Palmarès Festival Deauville 2020

  • Mis à jour : 16 septembre

PALMARES DEAUVILLE 2020

Pour cette 46ème édition du festival du cinéma américain de Deauville, Vanessa Paradis et son jury ont choisi de récompenser « The Nest » de Sean Durkin. Ce film a également été distingué par la presse qui a remis à « The Nest » le prix de la critique.

Le jury Révélation, présidé par Rebecca Zlotowski, a aussi primé « The Nest » de Sean Durkin mais pas seulement. Il a également décerné un prix de la mise en scène à la réalisatrice Kitty Green pour son film « The Assistant ».

Le palmarès complet de Deauville 2020  :

- Grand Prix  : « The Nest » de Sean Durkin
Synopsis =
Dans les années 1980 , Rory, un ancien courtier devenu un ambitieux entrepreneur, convainc Allison, son épouse américaine, et leurs deux enfants de quitter le confort d’une banlieue cossue des États-Unis pour s’installer en Angleterre, son pays de naissance. Persuadé d’y faire fortune, Rory loue un vieux manoir en pleine campagne où sa femme pourra continuer à monter à cheval. Mais l’espoir d’un lucratif nouveau départ s’évanouit rapidement et l’isolement fissure peu à peu l’équilibre familial...

- Prix du Jury ex-aequo : « First Cow » de Kelly Reichardt et « Lorelei » de Sabrina Doyle
Synopsis First Cow =
Autour de 1820, Cookie Figowitz, un cuisinier expérimenté solitaire et taciturne, voyage vers l’ouest et finit par rejoindre un groupe de trappeurs au fin fond de l’Oregon. Là, il se lie d’amitié avec King-Lu, un immigrant d’origine chinoise qui cherche aussi à faire fortune. Ils vont rapidement s’associer pour créer une petite entreprise prospère, utilisant une vache laitière très prisée par un riche propriétaire des environs pour fabriquer des gâteaux…

Synopsis Lorelei =
Wayland sort de prison après avoir purgé une peine de 15 ans pour braquage à main armée. De retour dans sa ville ouvrière natale, il tombe par hasard sur Dolores, son amour de jeunesse. Devenue mère célibataire, elle se bat pour élever ses trois enfants. Peu après leurs retrouvailles, Wayland emménage chez cette famille chaotique et devient contre son gré la figure paternelle manquante. Les fins de mois étant difficiles, Wayland se fait rattraper par ses vieux démons, tandis que Dolores aspire à réaliser son rêve de jeune fille : vivre à Los Angeles.

- Prix spécial du 46ème festival : Barbet Schroeder

- Prix de la critique  : « The Nest » de Sean Durkin

- Prix du public : « Uncle Frank » d’Alan Ball
Synopsis =
En 1973, Beth, encore adolescente, quitte sa campagne natale pour aller étudier à l’Université de New York où enseigne son oncle Frank, un professeur de littérature réputé. Elle découvre rapidement qu’il est homosexuel et qu’il partage sa vie depuis longtemps avec son compagnon Wally ; une relation qu’il a toujours gardé secrète. Mais le jour où Mac, le patriarche grincheux de la famille, décède subitement, Frank est contraint de retourner auprès des siens, accompagné de Beth et Wally, afin d’assister aux funérailles. Durant le trajet, il doit confronter les fantômes de son passé et regarder sa famille en face une fois arrivé sur place.

- Prix de la révélation : « The Nest » de Sean Durkin

- Prix de la mise en scène : « The Assistant » de Kitty Green
Synopsis =
Jane, une jeune diplômée qui rêve de devenir productrice, vient d’être engagée comme assistante d’un puissant dirigeant, nabab du divertissement. Sa journée type ressemble à celle de toutes les autres assistantes : faire du café, remettre du papier dans le photocopieur, commander à déjeuner, organiser des voyages, prendre les messages. Mais au fil de cette journée, Jane se rend progressivement compte des abus insidieux qui découlent de tous les aspects de sa position et qu’elle n’avait pas anticipés...