CYCLE Grands acteurs et actrices français _ Pierre BRASSEUR

  • Mis à jour : 4 octobre

Pierre-Albert Espinasse, dit Pierre Brasseur, est un acteur français né le 22 décembre 1905 à Paris et mort le 14 août 1972 à Brunico (Italie). Membre d’une dynastie de comédiens célèbres, il est le père de Claude Brasseur, lui-même père d’Alexandre Brasseur.

BIOGRAPHIE

Pierre Albert Espinasse naît à Paris dans le XVIIe arrondissement, 14 rue Darcet. Il adopte par la suite le nom de naissance de sa mère, Germaine Nelly Brasseur, comme nom de scène. Âgé de six ans, il est témoin d’une des premières attaques de la bande à Bonnot et a pour ami d’enfance Jean Gabin.

Après ses études, il échoue au concours d’entrée au Conservatoire, puis suit des cours d’art dramatique dispensés par Harry Baur et Fernand Ledoux au Conservatoire Maubel.

Il est l’intime de Pablo Picasso, Jean Cocteau, Max Jacob, de Louis Aragon qui l’introduit dans le groupe surréaliste où il fait la connaissance d’André Breton, Paul Éluard, Benjamin Péret, Raymond Queneau. Grâce à Aragon, Robert Desnos et Jacques Prévert, il publie ses premiers textes dans La Révolution surréaliste. Il a écrit ensuite plusieurs pièces :« L’Ancre noire » (1927), « Sainte Cécile » (1944),« Un ange passe » (1943), « L’Enfant de Poméranie » (1945).

En 1924, il fait à la fois ses débuts au théâtre chez Lugné-Poe au Théâtre de l’Œuvre, et au cinéma avec Jean Renoir dans « La Fille de l’eau ».

Il incarne d’abord principalement des personnages de gigolos, puis il rencontre Jacques Prévert qui donnera un tournant important à sa carrière et avec qui il tourne « Un oiseau rare » (1935) de Richard Pottier.

Il trouve son premier vrai grand rôle dans l’interprétation du peintre alcoolique de « Lumière d’été » de Jean Grémillon.

Déjà renommé comme acteur de théâtre il devient populaire auprès du grand public avec son interprétation d’un voyou souffleté par Jean Gabin dans « Le Quai des brumes » (1938) de Marcel Carné

et surtout avec son rôle de Frédérick Lemaître dans « Les Enfants du paradis ».

Sa filmographie s’enrichit d’oeuvres incontournables : « Rocambole » en 1947, « Barbe-Bleue » de Christian-Jaque en 1951,

ou encore le passionnant « Le Plaisir » dirigé par Max Ophüls en 1952.

Il offre une superbe prestation de Lucien Maublanc, le rejeté des « Les grandes familles » (1958) , d’après l’œuvre de Maurice Druon, dans un extraordinaire face-à-face avec Jean Gabin.

Mais sa véritable passion est de jouer sur les planches. Il triomphe avec « Le Sexe faible » d’Édouard Bourdet, dans « Kean », où il incarne le grand acteur anglais raconté par Alexandre Dumas père, dans « Les Mains sales » et « Le Diable et le Bon Dieu » de Jean-Paul Sartre, comme dans « Tchao » de Marc-Gilbert Sauvajon ou dans « Dom Juan aux Enfers » de George Bernard Shaw aux côtés de Paul Meurisse.

En 1953, il magnifie deux films de Georges Combret, « La Pocharde » et « Raspoutine ».

En 1960, il s’affiche dans « Les Yeux sans visage » de Georges Franju

, cinéaste qu’il retrouve en 1961 pour « Pleins feux sur l’assassin ».

Durant cette décennie, Pierre Brasseur complète sa filmographie devant les caméras de Gérard Oury (« Le Crime ne paie pas »), Marc Allégret « L’Abominable Homme des douanes », Michel Deville (« Lucky Jo » ), Pierre Granier-Deferre (« La Métamorphose des cloportes »),

Jean-Paul Rappeneau (« La Vie de château »),ou encore Romain Gary (« Les oiseaux vont mourir au Pérou »). En 1966, dans un rôle à contre-emploi, il campe un truculent général Géranium dans le film de Philippe de Broca « Le roi de cœur ».

Il publie en 1972 son autobiographie, Ma vie en vrac, qu’il présente à la télévision dans Italiques.

Il fait l’une de ses dernières apparitions à l’écran dans l’épisode « Meurtre par intérim » des Cinq Dernières Minutes avec Raymond Souplex. Dans cet épisode où il incarne un entrepreneur en bâtiment surmené et menacé, il tourne une scène avec Rellys (dont ce sera l’avant-dernier rôle à l’écran). Lors de la scène, le médecin venu ausculter la femme de Rellys lui prophétise une crise cardiaque et lui demande de passer sans tarder à son cabinet.

La réalité rejoindra la fiction quelques semaines après le tournage : Pierre Brasseur meurt le 14 août 1972 à Brunico en Italie, d’une crise cardiaque, à la suite d’une crise d’emphysème, pratiquement dans les bras de Claude Dauphin, son partenaire du film avec qui il était en train de tourner « La Plus Belle Soirée de ma vie ». Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 59).

VIE PRIVEE

Il épouse Odette Joyeux, actrice, le 16 août 1935.

Leur fils Claude, né en 1936, deviendra aussi comédien, de même que le fils de ce dernier, Alexandre, né en 1971. Il divorce le 23 juillet 1945 et épouse la pianiste Lina Magrini (décédée en 1970). Le couple divorcera. Il vit plusieurs années jusqu’à son décès, avec la chanteuse Catherine Sauvage.

PRIX ET RECOMPENSES

1958 : Victoires du cinéma français du meilleur acteur
1958 : Etoile de Cristal du meilleur acteur dans « Porte des Lilas »

1961 : Prix du Brigadier pour Cher Menteur de Jerome Kilty, théâtre de l’Athénée

FILMOGRAPHIE

Cinéma

1924 : La Fille de l’eau de Jean Renoir
1924 : Catherine d’Albert Dieudonné : le type de l’appareil à sous
1925 : Madame Sans-Gêne de Léonce Perret
1927 : Feu ! de Jacques de Baroncelli
1930 : Ce qu’on dit, ce qu’on pense, court-métrage dont l’auteur est inconnu
1930 : Un trou dans le mur de René Barberis : Anatole
1931 : Circulez ! de Jean de Limur : Jean Dupont-Desroches
1931 : Papa sans le savoir de Robert Wyler : Jean
1931 : Un rêve blond d’André Daven et Paul Martin : Maurice II
1932 : La Chanson d’une nuit d’Anatole Litvak : Koretzky
1932 : Une faim de loup, court-métrage de Germain Fried et C.A Morskoï
1932 : IF1 ne répond plus de Karl Hartl : Georges
1932 : Moi et l’impératrice de Paul Martin et Friedrich Hollander : Didier
1932 : Mon ami Victor d’André Berthomieu : Edgard Flachon
1932 : Quick de Robert Siodmak : Maxime
1932 : Le Vainqueur d’Hans Hinrich et Paul Martin : Hunter
1932 : Voyage de noces d’Erich Schmidt et Germain Fried : Rudi
1933 : Incognito de Kurt Gerron : Marcel, le garçon de café
1933 : Une heure de rêve, court-métrage de Joseph Tzipine
1933 : Je suis un as, court-métrage de Joseph Tzipine
1933 : Le Médecin de service, court-métrage d’André Cerf
1933 : L’Oncle de Pékin de Jacques Darmont : Philippe
1933 : Le Sexe faible de Robert Siodmak : Jimmy
1933 : Vacances conjugales, court-métrage d’Edmond T. Gréville : Pierre
1934 : Caravane de Erik Charell : le lieutenant Tokaï
1934 : Une étoile filante, court-métrage de Jean-Louis Bouquet
1934 : La Garnison amoureuse de Max de Vaucorbeil : Pierre
1934 : Jonny, haute-couture de Serge de Poligny : Jonny
1934 : Le Miroir aux alouettes de Hans Steinhoff et Roger Le Bon : Jean Forrestier
1935 : Quadrille d’amour de Richard Eichberg et Germain Fried : Robert Lancelot
1935 : Le Bébé de l’escadron ou Quand la vie était belle de René Sti : Max
1935 : Bout de chou de Henry Wulschleger : Georges Darnetal
1935 : Jeunesse d’abord de Jean Stelli et Claude Heymann : Stéphane Minot
1935 : « Un oiseau rare » de Richard Pottier : Jean Berthier
1936 : Une femme qui se partage de Maurice Cammage : Louis Cornette
1936 : Le Mari rêvé de Roger Capellani : René Daroy
1936 : Passé à vendre de René Pujol : Bob
1936 : Les Pattes de mouche de Jean Grémillon : Michel
1936 : Prête moi ta femme de Maurice Cammage : Gontran
1936 : La Reine des resquilleuses de Max Glass : Fred Woolson
1936 : La Valse éternelle de Max Neufeld : le prince Georges
1936 : Vous n’avez rien à déclarer de Léo Joannon : Edmond de Trivelin
1937 : Mademoiselle ma mère d’Henri Decoin : Georges Letournel
1937 : Le Schpountz de Marcel Pagnol : Cousine
1937 : Claudine à l’école de Serge de Poligny : le docteur Dubois
1937 : Hercule d’Alexandre Esway : Bastien
1938 : Café de Paris de Georges Lacombe et Yves Mirande : Le Rec
1938 : Frères corses de Géo Kelber : Tonio
1938 : Giuseppe Verdi, ou Le roman d’un génie de Carmine Gallone : Alexandre Dumas
1938 : Gosse de riche de Maurice de Canonge : Pierre Mougins
1938 : Grisou de Maurice de Canonge : Hagnauer
1938 : Le Père Lebonnard de Jean de Limur : Alfredo Lebonnard
1938 : « Le Quai des brumes » de Marcel Carné : Lucien, le mauvais garçon
1938 : Visages de femmes de René Guissart : Georges Legrand
1939 : Le Chemin de l’honneur de Jean-Paul Paulin : le lieutenant Dierminoff
1939 : Dernière Jeunesse de Jeff Musso : Frossard
1939 : Frères d’Afrique (film resté inachevé) d’Aimée Navarra
1939 : Sixième étage de Maurice Cloche : Jonval, le jeune homme cynique
1940 : Trois Argentins à Montmartre d’André Hugon : Toninett
1941 : Les Deux Timides d’Yves Allégret : Vancouvert
1941 : Tobie est un ange (film détruit) de Marc Allégret
1942 : La Croisée des chemins d’André Berthomieu : Hubert Epervans
1942 : Promesse à l’inconnue d’André Berthomieu : Lussac
1943 : « Lumière d’été » de Jean Grémillon : Roland Maillard
1943 : Adieu Léonard de Pierre Prévert : Bonnenfant
1943 : Le soleil a toujours raison de Pierre Billon : Gabriel, le marchand ambulant
1945 : Le Pays sans étoiles de Georges Lacombe : Jean-Thomas Pellerin / François-Charles Talacayud
1945 : Jéricho d’Henri Calef : Jean-César Morin
1945 : « Les Enfants du paradis » de Marcel Carné
Première époque : Le Boulevard du crime : Frédérick Lemaître, le comédien
Seconde époque : L’Homme blanc : Frédérick Lemaître
1946 : La Femme fatale de Jean Boyer : Jean Pleyard
1946 : L’Amour autour de la maison de Pierre de Hérain : Douze-apôtre
1946 : L’Arche de Noé d’Henry Jacques : Bitru
1946 : Pétrus de Marc Allégret : Rodriguez
1946 : « Les Portes de la nuit » de Marcel Carné  : George

1947 : Croisière pour l’inconnu de Pierre Montazel : Émile Fréchisse
1948 : Rocambole de Jacques de Baroncelli : Rocambole
1948 : La Revanche de Baccarat (suite du film précédent) de Jacques de Baroncelli : Rocambole
1948 : Les Amants de Vérone d’André Cayatte : Raffaele
1948 : La Nuit blanche de Richard Pottier : Pierre
1948 : Le Secret de Monte-Cristo d’Albert Valentin : François Picard
1949 : Millionnaires d’un jour d’André Hunebelle : Francis
1949 : Julie de Carneilhan de Jacques Manuel : Herbert d’Espivant
1949 : Portrait d’un assassin de Roland-Bernard : Fabius
1950 : L’Homme de la Jamaïque de Maurice de Canonge : Jacques Merval
1950 : Maître après Dieu de Louis Daquin : le capitaine Joris Kniper
1950 : Souvenirs perdus de Christian-Jaque : Philippe dans le sketch La Statuette
1951 : From Renoir to Picasso
1951 : Barbe-Bleue de Christian-Jaque : Amédée de Salfère
1951 : Les Mains sales de Fernand Rivers : Hoederer
1952 : La Bergère et le Ramoneur -Dessin animé- de Paul Grimault : l’oiseau (voix)
1952 :« Le Plaisir » de Max Ophüls : Julien Ledentu dans le sketch La Maison Tellier
1952 : Le Rideau rouge d’André Barsacq : Ludovic Arns
1952 : Torticola contre Frankensberg, court métrage de Paul Paviot : seulement une apparition
1952 : Saint-Tropez, devoir de vacances, court métrage de Paul Paviot : lui-même
1952 : Les Soliloques du pauvre6 ou Le Revenant, court métrage d’animation de Michel Drach
1953 : « La Pocharde » de Georges Combret : Me Pierre Renneville
1954 : Vêtir ceux qui sont nus (Vestire gli ignudi) de Marcello Pagliero : Gorlier
1954 : « Raspoutine » de Georges Combret : Raspoutine
1954 : Napoléon de Sacha Guitry : Barras
1954 : « La Tour de Nesle » d’Abel Gance : Léonet de Bournonville, dit Buridan

1954 : Oasis d’Yves Allégret : Antoine Vallin
1956 : « Porte des Lilas » de René Clair : Juju

1958 : Les Amants de demain de Marcel Blistène
1958 : « Les Grandes Familles » de Denys de La Patellière : Lucien Maublanc
1958 : Sans famille d’André Michel : Jéroboam Driscoll
1958 : « La Vie à deux » de Clément Duhour : Pierre Careau

1959 : La Loi de Jules Dassin : Don Cesare
1959 : « Messieurs les ronds de cuir » d’Henri Diamant-Berger  : M. Nègre

1959 : Carthage en flammes (Cartagine in fiamme) de Carmine Gallone : Sidon
1959 : La Tête contre les murs de Georges Franju : Dr Emery
1960 : Candide ou l’optimisme du XXe siècle de Norbert Carbonnaux : Pangloss
1960 : Les Yeux sans visage de Georges Franju : le docteur Génessier
1960 : Le Dialogue des Carmélites de Philippe Agostini : le commissaire du peuple
1960 : Vive Henri IV, vive l’amour de Claude Autant-Lara : Montmorency
1961 : Le Bateau d’Émile de Denys de La Patellière : François Larmentiel
1961 : Les Amours célèbres film à sketches inspiré des bandes dessinées de Paul Gordeaux, de Michel Boisrond : grand-duc Ernest de Wittelsbach dans le sketch Agnes Bernauer
1961 : « Pleins feux sur l’assassin » de Georges Franju : comte Hervé de Keraudren
1961 : Le Bel Antonio (Il bell’Antonio) de Mauro Bolognini : Alfio Magnano
1961 : L’Affaire Nina B. de Robert Siodmak : Berrara
1961 : Les Petits Matins ou Mademoiselle Stop de Jacqueline Audry : Achille Pipermint
1962 : Rencontres de Philippe Agostini : Carl Krasner
1962 : « Le crime ne paie pas » de Gérard Oury : Martin Fenayrou dans le sketch L’Affaire Fenayrou
1962 : « Les Bonnes Causes » de Christian-Jaque : maître Cassidy, avocat

1963 : « L’Abominable Homme des douanes » de Marc Allégret : le tueur russe
1963 : Les Comédiens, court métrage de Jacques Tierry : lui-même
1964 : Le Coq du village (Liolà) d’Alessandro Blasetti : Simone Palumbo
1964 : Humour noir de Claude Autant-Lara : le guérisseur dans le sketch La Bestiole
1964 : « Lucky Jo » de Michel Deville : le commissaire principal
1964 : Le Magot de Josefa de Claude Autant-Lara : le maire
1964 : Un soir... par hasard d’Ivan Govar : Charles
1964 : Le Grain de sable de Pierre Kast : Georges Richter
1965 : Pas de caviar pour tante Olga de Jean Becker : Patache
1965 : L’Or du duc de Jacques Baratier : le Maharadjah (l’oncle)
1965 : « La Métamorphose des cloportes » de Pierre Granier-Deferre : Tonton
1965 : La Vie de château de Jean-Paul Rappeneau : Dimanche
1965 : Deux heures à tuer d’Yvan Govar : Laurent
1965 : Pas de panique de Sergio Gobbi : Toussaint
1966 : Un monde nouveau de Vittorio De Sica : le patron de Carlo, « Le Grec »
1966 : « Le Roi de cœur » de Philippe de Broca : général Geranium
1966 : La Fille de la mer morte (Fortuna) de Menahem Golan : Bozaglo
1967 : Le Fou du labo de Jacques Besnard : le père Ballanchon
1967 :« Les oiseaux vont mourir au Pérou » de Romain Gary : le mari
1967 : La Petite Vertu de Serge Korber : Polnik
1968 : Goto, l’île d’amour de Walerian Borowczyk : Goto
1968 : Sous le signe de Monte-Cristo d’André Hunebelle : l’abbé Faria
1970 : Macédoine de Jacques Scandelari : Bloch/Dupont
1971 : Les Mariés de l’an II de Jean-Paul Rappeneau : Gosselin
1972 : « La Plus Belle Soirée de ma vie » (La piu bella serata della mia vita) d’Ettore Scola : le comte de La Brunetière

Télévision

1960 : Le Paysan parvenu de René Lucot - La Vallée
1970 : Les Frères Karamazov - diffusé en deux parties - de Marcel Bluwal - Fiodor
1970 : La Fleur de Jacques Robain - Un clochard
1970 : Au théâtre ce soir : Un ange passe de Pierre Brasseur, mise en scène de l’auteur, réalisation Pierre Sabbagh, théâtre Marigny - Florisse
1970 : « La Brigade des maléfices » de Claude Guillemot

1971 : La Septième Chaîne (La Brigade des maléfices) de Claude Guillemot - Diablegris
1971 : La Créature (La Brigade des maléfices) de Claude Guillemot - Diablegris
1973 : Les Cinq Dernières Minutes : Meurtre par intérim de Claude Loursais - Mr Tardenois

THEÂTRE

Auteur
1926 : L’Ancre noire de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l’Œuvre
1928 : Hommes du monde de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l’Œuvre
1928 : Tu pourrais ne pas m’aimer de Pierre Brasseur, mise en scène Lugné-Poe, théâtre de l’Œuvre
1935 : Grisou de Pierre Brasseur et Marcel Dalio, théâtre du Vieux-Colombier
1940 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, théâtre La Bruyère

Comédien
1922 : La Farce de Philippe Le Bon de Jehan Ricourt des Bourghies, Théâtre Albert 1er
1925 : Le Greluchon délicat de Jacques Natanson, Théâtre de Bruxelles
1925 : Le Singe qui parle de René Fauchois, Comédie Caumartin
1925 : Roméo et Juliette de Jean Cocteau, Théâtre La Cigale
1926 : Le Cœur ébloui de Lucien Descaves, mise en scène Lugné-Poe, Théâtre Daunou
1929 : Le Sexe faible d’Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière
1934 : Ma sœur de luxe d’André Birabeau, tournées Karsenty
1935 : Grisou de Pierre Brasseur, mise en scène René Rocher, Théâtre du Vieux-Colombier
1936 : On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset, Théâtre Daunou
1937 : Rêves sans provision de Ronald Gow, mise en scène Alice Cocéa, Comédie des Champs-Élysées
1937 : L’Homme qui se donnait la comédie d’Emlyn Williams, mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre Antoine
1940 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre La Bruyère
1940-1941 : Domino de Marcel Achard, tournée en zone libre
1943 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre de l’Ambigu
1943 : Voulez-vous jouer avec moâ ? de Marcel Achard, mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre des Bouffes-Parisiens
1946 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre La Bruyère
1948 : L’État de siège d’Albert Camus, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre Marigny
1948 : Partage de midi de Paul Claudel, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre Marigny
1949 : Partage de midi de Paul Claudel, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre des Célestins
1949 : Le Bossu de Paul Féval et Anicet Bourgeois, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre Marigny
1951-1952 : Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre, mise en scène Louis Jouvet, Théâtre Antoine
1953 : Kean de Jean-Paul Sartre d’après Alexandre Dumas, mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre Sarah Bernhardt
1956 : Ornifle ou le Courant d’air de Jean Anouilh, Comédie des Champs-Élysées
1957 : La Mégère apprivoisée de William Shakespeare, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre de l’Athénée
1958 : Don Juan d’Henry de Montherlant, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre de l’Athénée
1958-1959 : L’Enfant du dimanche de Pierre Brasseur, mise en scène Pierre Valde, Théâtre Édouard VII, Théâtre de Paris
1960 : Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre, tournée
1960 : Un ange passe de et mise en scène Pierre Brasseur, Théâtre des Célestins Lyon
1961 : Cher Menteur de Jérôme Kilty, Théâtre de l’Athénée
1961 : Partage de midi de Paul Claudel, mise en scène Jean-Louis Barrault, Odéon-Théâtre de France
1963 : Le Roi de l’univers de Gabriel Arout, tournée
1964 : Tim de Pol Quentin, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre Édouard VII
1965 : Don Juan aux enfers de George Bernard Shaw, mise en scène Raymond Gérôme, Théâtre de la Madeleine
1966 : Le Retour d’Harold Pinter, mise en scène Claude Régy, Théâtre de Paris
1967 : La Famille écarlate de Jean-Loup Dabadie, mise en scène Gérard Vergez, Théâtre de Paris
1969 : Tchao ! de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre Saint-Georges
1971 : Tchao ! de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
Le Boucher de Pirandello (67/70 ?)
Metteur en scène
1937 : L’Homme qui se donnait la comédie d’Emlyn Williams, Théâtre Antoine
1940 : « Un ange passe » de Pierre Brasseur, Théâtre La Bruyère

1943 : Voulez-vous jouer avec moâ ? de Marcel Achard, Théâtre des Bouffes-Parisiens
1953 : Kean de Jean-Paul Sartre d’après Alexandre Dumas, Théâtre Sarah Bernhardt
1960 : Un ange passe de Pierre Brasseur, Théâtre des Célestins Lyon