CYCLE Grands acteurs et actrices français : Serge Reggiani

  • Mis à jour : 10 mai

Serge Reggiani, né le 2 mai 1922 à Reggio d’Émilie (Italie) et décèdé le 22 juillet 2004 à Boulogne-Billancourt (France), est un acteur et un chanteur français d’origine italienne.

BIOGRAPHIE

Né à Reggio d’Émilie, en Émilie-Romagne (Italie), issu d’une famille modeste (son père, Ferruccio Reggiani,

était associé coiffeur, sa mère ouvrière) et antifasciste, Reggiani arrive en France à l’âge de huit ans avec sa famille, à Yvetot en Normandie. Il suit d’abord les traces de son père comme apprenti coiffeur, puis après la lecture d’une petite annonce, s’inscrit au Conservatoire des arts cinématographiques, à Paris, où la famille s’est installée entre temps.

Serge Reggiani prend des cours d’art dramatique auprès de Léon Smet en Belgique. Il reçoit en 1938 le 1er prix de comédie à Paris, et s’inscrit en 1939 au Conservatoire national d’art dramatique. En 1941, il commence sa carrière de comédien dans « Le Loup-Garou » de Roger Vitrac. Il interprète ensuite « Britannicus » auprès de Jean Marais, puis joue dans « Les Parents terribles » de Jean Cocteau.

En 1943, sur le tournage du « Carrefour des enfants perdus » de Léo Joannon, il rencontre la comédienne Janine Darcey, qu’il épouse en 1945. Ils ont deux enfants, Stéphan et Carine, à qui Serge Reggiani transmet la fibre artistique. Ils divorcent en 1955.

Après la guerre, il apparaît très souvent au théâtre ou au cinéma : « Les Portes de la nuit » en 1946,

« Casque d’or » en 1952, qui lui permet de rencontrer Simone Signoret, qui restera toujours son amie,

et qu’il retrouvera plus tard dans « L’Armée des ombres » de Jean-Pierre Melville. Il est un comédien reconnu. Il est naturalisé français en 1948.

Il excelle dans des personnages troubles, comme dans« Manon » d’Henri-Georges Clouzot en 1948

et dans « Marie-Octobre » de Julien Duvivier en 1958.

En 1957, il épouse la comédienne et metteur en scène Annie Noël. Entre 1958 et 1963, ils auront ensemble trois enfants, Célia, qui deviendra pianiste, Simon et Maria.

À partir de 1964, Serge Reggiani s’oriente vers la chanson grâce à Jacques Canetti qu’il a rencontré chez ses amis Simone Signoret et Yves Montand. Jacques Canetti lui propose de participer à l’intégrale 100 chansons de Boris Vian et lui fait découvrir des chansons dont la plupart des textes sont inédits à l’exception du Déserteur.

Son premier disque sort en 1965, en pleine période Yé-Yé, et connaît un succès très encourageant pour un interprète débutant dans la chanson. Diffusée deux jours durant par RTL, la chanson « Arthur, où t’as mis le corps ? » fait l’objet d’un concours où les auditeurs doivent deviner l’interprète-mystère. D’après Reggiani lui-même, seuls trois auditeurs ont trouvé la bonne réponse, alors que des milliers croyaient avoir reconnu Louis de Funès.

Au théâtre, sa performance dans « Les Séquestrés d’Altona » de Jean-Paul Sartre est particulièrement saluée.

En 1966, Barbara, séduite par son premier album de chansons de Boris Vian, lui propose de faire la première partie de son tour de chant. Il entre alors sans le vouloir en concurrence avec son fils Stéphan qui tente de percer en tant que chanteur. Les textes de Vian séduisent la jeunesse de l’époque[réf. nécessaire]. Reggiani est aussi très apprécié par la jeunesse « soixante-huitarde » pour son engagement à gauche. Barbara l’aide à travailler sa voix. En 1967 il enregistre avec Jacques Canetti son second album ; pour cet opus, Serge Reggiani précède certains titres par un poème mis en musique qui introduit le thème de la chanson. Il y interprète avec son timbre de baryton « Le Petit Garçon » - écrit à sa demande par Jean-Loup Dabadie, dont c’est la première chanson

- « Le Déserteur » et « Quand j’aurai du vent dans mon crâne » de Boris Vian,« Les loups sont entrés dans Paris »,

« Ma Liberté » et « Sarah » (deux chansons écrites par Georges Moustaki), « Paris ma rose ».

.. L’album connaît un succès foudroyant et lance la carrière de chanteur de Serge Reggiani.

Il travaille aussi bien avec des compositeurs reconnus - Jacques Datin notamment - qu’avec de nouveaux auteurs dont certains deviendront célèbres : Pierre Tisserand, Serge Bourgois, Albert Vidalie, Georges Moustaki et Jean-Loup Dabadie (qu’il retrouvera de nouveau sur le tournage de « Vincent, François, Paul et les autres » en 1974),

ou encore Maxime Le Forestier et Serge Gainsbourg dans les années 1970. Son fils Stéphan et sa femme, Annie Noël, écriront également pour lui.

Dans les années 1970, Claude Lemesle lui écrit de nombreux textes : « Venise n’est pas en Italie »,

« Le Souffleur » et « Le Barbier de Belleville ». Le parolier assure la direction artistique des derniers albums. De jeunes paroliers, tels Philippe Sizaire, Jacques Roure ou Marilena Orlando écrivent pour lui dans les années 1990. Reggiani chante également les mots de Didier Barbelivien. Michel Legrand et Alain Goraguer ont aussi composé pour lui.

Il tourne deux polars à succès de Roger Pigaut : « Comptes à rebours » en 1970

et « Trois milliards sans ascenseur » en 1972.

Après 16 ans de vie commune, Serge Reggiani et Annie Noël s’éloignent. Ils divorcent en 1973. En 1975 il tourne pour Claude Lelouch, « Le chat et la souris ».

À la fin des années 1970, il se produit sur scène avec son fils Stéphan, puis avec sa fille Carine. Un album est publié, la critique n’est pas tendre. Noëlle Adam, danseuse et actrice partage ensuite sa vie pendant plus de 30 années (une chanson "Noëlle" lui est consacrée). Ils se marièrent en 2003, un an avant la mort de Serge

En 1980, à l’âge de 35 ans, son fils Stéphan met fin à ses jours dans la maison de Mougins où il se trouve avec sa femme et sa grand-mère. Serge utilisera sa voix pour jouer le Ramoneur dans « Le Roi et l’Oiseau ». Bien qu’il ressente moins de goût pour la chanson, Serge Reggiani, soutenu par ses amis, trouve dans le travail la force de lutter contre la dépression et l’alcoolisme pourtant présents. Il continue ainsi de produire des albums qui bénéficient de la faveur du public et rencontre également un grand succès à l’Olympia en 1983 et 1989. En 1986, il tourne dans« L’Apiculteur » de Theo Angelopoulos.

[/Au cours de la décennie 1990, il reprend goût à la vie et se produit sur de nombreuses scènes : le Palais des congrès, les Francofolies, l’Olympia. Il sort un album par an dont 70 balais, puis un tous les deux ans. Il peint également et expose ses œuvres.

Il tient en 1991 le premier rôle du film « De force avec d’autres », réalisé par son fils Simon Reggiani.

En 1995, il participe au Concert des Enfoirés, Les Enfoirés à l’Opéra-Comique. Il se produit à Reggio d’Émilie, sa ville natale, puis encore à Paris à la fin des années 1990.

Le 22 juillet 2004, il meurt d’une crise cardiaque à l’âge de 82 ans. Il repose au cimetière du Montparnasse, 9e division, auprès de ses parents et de son fils Stéphan Reggiani.

HOMMAGES

En 2002, l’année de ses 80 ans, de nombreuses personnalités lui rendent hommage au travers d’un album nommé « Autour de Serge Reggiani ». Il reçoit l’année suivante une Victoire d’honneur ainsi que la cravate de commandeur de l’Ordre du Mérite, remise par Jacques Chirac.

CARRIERE

Le comédien
Théâtre
- 1940 : Le Loup-Garou de Roger Vitrac, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre des Noctambules
- 1941 : Britannicus de Jean Racine, mise en scène, décors et costumes Jean Marais, Théâtre des Bouffes-Parisiens (Paris), Britannicus
- 1944 : Emily Brontë de Madame Simone, mise en scène Gaston Baty, Théâtre Montparnasse
- 1944 : Un homme comme les autres d’Armand Salacrou, mise en scène Jean Wall, Théâtre Saint-Georges
- 1946 : Les Parents terribles de Jean Cocteau, Théâtre du Gymnase
- 1948 : La Terrasse de midi de Maurice Clavel, mise en scène Jean Vilar, Théâtre du Vieux-Colombier
- 1949 : Les Justes d’Albert Camus, mise en scène Paul Œttly, Théâtre Hébertot : Ivan Kaliayev
- 1951 : Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, mise en scène Jean-Pierre Grenier, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
- 1953 : Trésor de Roger Mac Dougall, mise en scène Pierre Dux, Théâtre des Bouffes-Parisiens
- 1953 : La Dévotion de la croix de Pedro Calderón de la Barca, mise en scène Marcel Herrand, Festival d’Angers
- 1954 : Hamlet de William Shakespeare, traduite par Marcel Pagnol, mise en scène Serge Reggiani, Festival d’Angers
- 1959 : Les Séquestrés d’Altona de Jean-Paul Sartre, mise en scène François Darbon, Théâtre de la Renaissance
- 1961 : Les Séquestrés d’Altona de Jean-Paul Sartre, mise en scène François Darbon, Théâtre des Célestins
- 1965 : Les Séquestrés d’Altona de Jean-Paul Sartre, mise en scène François Périer, Théâtre de l’Athénée
- 1967 : Silence, l’arbre remue encore de François Billetdoux, mise en scène Antoine Bourseiller, Festival d’Avignon

Cinéma
Révélé par Marcel Carné et André Cayatte, Serge Reggiani incarne à ses débuts les jeunes premiers au destin dramatique. En 1952, il joue avec Simone Signoret dans Casque d’or réalisé par Jacques Becker. Il tourne par la suite avec Duvivier, Melville, Visconti, Chabrol, Ferreri, Costa Gavras, Angelopoulos, Rouffio, (...), mais c’est certainement avec Claude Sautet et Claude Lelouch qu’il trouve ses meilleurs rôles

Filmographie

Cinéma

1938 - 1949
1938 « Les Disparus de Saint-Agil » de Christian-Jaque - Un élève

1939 Conflit de Léonide Moguy
1939 Saturnin de Marseille d’Yvan Noé
1939 Nuit de décembre de Kurt Bernhardt
1942 Le Voyageur de la Toussaint de Louis Daquin - Bob Eloi
1944 « Le Carrefour des enfants perdus » de Léo Joannon - Jorisse
1945 François Villon de André Zwoboda - François Villon
1945 Étoile sans lumière de Marcel Blistène - Gaston Lansac
1946 « Les Portes de la nuit » de Marcel Carné - Guy Sénéchal
1946 Coïncidences de Serge Debecque - Jean Ménétrier
1947 La Fleur de l’âge - Film resté inachevé- de Marcel Carné
1947 Manu, il contrabbandiere -version italienne- de Lucio di Caro - Manuel Ambrosini
1948 Le Dessous de cartes de André Cayatte - (version française de Manu, il contrabbandiere)
1948 « Manon » de Henri-Georges Clouzot - Léon Lescaut
1949 Retour à la vie, Segment : Le retour de Louis de Jean Dréville - Louis le mari de la jeune Allemande
1949 Les Amants de Vérone de André Cayatte - Angelo
1949 Le Mystère de la chambre jaune de Henri Aisner - Joseph Rouletabille, le journaliste détective
1949 Le Parfum de la dame en noir de Louis Daquin - Joseph Rouletabille, le journaliste détective
1949 Au royaume des cieux de Julien Duvivier - Pierre

1950 - 1959

1950 Les Anciens de Saint-Loup de Georges Lampin - L’abbé Paul Forestier
1950 Une fille à croquer (ou Le petit chaperon rouge) de Raoul André - Jean-Louis dit : "Lou"
1950« La Ronde » de Max Ophüls - Le soldat Frantz

1951 Les Chemises rouges (Camicie rosse) de Goffredo Alessandrini - Lantini
1951 Vedettes sans maquillage - court métrage- de Jacques Guillon - Il tient son propre rôle
1952 Secret People de Thorold Dickinson - Louis
1952 « Casque d’or » de Jacques Becker - Georges Manda, le menuisier
1952 Fille dangereuse (Bufere) de Guido Brignone - Serge Parnell
1952 Les Hommes de la nuit - court-métrage, documentaire - de Henri Fabiani - narrateur
1953 Les Anges déchus (Il mondo le condanna) de Gianni Franciolini - André
1953 La Bergère et le Ramoneur - Dessin animé - de Paul Grimault - Il prête sa voix au ramoneur
1953 Un acte d’amour (Act of love) de Anatole Litvak - Claude Lacaud
1954 « Napoléon » de Sacha Guitry - Lucien Bonaparte
1955 : Les salauds vont en enfer de Robert Hossein : Rudel
1956 La Femme du jour (La donna del giorno) de Francesco Maselli - Mario
1957 Élisa, de Roger Richebé - Bernard Voisin
1957 Échec au porteur de Gilles Grangier - Bastien Sassey
1957 Un ettaro di cielo de Alberto Casadio
1957 La Seine a rencontré Paris - court métrage, documentaire - de Joris Ivens - Il assure le commentaire du film
1957 Paris à la manière de... - court métrage, documentaire - de Jean Thierry - Il assure le commentaire du film
1957 Quand les fleuves changent de chemin - court métrage, documentaire - de Daniel Leconte - Il assure le commentaire du film
1958 Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois - Enjolras -Dans la seconde époque du film-
1958 « Marie-Octobre » de Julien Duvivier - Antoine Rougier, l’imprimeur
1958 Passager clandestin de Ralph Habib - Alfred Mougins
1960 - 1969
1960 La Grande Pagaille (Tutti a casa) de Luigi Comencini - Ceccarelli
1960 Les Années folles - Documentaire - de Miréa Alexandresco et Henri Torrent - Il assure le commentaire du film
1961 Paris Blues (Paris blues) de Martin Ritt - Michel Duvigne
1961 La Dernière attaque (en) (La guerra continua) de Leopoldo Savona - Libero
1961 « Le Guépard » (Il gattopardo) de Luchino Visconti - Don Francisco Ciccio Tuméo

1961 « Le Doulos » de Jean-Pierre Melville - Maurice Faugel

1961 À cheval sur le tigre de Luigi Comencini
1961 Pueblo en armas - Documentaire - de Joris Ivens - Il est le narrateur du film
1962 Les Hommes de la nuit - court métrage de Henri Fabiani (voix)
1963 Bestiaire d’Amour - Documentaire - de Gérard Calderon - Il est le narrateur du film
1964 Aurélia - court métrage - de Anne Dastrée - Il assure le commentaire du film
1964 L’Enfer - Film resté inachevé -de Henri-Georges Clouzot - Marcel
1965 Marie-Chantal contre docteur Kha de Claude Chabrol - Ivanov
1966 La Vingt-cinquième Heure de Henri Verneuil - Trajan Koruga
1966 « Les Aventuriers » de Robert Enrico - Le pilote

1967 I sette fratelli Cervi de Gianni Puccini - Ferrari
1968 La Mafia fait la loi (Il giorno della civetta) de Damiano Damiani - Parrinieddu
1968 Les Autres - court métrage - de Maurice Cohen - Il assure la narration du film
1969 « L’Armée des ombres » de Jean-Pierre Melville - Le coiffeur
1969 36, Le grand tournant - Documentaire - de Henri de Turenne - Il assure le commentaire du film

1970 - 1979

1970 « Comptes à rebours » de Roger Pigaut - François Nolan
1970 The amusements - court métrage - de Michel Lang
1972 « Trois milliards sans ascenseur » de Roger Pigaut - Pierrot
1972 Les Caïds de Robert Enrico - Thia
1972 Sartre par lui-même - Film documentaire - de Alexandre Astruc, Michel Contat, Guy Sélignan - Il assure le commentaire du film
1974 « Vincent, François, Paul et les autres » de Claude Sautet - Paul
1974 Touche pas à la femme blanche de Marco Ferreri - L’indien fou
1975« Le Chat et la Souris » de Claude Lelouch - Le commissaire Lechat
1976 Le Bon et les Méchants de Claude Lelouch - Le chef de la résistance
1976 Une fille cousue de fil blanc de Michel Lang - Jérôme, le père
1976 La Communion solennelle de René Ferret - Seulement la voix et chanson de S.Reggiani
1977 Violette et François de Jacques Rouffio - Le père de François
1979 La Terrasse (La terrazza) de Ettore Scola - Sergio
1980 - 1988
1980 L’Empreinte des géants de Robert Enrico - Fouldroule
1980 Fantastica de Gilles Carle - Euclide Brown
1986« L’Apiculteur » (O Mélissokomas) de Theo Angelopoulos - Sick-man
1986 Enas Melissokomas Petheni - O Allea mythos - Documentaire - de Maria Hatzimichali Papliou - Il assure le commentaire du film
1986 Mauvais Sang de Leos Carax - Charlie, plus interprétation des chansons.
1988 Ne réveillez pas un flic qui dort de José Pinheiro - Le Stéphanois
1988 Coupe franche de Jean-Pierre Sauné - Mathieu
1990 - 1998
1990 Il y a des jours... et des lunes de Claude Lelouch - Le père de Sophie, retraité nostalgique
1990 Plein fer de Josée Dayan - Emilio
1990 J’ai engagé un tueur (I hired contact killer) de Aki Kaurismaki - Vic
1991 Zani - court métrage - de Simon Reggiani
1992 De force avec d’autres de Simon Reggiani - Sergio
1992 La Vie de bohème de Aki Kaurismaki - Seulement la musique
1993 Emile des roses (Rosenemil) de Radu Gabréa - Le docteur Lévy
1995 Le Petit Garçon de Pierre Granier-Deferre - Germain
1997 Héroïnes de Gérard Krawczyk - Montgolfier
1998 El pianista de Mario Gas - Rossell
1998 Plus fort que tout - court métrage - de Hugues Deniset

Télévision

1955 : Les Enquêtes du commissaire Prévost - Feuilleton en 32 épisodes de 15 min - de Vicky Ivernel - Le commissaire Prévost
1956 : Cartouche
1957 : Mangeront-ils ? de Jean Kerchbron
1958 : Crime et Châtiment (d’après Dostoïevski)
1959 : Le Lys dans la vallée (d’après Balzac)
1959 : Son dernier round
1959 : Gros plan
1960 : Il Musichiere
1960 : Il Novelliere
1961 : I Giacobini (it) de Edmo Fenoglio (it) (d’après Federico Zardi (it)) - Maximilien de Robespierre
1962 : Il Giornalaccio
1962 : Lucien de Rubempré (d’après Balzac)
1966 : Tom Jones (d’après Henry Fielding)
1970 : La Joie de vivre (Henri Spade)
1972 : Entrez sans frapper (Jacques Rutman)
1977 : Paris ma rose "Pierrot la chanson" de Jacques Audoir - Participation en chanteur
1977 : A perte de vie, Jacques Prévert - Documentaire - de Georges Ferraro - Témoignage de S. Reggiani
1980 : Il n’y a plus de héros au numéro que vous avez demandé de Pierre Chabartier - Hubert Petit-Pont
1980 : Le téléphone hanté
1985 : L’écho de Maurice Failevic - Le vieux berger
1985 : Cinecitta (Vittorio De Sisti)
1988 : L’éterna giovinezza de Vittorio De Sisti
1989 : Le grand beau de Bernard Choquet
1997 : Le pianiste (Mario Gas)
1998 : La clé des champs - Feuilleton en 6 épisodes - de Charles Némès - José Pujol

Le chanteur
Serge Reggiani chante Boris Vian (Arthur, où t’as mis le corps ?, Le Déserteur, [...]) et Jacques Prévert. Il doit à Georges Moustaki de nombreux succès : Ma liberté (*), « Ma solitude » (*), Madame Nostalgie, « Votre fille a vingt ans » (*), Sarah (* titres également interprétés par Moustaki). Serge Reggiani compte également parmi ses grands succès « Il suffirait de presque rien »

et « Les loups sont entrés dans Paris ». Sa dernière chanson « Le temps » qui reste agrémente le générique de fin du film de Jean Becker Deux jours à tuer (2008).