CYCLE Grands acteurs et grandes actrices français :Pauline CARTON

  • Mis à jour : 29 octobre

Pauline Carton, nom de scène de Pauline Aimée Biarez, née le 4 juillet 1884 à Biarritz et morte le 17 juin 1974 à Paris 16e, est une comédienne, chanteuse et auteure de théâtre et de cinéma française.

BIOGRAPHIE

Connue pour son humour caustique et son accent populaire, Pauline Carton vient pourtant d’une famille bourgeoise. Elle est la petite-fille de Paul-Mathieu Laurent, dit Laurent de l’Ardèche, un libre-penseur adepte du saint-simonisme,

et la fille d’un ingénieur diplômé de l’École centrale des arts et manufactures (promotion ECP 1860)1 exerçant des fonctions importantes dans les chemins de fer, particulièrement en Espagne, et bras droit du baron Haussmann. Son frère, Auguste Biarez, ingénieur centralien comme son père (promotion 1898)1, est le mari d’Hélène Ferrié, la sœur du général Gustave Ferrié, savant et inventeur français dans le domaine de la télégraphie sans fil (TSF). Elle étudie au lycée Molière à Paris.
Pauline Carton, de son vrai nom Pauline Aimée Biarez, est née à Biarritz le 4 juillet 1884, de parents domiciliés en Espagne car son père était ingénieur - sous-directeur aux chemins de fer du Nord de l’Espagne.

Si Pauline Carton n’a jamais été mariée, on lui connaît une liaison avec le poète et écrivain genevois Jean Violette. Elle le rencontre en 1914 et, s’ils restent ensemble jusqu’au décès de ce dernier en 1964, elle refuse de se marier, même après le divorce de Jean Violette, et elle n’aura pas d’enfants. Elle est une grande amie de Sacha Guitry qui l’apprécie pour sa culture et son intelligence, et la surnomme sa « bibliothèque ambulante ».

Contrairement aux rôles de servantes qu’on lui confie souvent, elle a horreur des contraintes domestiques et des tâches ménagères. À la mort de sa mère, dont elle est très proche, elle s’installe à l’Hôtel Saint-James et d’Albany, au 202 rue de Rivoli dans le 1er arrondissement de Paris, en face du jardin des Tuileries où elle aime se promener. L’été, elle séjourne souvent entre Menton, Nice et la villa Claudine, sise sur la corniche maritime d’Agay dans le Var.
Pauline Carton meurt le 17 juin 1974 dans le 16e arrondissement de Paris. Elle a fait don de son corps à la science.

Théâtre
Elle s’engage très jeune dans le théâtre, jouant devant sa famille et ses amis. Une passion partagée par sa mère qui l’emmène presque tous les jours au théâtre. Elle réussit à se faire engager sans aucune expérience et sans rémunération — pour le seul plaisir d’être sur scène — en 1904 dans la pièce de Pierre Wolff, « Le Ruisseau ». Elle y est une fille de petite vertu "La Carton" dont elle utilisera le nom pour la scène.

Chanson
Pauline Carton participe à des revues de music-hall et joue dans des opérettes. C’est dans l’une d’elles, « Toi, c’est moi », d’Henri Duvernois et Moisés Simóns, qu’elle lance un tube en chantant Sous les palétuviers (1934) en duo avec René Koval. Elle enregistre son premier disque en 1972, « J’ai un faible pour les forts ». Elle joue également du piano.

Cinéma
Pauline Carton débute au cinéma en 1907 dans des rôles de second plan dont elle fait sa spécialité. Dépourvue de beauté naturelle, elle accentue un physique qui l’oriente vers les emplois de domestique. Son petit chignon étriqué et un nez en trompette ont fait le bonheur de la caricature. Elle a aussi interprété des rôles importants comme celui de Martha Brewster dans « Arsenic et vieilles dentelles » ou celui de « La femme du prisonnier », dans la comédie d’Henry Monnier dont elle tient le rôle-titre.
On la voit dans « Blanchette » (1921), de René Hervil,

« Feu Mathias Pascal » (1926), de Marcel L’Herbier, « Éducation de prince » (1927), d’Henri Diamant-Berger, « Le Sang d’un poète » (1930), de Jean Cocteau et dans « Nuits de princes » (1938), de Vladimir Strijevski.

Le passage du muet au parlant n’interrompt pas sa carrière et elle continue de jouer des rôles de soubrette, de concierge ou de mégère. Elle s’exprime d’une voix très particulière, avec des intonations très parigotes. À partir de 1927, Sacha Guitry, dont elle devient la confidente et la chargée de casting non officielle, lui offre un rôle dans 22 films dont : « Bonne chance » (1935),

« Le Nouveau Testament » (1936), « Mon père avait raison » (1936), Le Roman d’un tricheur (1936), « Désiré » (1937), « Le Mot de Cambronne » (1937), « Quadrille » (1938), « La Poison » (1951)

, ou encore « Assassins et Voleurs » (1957). Sacha Guitry fait d’elle sa secrétaire chargée des recherches historiques pour le tournage de ses films d’époque. Des lettres montrent qu’elle critiquait aussi ses mises en scène au théâtre avec son assentiment.

Elle joue pour Abel Gance dans« Le Roman d’un jeune homme pauvre » (1935) et « Louise » (1939), pour Max Ophüls dans « Sans lendemain » (1940).

Entre 1943 et 1947, pendant la guerre, Pauline se retire des caméras et se consacre exclusivement au théâtre. Elle continue de jouer dans des films de qualité, ses meilleurs rôles étant ceux offert par Sacha Guitry mais elle n’obtient jamais le rôle principal.

Elle jouera encore dans de nombreux films jusqu’à la fin de sa carrière dont « Le Comédien » (1947) de et avec Sacha Guitry, « Marlène » (1948) avec Tino Rossi, « Miquette et Sa Mère » (1950) de Henri-Georges Clouzotavec Louis Jouvet et Bourvil, « Si Versailles m’était Conté » (1952) de Sacha Guitry avec Jean-Pierre Aumont et Bourvil, « Ces Sacrées Vacances » (1956) avec Sophie Desmarets ou encore « La Vie à Deux » (1958) avec Pierre Brasseur, Danielle Darrieux, Sophie Desmarts, Fernandel, Edwige Feuillère, Louis de Funès, Jean Marais et Gérard Philipe

et « Le Jour le plus long » (1962) de Ken Annakin. Sa dernière apparition fut dans le film « Clodo » (1970) avec Raymond Souplex. Au total elle a tourné dans plus de 250 films.

Radio, art et littérature
Elle écrit également de nombreux sketches pour le théâtre et pour la radio ; elle tient des rubriques dans plusieurs périodiques. C’est à elle que l’on demande de faire la préface de l’édition des œuvres complètes d’Eugène Labiche en 1968.
Douée pour le dessin comme sa mère, elle expose des assiettes peintes. Elle est l’auteur des illustrations humoristiques de ses propres livres, ainsi que de nombreux dessins et caricatures accompagnés parfois d’histoires drôles ou de charades, publiés dans la presse française et suisse.

CITATIONS
« Quand j’étais jeune, j’avais le visage lisse et des robes plissées, maintenant, c’est le contraire. »

Évoquant sa décision de faire don de son corps à la faculté de médecine : « Je ne peux pas dire que je ferai un beau cadeau aux étudiants. J’ai même pensé à me faire tatouer autour du cou, « Tant pis pour vous ! » ».

TEMOIGNAGES

« Guitry l’envoyait voir les pièces des autres ; lui ne pouvait pas les voir : il jouait. C’est ainsi qu’elle lui avait récité par cœur le premier acte de Fric-Frac9, en ne l’ayant vu qu’une seule fois ! Quelle mémoire prodigieuse ! […] Pauline Carton, en plus de sa mémoire d’éléphant, avait un esprit rare. Sacha l’employait aussi pour préparer sa documentation à la Bibliothèque nationale. À l’occasion, il la chargeait de missions de confiance. Ensuite, point par point, elle lui faisait son compte rendu détaillé ! C’est ainsi que Sacha recrutait les acteurs et se tenait au courant de tout. J’ajoute au sujet de Pauline qu’elle était d’un niveau supérieur, tant au niveau culturel qu’intellectuel. Trop souvent, elle était cantonnée dans les rôles de bonnes : peut-être avait-elle l’âme d’un premier rôle, sans en avoir malgré tout le physique. » — Arletty, « Arletty ou la Liberté d’être »

FILMOGRAPHIE
Années 1900 à 1929
1907 : Lorsque l’enfant paraît
1915 : La Fille du Boche d’Henri Pouctal
1921 : Blanchette de René Hervil : la vieille dame
1921 : Le Père Goriot de Jacques de Baroncelli d’après le roman d’Honoré de Balzac : mademoiselle Michonneau.
1922 : « La Femme de nulle part » de Louis Delluc

1923 : Château historique de Henri Desfontaines : la tante Chloé
1923 : Par habitude court métrage d’Henri Diamant-Berger
1924 : Les Étrennes à travers les âges de Pierre Colombier
1925 : Le Bossu de Jean Kemm
1926 : Feu Mathias Pascal de Marcel L’Herbier : la tante Scholastique
1926 : La Tournée Farigoule -Film inédit et inachevé- de Marcel Manchez : la poétesse
1926 : Le P’tit Parigot tourné en 6 époques, de René Le Somptier : la tante Prudence
1927 : La Petite Fonctionnaire de Roger Goupillières : Mme Lebardin
1927 : Éducation de prince de Henri Diamant-Berger : la concierge
1927 : Yvette de Alberto Cavalcanti : Clémence, la bonne
1928 : Miss Edith, duchesse de E.B. Donatien : Marie, la vieille dame
1928 : La Ronde infernale de Luitz-Morat
1929 : L’Arpète de E.B. Donatien : la concierge

Années 1930
1930 : Mon gosse de père de Jean de Limur : la concierge (Premier "parlant")
1930 :« Le Sang d’un poète » moyen métrage de Jean Cocteau : la dresseuse d’enfants

1931 : Le Blanc et le Noir de Robert Florey et Marc Allégret : Mary, la bonne
1931 : L’Amour à l’américaine de Claude Heymann : Pauline
1931 : Faubourg Montmartre de Raymond Bernard : Tante Aurélie
1931 : La Voix du bonheur de Léo Joannon
1931 : Cendrillon de Paris de Jean Hémard
1932 : Seul court métrage de Jean Tarride : Mme Frutte
1932 : Criminel de Jack Forrester
1932 : Mon curé chez les riches de E.B. Donatien : la bonne
1932 : Bouton d’or court métrage de Andrew F. Brunelle : Mme Dutois
1932 : Suzanne de Raymond Rouleau et Léo Joannon : Mme Batonné
1932 : Ce cochon de Morin de Georges Lacombe : Mme Morin
1933 : L’abbé Constantin de Jean-Paul Paulin : Pauline
1933 : Deux Picon-grenadine court métrage de Pierre-Jean Ducis
1933 : Mission secrète court métrage de Jean-Louis Bouquet : Mme Dupont
1933 : Âme de clown de Marc Didier et Yvan Noé
1933 : Ces messieurs de la santé de Pierre Colombier : Mme Génissier mère
1933 : Du haut en bas de Georg-Wilhelm Pabst : la couturière
1934 : Miquette et sa mère de Henri Diamant-Berger : Mlle Poche
1934 : Les Hommes de la côte de André Pellenc
1934 : Le Petit Jacques de Gaston Roudès : Mlle Julie
1934 : Piano à vendre court métrage de René Jayet : la concierge
1934 : Ces messieurs de la Santé de Pierre Colombier : Mme Génissier
1934 : Itto de Jean-Benoît Lévy et Marie Epstein : la tante Anna
1934 : Les Misérables, en trois époques de Raymond Bernard : Mlle Gillenormand
1934 : Taxi de minuit ou Deux contre un court métrage d’Albert Valentin
1935 : L’École des cocottes de Pierre Colombier : Mme Bernous
1935 : American bar court métrage de Andrew F. Brunelle
1935 : Faut pas l’contrarier court métrage de Raymond Baty
1935 : Nous ne sommes plus des enfants de Augusto Genina
1935 : Une nuit de noces de Georges Monca et Maurice Kéroul
1935 : Train de plaisir de Léo Joannon : la concierge
1935 : Le Roman d’un jeune homme pauvre d’Abel Gance : Mlle Aubry, la parente pauvre
1935 : Ferdinand le noceur de René Sti : Mme Paturin
1935 : Bonne chance ! de Sacha Guitry et Fernand Rivers : la mère de Marie
1935 : Dîner de gala aux ambassadeurs court métrage de Sacha Guitry : elle-même
1936 : Mon père avait raison de Sacha Guitry : Marie Gagnon, la servante
1936 : Le Roman d’un tricheur Sacha Guitry : Mme Moriot, la tante
1936 : Le Mioche ou "Papa Prosper" de Léonide Moguy : Mlle Clotilde, l’institutrice
1936 : À louer, meublé court métrage de Jacques de Casembroot et Gilbert de Knyffe
1936 : Le Cauchemar de monsieur Berignon court métrage de Marcel Paulis et Raymond Robert : la tante de province
1936 : Irma Lucinde, voyante court métrage de Claude Orval : Mme Brindebois
1936 : Mademoiselle Mozart de Yvan Noé : Annette la bonne
1936 : Le Nouveau Testament de Sacha Guitry : Mlle Morot
1936 : Tarass Boulba de Alexis Granowsky : la gouvernante
1936 : Toi, c’est moi de René Guissart : Honorine Guibert
1936 : Œil de lynx, détective de Pierre-Jean Ducis
1937 : Ne tuez pas Dolly court métrage de Jean Delannoy
1937 : Les Dégourdis de la 11e de Christian-Jaque : Hortensia
1937 : Les Anges noirs de Willy Rozier : la servante
1937 : Vous n’avez rien à déclarer ? de Léo Joannon : Angèle Papillot
1937 : Courrier Sud de Pierre Billon : Mathilde
1937 : À Venise, une nuit de Christian-Jaque : la concierge
1937 : La Belle de Montparnasse de Maurice Cammage : Mme Ponbichot
1937 : Boissière de Fernand Rivers : Estelle
1937 : La Citadelle du silence de Marcel L’Herbier : une logeuse
1937 : Gribouille de Marc Allégret : l’autre Nathalie Roquin
1937 : Mon député et sa femme de Maurice Cammage
1937 : Le Mot de Cambronne court métrage de Sacha Guitry : la préfète
1937 : Les Perles de la couronne de Sacha Guitry et Christian-Jaque : une bonne
1937 : La Maison d’en face de Christian-Jaque : Aglaé
1937 : Désiré de Sacha Guitry : Adèle, la cuisinière
1937 : La Fille de la Madelon de Georges Pallu et Jean Mugeli : la marquise de Sérignan
1937 : Gardons notre sourire (Ersatz et kommandantur) de Gaston Schoukens en Belgique : Florence
1937 : Monsieur Breloque a disparu de Robert Péguy
1938 : Remontons les Champs-Élysées de Sacha Guitry
1938 : Le Plus beau gosse de France ou "Le mari de la reine" de René Pujol : la crémière
1938 : La Présidente de Fernand Rivers
1938 : Nuits de princes de Vladimir Strijewski : Mlle Mesureux
1938 : Conflit ou Les deux sœurs Garnier de Léonide Moguy : Pauline
1938 : Les Gaietés de l’exposition d’Ernest Hajos : la logeuse
1938 : La Belle Revanche de Paul Mesnier : Mme Bouchot
1938 : Le Cœur ébloui de Jean Vallée : Mme Morin
1938 : Un fichu métier de Pierre-Jean Ducis : Adrienne
1938 : Paix sur le Rhin de Jean Choux : Anna, la servante
1938 : Quadrille de Sacha Guitry : la domestique
1938 : La Marraine du régiment de Gabriel Rosca : Félicité
1939 : Ersatz et Kommandantur (Gardons notre sourire)
1939 : Ma tante dictateur de René Pujol : Eugénie, la bonne
1939 : Vous seule que j’aime de Henri Fescourt : Sidonie Dupont, la directrice du pensionnat
1939 : Louise de Abel Gance : la première
1939 : Mon oncle et mon curé de Pierre Caron : Hortense
1939 : L’Étrange nuit de Noël de Yvan Noé : Anna
1939 : Ils étaient neuf célibataires de Sacha Guitry : Clémentine
1939 : Mobilisation 39 de Arthur Porchet : Tante Rose
1939 : Sur le plancher des vaches de Pierre-Jean Ducis : Mme Noblesse, la femme de ménage
1939 : Narcisse de Ayres Aguiar

Années 1940
1940 : Sans lendemain de Max Ophüls : la bonne
1941 : La Troisième Dalle de Michel Dulud : Mme Barbaroux
1941 : Le monde tremblera de Richard Pottier
1941 : Six Petites Filles en blanc d’Yvan Noé
1942 : La Neige sur les pas d’André Berthomieu : la directrice de la pension de famille
1942 : La Belle Aventure, de Marc Allégret : Jeantine
1942 : L’Amant de Bornéo de Jean-Pierre Feydeau, René Le Hénaff : Agathe
1942 : Manouche, jeunesse d’aujourd’hui de Fred Surville, Robert Vernet et H. Wyden : Prudence
1942 : La Prière aux étoiles film resté inachevé de Marcel Pagnol : Fernande, la mère de Florence
1942 : Tobie est un ange film détruit de Yves Allégret : la diseuse de bonne aventure
1943 : La Famille Durambois au comptoir Suisse court métrage de André-Louis Béar
1944 : Marie-Louise de Leopold Lindtberg : Mme Gilles
1947 : Les Amants du pont Saint-Jean de Henri Decoin : Tante Marguerite
1947 : Bonjour le monde court métrage de Jean-Jacques Méhy : elle-même
1947 : Tierce à cœur de Jacques de Casembroot : Marguerite
1948 : Blanc comme neige de André Berthomieu : Mme Potinel
1948 : L’Armoire volante de Carlo Rim : Mme Ovide
1948 : Le Diable boiteux de Sacha Guitry : la chiromancienne
1948 : Le Comédien de Sacha Guitry : Élise
1948 : L’Ombre d’André Berthomieu : la concierge
1949 : Marlène de Pierre de Hérain : la vieille dame
1949 : Barry de Richard Pottier et Karl Anton : la mère Culloz
1949 : Aux deux colombes de Sacha Guitry : Angèle
1949 : Branquignol de Robert Dhéry : l’astiqueuse de cloches
1949 : Je n’aime que toi de Pierre Montazel : Aurélie
1949 : Ronde de nuit de François Campaux : une concierge
1949 : Un juré bavard court métrage de Henri Verneuil
1949 : Trente Troisième chambre court métrage de Henri Verneuil : la plaignante

Années 1950
1950 : Amédée de Gilles Grangier : Tante Eugénie
1950 : Menace de mort de Raymond Leboursier : Mme Auguste
1950 : Le 84 prend des vacances de Léo Joannon : Pauline
1950 : Tête blonde de Maurice Cam : la concierge de Claire
1950 : Le Trésor de Cantenac de Sacha Guitry : Eulalie
1950 : Miquette et sa mère de Henri-Georges Clouzot : Perrine
1950 : Le Rosier de madame Husson de Jean Boyer : Mme Virginie Pastouret
1950 : Le Tampon du capiston de Maurice Labro : Hortense Reverchon
1950 : Au fil des ondes de Pierre Gautherin : une apparition
1950 : Minne, l’ingénue libertine de Jacqueline Audry
1951 : Cœur-sur-Mer de Jacques Daniel-Norman : Apolline Meunier
1951 : La Poison de Sacha Guitry : la mercière
1951 : Descendez on vous demande de Jean Laviron : Ursule, la bonne
1951 : Ma femme est formidable de André Hunebelle : la concierge
1951 : Le Vrai Coupable de Pierre Thévenard : la concierge
1952 : Je l’ai été trois fois de Sacha Guitry : l’habilleuse
1952 : A qui le bébé ? court métrage de Henri Verneuil
1952 : En suivant le même chemin court métrage de Léo Sevestre
1952 : La Fille au fouet de Jean Dréville et René Le Hénaff : la bonne
1952 : Das geheimnis vom Bergsee version allemande du film précédent de Jean Dréville : la bonne
1952 : Bon pour le service court métrage de Jacques Schiltz
1953 : La Pocharde de Georges Combret
1953 : Frères inférieurs court métrage de Pierre Foucaud : voix
1953 : Soyez les bienvenus ou "L’autocar en folie" de Pierre Louis : une apparition
1953 : La Vie d’un honnête homme de Sacha Guitry : la patronne de l’hôtel
1953 : Carnaval de Henri Verneuil : Toinette
1953 : Le Chasseur de chez Maxim’s de Henri Diamant-Berger : ophie
1953 : Monsieur Taxi de André Hunebelle : la tante de Lily
1954 : Si Versailles m’était conté... de Sacha Guitry : La Voisin
1955 : Napoléon de Sacha Guitry : une aubergiste
1955 : Les Fruits de l’été de Raymond Bernard : Mélanie
1955 : On déménage le colonel de Maurice Labro : la femme du brigadier
1955 : Pas de souris dans le bizness de Henri Lepage : la concierge
1955 : Les deux font la paire d’André Berthomieu ou "Le mort en fuite" de André Berthomieu : la concierge
1955 : Votre beauté mesdames court métrage de André Persin
1956 : Les Insoumises de René Gaveau : Hortense, la bonne
1956 : Zaza de René Gaveau : Mme Anaïs
1956 : Si Paris nous était conté de Sacha Guitry : une bouquiniste
1956 : Baratin de Jean Stelli
1956 : Les carottes sont cuites de Robert Vernay : Pauline, une amie fidèle des "Boyer"
1956 : Ces sacrées vacances de Robert Vernay : la propriétaire
1956 : Rencontre à Paris de Georges Lampin : la salutiste
1956 : Le Chanteur de Mexico de Richard Pottier : la tante de Cricri
1956 : Mon curé chez les pauvres d’Henri Diamant-Berger : Valérie
1957 : Assassins et Voleurs de Sacha Guitry : la refoulée
1957 : Les trois font la paire de Sacha Guitry et Clément Duhour : Evelyne Bernard, la femme du commissaire
1957 : Ah ! Quelle équipe de Roland Quignon : une voisine
1957 : Fric-frac en dentelles de Guillaume Radot : Mme Latouche
1957 : Le Coin tranquille de Robert Vernay : la chef des choristes
1958 : À pied, à cheval et en spoutnik de Jean Dréville : Marie
1958 : La Vie à deux de Clément Duhour : Mme Vattier
1958 : En bordée de Pierre Chevalier : l’hôtelière
1958 : Les Gaîtés de l’escadrille de Georges Péclet : la bonne du dentiste
1959 : Brigade des mœurs de Maurice Boutel : la marieuse
1959 : Messieurs les ronds-de-cuir d’Henri Diamant-Berger : la vieille Ida
1959 : Vous n’avez rien à déclarer ? de Clément Duhour : la servante
Années 1960 et 1970
1960 : Business de Maurice Boutel : Clotilde
1960 : Interpol contre X de Maurice Boutel : Louise Belloy
1960 : La mort n’est pas à vendre d’André Desteumaux
1960 : L’Art culinaire à travers les âges court métrage de Jean-Marie Isnard
1962 : La Fille du torrent de Hans Herwig : la bonne
1962 : Le Jour le plus long (The Longest Day) de Ken Annakin, Andrew Marton, Bernhard Wicki : la femme de Louis
1965 : Humour noir (Umorismo in nero), film à sketches, épisode La Bestiole de Claude Autant-Lara : la Rapet
1970 : Clodo de Georges Clair : la concierge
1974 : La Rose du bonheur de Claude Chamois

Télévision
1959 : Les Maris de Léontine d’André Leroux
1961 : Enlevez-moi d’Henri Spade
1966 : L’École des cocottes de Roger Iglésis
1966 : Règlements de comptes épisode de Allô Police de Pierre Goutas
1967 : Au théâtre ce soir : Des enfants de cœur de François Campaux, mise en scène Christian-Gérard, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny : Mme Guibert
1967 : L’Homme aux cheveux gris de Max Leclerc
1967 : Au théâtre ce soir : Mon bébé de Maurice Hennequin d’après Baby Mine de Margaret Mayo, mise en scène Jacques-Henri Duval, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny : Mme Petitpont
1967 : Les Sept de l’escalier B feuilleton en 25 épisodes de 13 min de Georges Régnier
1971 : Au théâtre ce soir : La Voyante d’André Roussin, mise en scène de l’auteur, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny : Rosa, la voyante
1974 : À bout portant : Pauline Carton documentaire de Maurice Sciandra : elle-même

Radio
Elle interprète le personnage de la « maharané » du Sama Kutra (Pauline IV puis Pauline V) dans le feuilleton radiophonique « Signé Furax » en 1951-1952 sur la Chaîne parisienne de la RTF, puis de 1956 à 1960 sur Europe no 1.

Théâtre
1922 : L’Abbé Constantin d’Hector Crémieux et Pierre Decourcelle, Comédie-Française
1923 : Romance de Robert de Flers et Francis de Croisset d’après Edward Sheldon, Théâtre de l’Athénée
1923 : Le Petit Choc opérette en 3 actes de Paul-Louis Flers, musique Joseph Szulc, Théâtre Daunou
1924 : La Guitare et le jazz-band d’Henri Duvernois et Robert Dieudonné, Théâtre des Nouveautés
1924 : Chifforton d’André Birabeau, Théâtre des Nouveautés
1927 : Ventôse de Jacques Deval, mise en scène René Rocher, Comédie Caumartin
1927 : Désiré de Sacha Guitry, Théâtre Édouard VII
1928 : Le Cercle de William Somerset Maugham, mise en scène Lugné-Poe, Théâtre de l’Œuvre
1932 : Le Cercle de William Somerset Maugham, mise en scène Lugné-Poe, Théâtre de l’Œuvre
1933 : Teddy and Partner d’Yvan Noé, Théâtre Michel
1933 : Les Femmes savantes de Molière, Théâtre Antoine
1933 : Le Paradis perdu de Paul Gavault, Théâtre de l’Athénée
1936 : La Fin du monde de et mise en scène Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
1936 : Le Mot de Cambronne de et mise en scène Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
1937 : Quadrille de Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
1938 : Un monde fou de et mise en scène Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
1938 : Le Comédien de Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
1947 : Couleurs du temps de Paul Colline et Jean Rieux, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Bouffes-Parisiens
1948 : Aux deux colombes de Sacha Guitry, Théâtre des Variétés
1949 : Tu m’as sauvé la vie de Sacha Guitry, mise en scène de l’auteur, Théâtre des Variétés
1951 : Les Vignes du Seigneur de Robert de Flers et Francis de Croisset, mise en scène Pierre Dux, Théâtre de Paris
1957 : L’École des cocottes de Paul Armont et Marcel Gerbidon, mise en scène Jacques Charon, Théâtre Hébertot
1963 : Des enfants de cœur de François Campaux, mise en scène Christian-Gérard, Théâtre Michel
1965 : Des enfants de cœur de François Campaux, mise en scène Christian-Gérard, Théâtre des Arts
1971 : La Voyante d’André Roussin, mise en scène André Roussin, Théâtre Marigny
1972 : Madame Pauline comédie musicale de Darry Cowl d’après La Maison de Zaza de Gaby Bruyère, mise en scène Darry Cowl, Théâtre des Variétés
Publications