Disparition de de Olivia de Havilande

  • Mis à jour : 27 juillet

Olivia Mary de Havilland, née le 1er juillet 1916 à Tokyo (Japon) et morte le 26 juillet 2020 à l’âge de 104 ans dans le 16e arrondissement de Paris (France), est une actrice britannique de naissance, naturalisée américaine puis française.

Elle a joué dans 49 films et était considérée, après la mort de l’acteur Kirk Douglas, comme la dernière « légende vivante » de l’Âge d’or de Hollywood et un témoin de cette époque.

Sœur de l’actrice Joan Fontaine, elle était au moment de sa mort la seconde actrice la plus âgée au monde, juste après celle qui la double en français dans beaucoup de ses films, Renée Simonot (née en 1911), la mère de Catherine Deneuve.

BIOGRAPHIE

Jeunesse et famille

Olivia Mary de Havilland naît à Tokyo au Japon. Elle est la fille de l’avocat spécialisé dans les brevets Walter de Havilland (1872-1968)7 et de l’actrice Lillian Fontaine (1886-1975). Sa sœur cadette est l’actrice Joan Fontaine (1917-2013). Les deux sœurs sont devenues automatiquement citoyennes du Royaume-Uni en vertu du droit du sang.

Ses parents divorcent quand elle a deux ans ; sa mère quitte alors Tokyo en 1918 avec ses deux filles et va s’installer à Saratoga en Californie, où elle se remarie avec George Fontaine, le propriétaire d’une chaîne de magasins. La jeune Olivia poursuit ses études au lycée de Los Gatos puis au couvent Notre-Dame à Belmont.

En 1933, alors adolescente, elle fait ses débuts au théâtre amateur dans une pièce intitulée « Alice in Wonderland », une production de la Saratoga Community Players basée sur le roman de Lewis Carroll.

Carrière

La carrière cinématographique d’Olivia de Havilland débute avec« Alibi Ike » de Ray Enright en 1935.

Elle apparaît sur scène la même année à l’Hollywood Bowl dans le rôle de Hermia du« Songe d’une nuit d’été », adaptée au cinéma avec la même distribution.

Elle partage par la suite l’affiche avec Errol Flynn dans de nombreux films populaires tels que « Capitaine Blood »

et « La Charge de la brigade légère » en 1936, et « Les Aventures de Robin des Bois » en 1938..

Elle prête ses traits à Melanie Wilkes dans « Autant en emporte le vent » en 1939, ce qui lui vaut une nomination pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle (que Hattie McDaniel, qui joue Mama dans le même film, remportera).

En 1941, elle est naturalisée américaine. Elle et sa sœur sont nommées à l’Oscar de la meilleure actrice en 1942. C’est Joan qui l’emporte pour son rôle dans « Soupçons » d’Alfred Hitchcock face à Olivia dans « Par la porte d’or ».

Pendant la même époque, l’actrice, de plus en plus frustrée par les rôles qui lui sont attribués, estime être capable de jouer d’autres rôles que les sages demoiselles en détresse stéréotypées et commence à refuser les scénarios proposés pour ce type de personnages. À cause de la loi permettant aux studios de suspendre les contrats des acteurs en cas de rejet d’un rôle, la période de suspension fut ajoutée à la durée du contrat. En théorie, ceci permettait à un studio de maintenir indéfiniment son contrôle sur un contractuel. N’acceptant plus cette situation, Olivia de Havilland leur en intenta un procès dans les années 1940 et celui-ci porta ses fruits ; de ce fait, le pouvoir des studios fut réduit et étendit la liberté des acteurs. Cette décision fut l’un des actes légaux les plus importants et de plus grande envergure jusqu’alors à Hollywood. Le courage d’Olivia en intentant ce procès lui valut le respect et l’admiration de ses collègues.

La qualité et la variété de ses rôles commence à s’améliorer. Après trois années d’absence, elle fait son retour dans « À chacun son destin » (1946). Dans le rôle d’une mère qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, tente de retrouver son fils, elle obtient l’Oscar de la meilleure actrice. Les critiques sont élogieuses envers ses nouveaux rôles.

Les critiques sont unanimes quant à sa prestation dans « La Fosse aux serpents » (1948). Ce film est l’un des premiers à tenter de réaliser un portrait réaliste de la maladie mentale et Olivia de Havilland est louée pour sa volonté de jouer un personnage totalement dénué de glamour et de se confronter à tant de sujets controversés.

Elle remporte un deuxième Oscar pour« L’Héritière » en 1950. Son interprétation d’une jeune fille riche qui prend conscience que seul son argent intéresse ses soupirants est, selon les critiques, « remarquable » et « à glacer le sang »

Elle tourne de moins en moins de films à partir des années 1950. Elle refuse le rôle de Blanche Dubois dans « Un tramway nommé Désir » parce que « je venais de donner naissance à mon fils et je ne pouvais plus le faire » et non parce qu’elle aurait trouvé le script immoral comme cela fut rapporté. Le rôle est finalement attribué à sa partenaire d’Autant en emporte le vent, Vivien Leigh, pour lequel celle-ci remporte un Oscar.

Elle est nommée pour un Golden Globe pour sa performance dans « Ma cousine Rachel » (1952) aux côtés de Richard Burton.

Elle est ensuite dirigée par Terence Young dans « La Princesse d’Eboli » (1955)

et Stanley Kramer dans « Pour que vivent les hommes » (également en 1955) où elle donne la réplique à Robert Mitchum et Frank Sinatra.

En 1953, elle a un coup de foudre pour Paris qu’elle découvre pour la première fois et décide d’y vivre, déclarant que « la France est le seul pays où je me sente vraiment chez moi ». En 1964, elle joue, dans le thriller « Une femme dans une cage », une femme handicapée persécutée par un groupe de jeunes. La même année, elle donne la réplique à Bette Davis qui la choisit pour succéder à Joan Crawford dans « Chut... chut, chère Charlotte ». En 1965, elle devient la première femme à être présidente du jury au Festival de Cannes.

En 2003, elle préside la 75e cérémonie des Oscars. En 2005, pour le 65e anniversaire de la sortie de Autant en emporte le vent, Turner Classic Movies diffuse un documentaire rétrospectif, « Melanie Remembers », dans lequel Olivia de Havilland est interviewée. À 88 ans, elle se remémore tous les détails de son casting (elle était en contrat avec la Warner qui refusait d’abord de la prêter à Selznick) et du tournage.

VIE PRIVEE
Olivia de Havilland épouse en 1946 le romancier américain Marcus Goodrich (en) et donne naissance à un fils, Benjamin (1949-1991), qui deviendra mathématicien. Elle divorce en 1954, puis épouse en secondes noces en 1955, à Yvoy-le-Marron en Sologne, le journaliste français Pierre Galante, dont elle divorce en 1979. De cette union naîtra Gisèle en 1956, qui se consacre au journalisme. Elle habitait au 3, rue Bénouville, dans le 16e arrondissement de Paris.

RIVALITE FAMILIALE

Le biographe Charles Higham rapporte que les deux sœurs ont entretenu une relation difficile dès la prime enfance, Olivia de Havilland déchirant les vêtements de sa cadette, Joan Fontaine. Il semble en réalité que la querelle entre les sœurs ait eu comme origine le fait que Joan considérait que leur mère avait toujours préféré Olivia.

En 1942, elles sont toutes deux nommées pour l’Oscar de la meilleure actrice. Joan Fontaine le remporte finalement pour son rôle dans Soupçons, Olivia de Havilland étant nommée pour Par la porte d’or. D’après Charles Higham, Joan Fontaine « se sentit coupable d’avoir gagné étant donné son manque d’ambition de carrière… » Toujours est-il que lors de cette soirée, Joan Fontaine refusa les félicitations de sa sœur au moment où elle se leva pour monter sur scène recevoir son prix. Plusieurs années plus tard, Olivia de Havilland devait se souvenir du comportement de sa sœur et lui rendit la pareille, en refusant de la saluer lors d’une soirée ; il faut préciser que Joan Fontaine venait de tenir des propos peu amènes sur son beau-frère.

Les relations entre les deux sœurs continuèrent à se détériorer après l’incident des Oscars en 1942. D’après Charles Higham, c’est le premier accroc de ce qui deviendra une brouille à vie, les deux sœurs ne se parlant plus à partir de 1975. Joan Fontaine dira même : « Je me suis mariée la première, j’ai gagné l’Oscar avant Olivia et, si je meurs la première, elle sera sans doute folle de rage parce que je l’aurai encore battue ».

DECES
Olivia de Havilland s’éteint le 26 juillet 2020 à l’âge de 104 ans à son domicile parisien. Son agente, Lisa Goldberg, annonce à la presse qu’Olivia de Havilland « est décédée paisiblement de cause naturelle ». Elle était la doyenne des acteurs américains. Depuis 1953, Olivia de Havilland vivait en France. En septembre 2010, le président Nicolas Sarkozy l’avait décorée de la Légion d’honneur.

FILMOGRAPHIE

CINEMA

- Capitaine Blood (1935).
- Une journée de printemps (1937).
- La Piste de Santa Fe (1940).
- The Strawberry Blonde (1941).
- L’Héritière (1949).
- 1935 : Alibi Ike de Ray Enright : Dolly Stevens
- 1935 : Tête chaude (The Irish in Us) de Lloyd Bacon : Lucille Jackson
- 1935 : Le Songe d’une nuit d’été (A Midsummer Night’s Dream) de William Dieterle et Max Reinhardt : Hermia
- 1935 : Capitaine Blood (Captain Blood) de Michael Curtiz : Arabella Bishop
- 1935 : A Dream Comes True de George Bilson (court-métrage) : Elle-même
- 1936 : Anthony Adverse de Mervyn LeRoy : Angela Giuseppe
- 1936 : La Charge de la brigade légère (The Charge of the Light Brigade) de Michael Curtiz : Elsa Campbell
- 1936 : The Making of a Great Motion Picture (court-métrage) : Elle-même
- 1937 : Une journée de printemps (Call It a Day) d’Archie Mayo : Catherine « Cath » Hilton
- 1937 : L’Aventure de minuit (It’s Love I’m After) d’Archie Mayo : Marcia West
- 1937 : Le Grand Garrick (The Great Garrick) de James Whale : Germaine de la Corbe
- 1938 : La Bataille de l’or (Gold Is Where You Find It) de Michael Curtiz : Serena « Sprat » Ferris
- 1938 : Les Aventures de Robin des Bois (The Adventures of Robin Hood) de Michael Curtiz : Dame Marianne
- 1938 : Quatre au paradis (Four’s a Crowd) de Michael Curtiz : Lorri Dillingwell
- 1938 : Une enfant terrible (Hard to Get) de Ray Enright : Margaret « Maggie » Richards
- 1939 : A Day at Santa Anita (court-métrage) de Crane Wilbur : Elle-même
- 1939 : Les Ailes de la flotte (Wings of the Navy) de Lloyd Bacon : Irene Dale
- 1939 : Les Conquérants (Dodge City) de Michael Curtiz : Abbie Irving
- 1939 : La Vie privée d’Élisabeth d’Angleterre (The Private Lives of Elizabeth and Essex) de Michael Curtiz : Lady Penelope Gray
- 1939 : Autant en emporte le vent (Gone with the Wind) de Victor Fleming : Melanie Hamilton
- 1939 : Raffles, gentleman cambrioleur (Raffles) de Sam Wood : Gwen
- 1940 : My Love Came Back de Curtis Bernhardt : Amelia Cornell
- 1940 : La Piste de Santa Fe (Santa Fe Trail) de Michael Curtiz : Kit Carson Holliday
- 1941 : The Strawberry Blonde de Raoul Walsh : Amy Lind Grimes
- 1941 : Par la porte d’or (Hold Back the Dawn) de Mitchell Leisen : Emily Agnes « Emmy » Brown
- 1941 : La Charge fantastique (They Died with Their Boots On) de Raoul Walsh : Elizabeth Bacon
- 1942 : Si Adam avait su... (The Male Animal) d’Elliott Nugent : Ellen Turner
- 1942 : L’amour n’est pas en jeu (In This Our Life) de John Huston : Roy Timberlake Kingsmill
- 1943 : Show Business at War (court-métrage) de Louis De Rochemont : Elle-même
- 1943 : La Petite Exilée (Princess O’Rourke) de Norman Krasna : Princesse Maria
- 1943 : Remerciez votre bonne étoile (Thank Your Lucky Stars) de David Butler : Elle-même
- 1943 : L’Exubérante Smoky (Government Girl) de Dudley Nichols : Elizabeth « Smokey » Allard
- 1946 : À chacun son destin (To Each His Own) de Mitchell Leisen : Miss Josephine Norris
- 1946 : La Vie passionnée des sœurs Brontë, Devotion de Curtis Bernhardt : - Charlotte Brontë
1946 : Champagne pour deux (The Well-Groomed Bride) de Sidney Lanfield : Margie Dawson
- 1946 : La Double Énigme (The Dark Mirror) de Robert Siodmak : Terry/Ruth Collins
- 1948 : La Fosse aux serpents (The Snake Pit) d’Anatole Litvak : Virginia Stuart Cunningham
- 1949 : L’Héritière (The Heiress) de William Wyler : Catherine Sloper
- 1952 : Ma cousine Rachel (My Cousin Rachel) d’Henry Koster : Rachel
- 1955 : La Princesse d’Eboli (That Lady) de Terence Young : Ana de Mendoza
- 1955 : Pour que vivent les hommes (Not as a Stranger) de Stanley Kramer : Kristina Hedvigson
- 1956 : La Fille de l’ambassadeur (The Ambassador’s Daughter) de Norman Krasna : Joan Fisk
- 1958 : Le Fier Rebelle (The Proud Rebel) de Michael Curtiz : Linnett Moore
- 1959 : La nuit est mon ennemie (Libel) d’Anthony Asquith : Lady Margaret Loddon
- 1962 : Lumière sur la piazza (Light in the Piazza) de Guy Green : Meg Johnson
- 1964 : Une femme dans une cage (Lady in a Cage) de Walter Grauman : Cornelia Hilyard
- 1964 : Chut... chut, chère Charlotte (Hush… Hush, Sweet Charlotte) de Robert Aldrich : Miriam Deering
- 1970 : Les Derniers Aventuriers (The Adventurers) de Lewis Gilbert : Deborah Hadley
1972 : Jeanne, papesse du diable (Pope Joan) de Michael Anderson : Mère supérieure
- 1977 : Les Naufragés du 747 (Airport ’77) de Jerry Jameson : Emily Livingston
- 1978 : L’Inévitable Catastrophe (The Swarm) d’Irwin Allen : Maureen Schuster
- 1979 : Le Cinquième Mousquetaire, (The Fifth Musketeer) de Ken Annakin : La reine mère
- 2009 : I Remember Better When I Paint (documentaire) d’Eric Ellena et Berna Huebner : Narratrice

TELEVISION

1965 : La Grande Vallée (The Big Valley) (série télévisée) : Mme Hadley
1966 : ABC Stage 67 (série télévisée) : Ellie Thompson
1968 : The Danny Thomas Hour (en) (série télévisée) : Deborah Rubin
1972 : L’Enterrée vive (The Screaming Woman) de Jack Smight (téléfilm) : Laura Wynant
1979 : Racines : les Nouvelles génération (Roots : The Next Generations) (série télévisée) : Mme Warner
1981 : La croisière s’amuse (The Love Boat) (série télévisée) : Tante Hilly
1982 : Un meurtre est-il facile ? (Murder Is Easy) (téléfilm) : Honoria Waynflete
1982 : The Royal Romance of Charles and Diana (téléfilm) : La reine mère
1986 : Nord et Sud 2 (North and South II) (feuilleton TV) : Mme Neal
1986 : Anastasia (Anastasia : The Mystery of Anna) (téléfilm) : L’impératrice douairière Maria Fedorovna
1988 : Les Windsor, la force d’un amour (The Woman He Loved) (téléfilm) : Tante Bessie Merryman