir comme une composition musicale.

FILMS DE TELEVISION ET DE COMMANDE

- Cristal pour une production TV : « Panique au village "La Foire agricole" » de Vincent PATAR et Stéphane AUBIER (France, Belgique)
À force de travail et d’abnégation, Indien et Cowboy ont brillamment réussi leurs examens scolaires. En récompense, Cheval a acheté des tickets VIP pour la Grande Foire agricole, mais il tombe et devient amnésique. Il faut retrouver les billets.

- Prix du jury pour une série TV : « Le Parfum d’Irak "Le Cowboy de Fallujah" » de Léonard COHEN (France)
Feurat Alani, un Franco-Irakien, raconte ses vacances, enfant, dans le pays de ses parents, l’Irak. Les souvenirs joyeux - la famille, la chaleur, la glace à l’abricot - se mêlent aux plus tristes - la guerre, l’embargo, la montée de l’extrémisme.

- Prix du jury pour un spécial TV : « La Vie de château » de Clémence MADELEINE-PERDRILLAT, Nathaniel H’LIMI (France)
Orpheline à 8 ans, Violette part vivre avec son oncle Régis, agent d’entretien au château de Versailles. Violette déteste Régis, et lui n’aime pas les enfants... La petite fille têtue et le grand ours vont se dompter et traverser ensemble leur deuil.

- Cristal pour un film de commande : « Ted-Ed "Accents" » de Robertino ZAMBRANO (Australie, États-Unis)
Voici l’ode de Denice Frohman à l’accent portoricain de sa mère. "Je voulais détacher ma mère d’une honte qui ne lui appartenait pas. Je voulais l’inscrire dans une force qu’elle possède."

- Prix du jury : « #TakeOnHistory "Wimbledon" » de SMITH & FOULKES ( Royaume-Uni)
Un voyage magnifiquement illustré et animé à travers l’évolution du tournoi de tennis de Wimbledon, pour l’AELTC.