bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5 bandeau 6

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > LES NANARS SELECTION C&C > Les nanars Péplum > Le Nanar du mois d’avril 2020 : "La Colère des Titans"

Le Nanar du mois d’avril 2020 : "La Colère des Titans"

  • Mis à jour : 2 avril

Suite au visionnage de l’excellent documentaire "Péplum : muscles, glaives et fantasmes" diffusé vendredi 26 mars 2019 qui m’a bien fait rire je vais vous envoyer lors des prochains mois une série de péplum tous plus nanars les uns que les autres. Retour ligne automatique
Cinécandide

La Colère des Titans (Wrath of the Titans) est un péplum hispano-américain réalisé par Jonathan Liebesman en 2012, avec Sam Worthington, Liam Neeson et Ralph Fiennes dans les rôles principaux. C’est la suite du film "Le Choc des Titans" (Clash of the Titans) sorti en 2010 (lui-même un remake du film de Desmond Davis sorti en 1981) réalisé par Louis Leterrier.

FICHE TECHNIQUE
Titre français : « La Colère des Titans »
Titre original : « Wrath of the Titans »
Réalisation : Jonathan Liebesman
Assistants-réalisateurs : Terry Needdhan, William Booker
Scénario : Dan Mazeau, David Leslie Johnson
Musique : Javier Navarrete
Production exécutive : Louis Leterrier
Société de distribution : Warner Bros.
Budget : 150 000 000 $
Pays d’origine : États-Unis, Espagne
Langue originale : anglais
Genre : Mythologie, aventure fantastique
Durée : 95 minutes
Dates de sortie :
Drapeau de la Belgique Belgique : 28 mars 2012
Drapeau de la France France : 28 mars 2012
Drapeau des États-Unis États-Unis : 30 mars 2012

SYNOPSIS
L’histoire se déroule dix ans après les événements du Choc des Titans. Persée est redevenu un simple pêcheur et élève seul son fils de dix ans, Héléos, après la mort de sa femme Io quelque temps auparavant. Pendant ce temps, le manque de dévotion des humains affaiblit les dieux de l’Olympe, qui sont sur le point de perdre le contrôle des monstrueux Titans, en particulier de leur chef, Cronos, vaincu et enfermé dans le Tartare par Zeus, Hadès et Poséidon dans un passé lointain. Reprenant ses complots contre Zeus, Hadès passe un pacte avec le dieu de la guerre, Arès, et Cronos en personne. Tous trois parviennent à capturer Zeus et à l’enfermer dans les Enfers. Les Titans libérés sèment la désolation dans le monde. Persée est alors contraint de sortir de sa retraite ; avec l’aide d’Andromède, d’Agénor fils de Poséidon, et du dieu Héphaïstos, il se met en devoir de libérer Zeus et de sauver l’humanité.

CRITIQUES

Aux États-Unis
La Colère des titans a reçu des critiques largement défavorables à sa sortie. Le site agrégateur de critiques américain Metacritic attribue au film une moyenne de 37 sur 100 sur la base de 32 critiques. Rotten Tomatoes, site britannique du même type, attribue au film la note globale de 27 sur 100 « Rotten » (« Pourri ») sur la base de 172 critiques, avec le résumé suivant : « Ses effets de 3D relief sont en amélioration par rapport à ceux de son prédécesseur, mais sous pratiquement tous les autres rapports La Colère des titans échoue à améliorer le jeu d’acteur guindé, les dialogues raides et l’intrigue chaotique du premier volet de la franchise ».

En France
En France, le site Allociné donne au film une moyenne de 1,8 sur 5 sur la base de cinq critiques de presse.
Plusieurs critiques reconnaissent quelques améliorations par rapport au film précédent, tout en jugeant que le résultat reste très insuffisant. Sur le site Critikat, Vincent Avenel, qui donne au film la note de 2 sur 5, le juge « moins totalement raté que son premier épisode » car « Au moins, les scènes d’action sont lisibles à peu près la moitié du temps » et remarque « quelques idées de mise en scène 3D acceptables », mais il trouve que rien ne change par rapport au premier épisode, qu’il s’agisse du scénario, qui tient davantage de « adaptation officieuse de la série de jeux vidéo God of War » que d’une quelconque fidélité aux épopées mythologiques, ou bien du jeu des acteurs marqué par un « Persée-Worthington (...) toujours aussi atone ». Selon lui, le film « étouffe sous le cahier des charges imposé par son budget ». Dans L’Écran fantastique17, Yann Lebecque voit dans La Colère des titans « [Une] grosse machine sans âme, où les acteurs viennent cachetonner comme d’autres se rendent au bureau, sans vision d’auteur ».

D’autres critiques ne sont pas convaincus du tout. Dans le magazine de cinéma Écran large, Simon Riaux estime « difficile de croire qu’il s’agit là d’un produit fini, tant la chose recèle d’aberrations et d’erreurs techniques, soulignées par un script d’une bêtise rare ». Dans le magazine de cinéma fantastique Mad Movie, Alexandre Poncet juge cette suite de remake « consternante de bout en bout » et estime même de son côté qu’elle « ferait presque regretter l’essai déjà vacillant de Louis Leterrier ».