Le cinéma du Ghana

  • Mis à jour : 28 octobre

Le cinéma au Ghana a commencé lorsque les premiers films ont été introduits dans la colonie britannique de Gold Coast (aujourd’hui Ghana ) en 1923. À l’époque, seuls les riches pouvaient voir les films, en particulier le maître colonial. Dans les années 1950, la réalisation de films au Ghana a commencé à augmenter. Les cinémas étaient le lieu principal pour regarder des films jusqu’à ce que la vidéo domestique devienne plus populaire.

CINEMA DANS LA PERIODE COLONIALE

Au début des années 1920, des individus du secteur privé ont amené le cinéma au Ghana (alors Gold Coast) en ouvrant des cinémas dans les zones urbaines. En 1923, le cinéma est devenu une nouvelle forme de divertissement, et seuls les aisés pouvaient voir les films qui étaient exposés dans les cinémas. Les cinémas étaient pour la société de première classe, c’est-à-dire les maîtres coloniaux et leurs hauts fonctionnaires. Plus tard, des camionnettes de cinéma ont été utilisées dans les zones rurales.

En 1948, lorsque les maîtres coloniaux ont découvert que le cinéma, en plus de ses valeurs de divertissement, pouvait être utilisé pour laver le cerveau et transformer la société en direction du cinéaste, a décidé de créer l’Unité du film de la Gold Coast au département des services d’information du gouvernement colonial. Le cinéma est devenu un autre système, considéré comme scientifiquement approprié, pour influencer la société. La Gold Coast Film Unit a utilisé des bus Bedford vert-jaune pour projeter des films documentaires , des actualités et des films d’information gouvernementale au public. La participation était gratuite. . Les films comprenaient des films de propagande sur la Seconde Guerre mondiale , qui ont été produits par la Colonial Film Unit(CFU) à Londres.

Après la guerre, l’unité a produit des films éducatifs et des longs métrages pour leurs colonies africaines. Les films ont été conçus pour opposer le mode de vie « civilisé » occidental au mode de vie « arriéré » africain. Ils ont suggéré que les coutumes "superstitieuses" devraient cesser.

La Gold Coast Film Unit a également produit des films présentant un intérêt local pour encourager l’amélioration de la santé, des cultures, de la vie, du marketing et de la coopération humaine. En 1948, la Gold Coast Film Unit a commencé à former des cinéastes africains locaux. Des films ont été échangés avec d’autres colonies britanniques en Afrique.

GOLLYWOOD : CINEMA CONTEMPORAIN DU GHANA

La nouvelle industrie du cinéma au Ghana, également connue sous le nom de Gollywood, a commencé au début des années 1980. Avant Gollywood, le gouvernement du Ghana, qui a hérité de l’industrie cinématographique du gouvernement colonial, était le seul producteur de films du pays. Le premier président du Ghana, le Dr Kwame Nkrumah, en 1964, a créé la Ghana Film Industry Corporation (GFIC) à Kanda, à Accra, qui deviendrait la capitale du pays en 1977. Dr. Kwame Nkrumah, le président de la première République du Ghana, a envoyé beaucoup de Ghanéens à l’étranger pour apprendre le cinéma à dessein pour la gestion du GFIC. Le Ghana avait des cinéastes formés professionnellement qui étaient employés par le gouvernement pour produire des films pour le développement socio-économique du pays.

Des légendes telles que le Révérend Chris Essie, M. Ernest Abbeyquaye, M. Kwaw Ansah et de nombreux autres ont tous été formés par le gouvernement. Le GFIC a été créé pour utiliser des films réalisés par des autochtones ghanéens pour inverser l’impact négatif des films réalisés par le gouvernement colonial et pour restaurer la fierté d’être un Ghanéen et un Africain chez les citoyens. Plus de 150 longs métrages et documentaires ont été produits à la fin des années 1960. Après le renversement de Nkrumah en 1966, l’industrie cinématographique au Ghana vit ses activités se ralentir.

En 1981, le premier film indépendant, « Love Brewed in the African Pot (L’Amour mijoté dans la marmite africaine) » , a été réalisé par Kwaw Ansah, l’un des cinéastes légendaires du Ghana.
Le film se déroule au Ghana pendant la période coloniale. Aba Appiah, une femme née dans une famille de colons privilégiés, tombe amoureuse de Joe Quansah, fils d’un simple pêcheur. Le père d’Aba, Kofi Appiah, un fonctionnaire à la retraite, s’oppose à leur mariage qui va à l’encontre de ses projets pour sa fille, à laquelle il avait déjà choisi un mari. Ce conflit familial débouche sur des conséquences imprévues.

Après cela, King Ampaw, un cinéaste ghanéen formé en allemand a emboîté le pas avec la sortie de son film « Kukurantumi - The Road to Accra ».en 1982.
Addey conduit un camion qui transporte chaque jour des passagers, et leurs achats du marché, entre Accra et Kukurantumi, une bourgade située à 100 km de la capitale. Mais un accident dû à des freins défectueux causera son renvoi bien qu’il ne soit pas le fautif. Il se rend alors à Accra pour monter sa propre entreprise de transport. Sa fille Abena partage son optimisme et est heureuse de partir vivre à la ville. Mais sa femme est plus sceptique.

Au milieu des années 80, la nouvelle génération ghanéenne, dirigée par William Akuffo, décida d’adapter la nouvelle technologie vidéo. Les caméras Video Home System (VHS) ont été utilisées pour tourner des longs métrages à partir de 1986 au Ghana. L’idée était de raconter le récit ghanéen et africain de l’Africain. Le Ghana a été le premier pays au monde à utiliser des caméras VHS pour tourner des longs métrages.

Depuis la fin des années 80, en raison des difficultés pour la Ghana Film Industry Corporation (GFIC) et les cinéastes indépendants à trouver des fonds, la production de films en vidéo a augmenté . Faute de crédits, les Ghanéens ont commencé à réaliser des films sur fonds propres. Créant leurs propres histoires et scénarios, rassemblant des acteurs, professionnels et amateurs, les cinéastes indépendants ont réalisé des films à succès en particulier à Accra.. Les revenus tirés de ces films VHS ont contribué à soutenir l’industrie cinématographique.
Au départ le GFIC s’était vivement opposé. Les autorités du GFIC ne voyaient pas d’avenir à la technologie vidéo. Elles ont rendu la tâche difficile aux producteurs indépendants du Ghana de l’époque allant même jusqu’à interdire l’aide au producteur indépendant pour réaliser des films vidéo. La conséquence de cette décision fut la perte du professionnalisme dans l’art du cinéma.

Après quelques années, GFIC a commencé à offrir un soutien technique aux réalisateurs de VHS en échange du droit à la première projection dans ses cinémas d’Accra. Leurs films étaient devenus très populaires alors que les Ghanéens voyaient à travers ces récits ce qu’ils étaient et ce qu’ils vivaient vraiment. Au début des années 90, une cinquantaine de films vidéo VHS par an étaient réalisés au Ghana. Au fil du temps, les cinéastes professionnels et amateurs du Ghana ont produit des films de qualité similaire et ont recueilli le même respect.

En 1996, le gouvernement du Ghana a vendu soixante-dix pour cent du capital du GFIC à la société de production télévisuelle malaisienne , Sistem Televisyen Malaysia Berhad de Kuala Lumpur. Le GFIC a été rebaptisé « Gama Media System Ltd ». Cela a affecté très gravement l’industrie cinématographique montante du pays. Alors que Le GFIC avait en charge d’environ la moitié des cinémas du pays. la vente des parts de GFIC a fait s’effondrer l’industrie du cinéma. La société ne s’intéressait plus guère à la réalisation de films et l’industrie cinématographique au Ghana a continué avec des cinéastes indépendants dont le financement reposait sur l’attrait populaire des films notamment pour le thème de l’obscurantisme et de l’occultisme placé dans un cadre chrétien dualiste impliquant Dieu et le diable.

Vers 1997, les Ghanéens et les Nigérians ont fait des films qui ont présenté des réalisateurs nigérians tels que Ifeanyi Onyeabor (alias Big Slim), le révérend Tony Meribe-White et plus tard vers 2006, le cinéaste nigérian Frank Rajah Arase qui a été amené au cinéma par Ifeanyi Onyeabor. qui en avait fait son assistant. Il a grandi pour devenir réalisateur de films et a collaboré avec Venus Films, une société de production ghanéenne, pour produire un certain nombre de films qui ont fait découvrir des acteurs populaires ghanéens. Certains des acteurs comme Van Vicker , Jackie Appiah , Majid Michel , Yvonne Nelson , John Dumelo, Nadia Buari et Yvonne Okoro .

LE KUMAWOOD

L’Inde a son "Bollywood", le Nigeria son "Nollywood" : au Ghana c’est Kumawood qui fait son cinéma, dans la région centrale de Kumasi, où quelques milliers d’euros et quelques jours suffisent pour produire un film à rebondissements et plein d’hémoglobine. A environ cinq heures de route d’Accra, la capitale côtière, le coeur culturel du Ghana accueille une industrie cinématographique en plein essor et à bas coûts.

D’après le producteur local James Aboagye, Kumawood est née d’un défi lancé en 2008, lorsque ses confrères basés à Accra se moquaient de Kumasi, affirmant qu’il n’y avait pas de vrais cinéastes là-bas, alors que le petit pays d’Afrique de l’Ouest produit des films depuis les années. Il y a encore quatre ans, Kumawood pouvait produire jusqu’à 12 films par semaine avec un budget de 30.000 à 50.000 cedi (6.200 à 10.300 euros) chacun. Le coût comprenait le tournage, la production et la diffusion du DVD.

LE CINEMA D’ANIMATION


En 2019, le cinéma d’animation fait un « cartoon ». Un court-métrage ghanéen aavit été sélectionné au festival d’Annecy, une première pour un pays d’Afrique de l’Ouest. Et à Accra, des petits studios émergent.« Nous voulons faire du cinéma d’animation qui raconte des histoires africaines et qui diffuse notre culture. » Sarpei Kwadei, jeune producteur de films d’animation, a cofondé en 2015 le studio Indigene Bros. « Nous avons commencé par produire, au moment de la présidentielle de 2016, des spots animés diffusés à la télévision qui appelaient la population à se rendre aux urnes », poursuit Sarpei Kwadei.
Après ce coup d’essai, le studio, qui compte sept salariés, se lance dans la réalisation d’un court-métrage. Son thème : le match de boxe ayant opposé en 1982 le champion du monde en titre mexicain des poids plumes Salvador Sanchez au Ghanéen Azumah Nelson. Le film de treize minutes, intitulé « Azumah : the Ghanaian Hero », se focalise sur ce combat mythique conclu après quinze rounds qui s’est tenu au Madison Square Garden de New York. « Nous avons fait un film patriotique qui souligne la bravoure d’Azumah durant ce duel », poursuit Sarpei Kwadei.

LES FESTIVALS et AWARDS

En 2010, se crée les Les Ghana Movie Awards qui récompense l’excellence du cinéma ghanéen. La première édition a eu lieu le 25 décembre, au centre de conférence international d’Accra.
En 2017, le Ndiva Women’s Film Festival , un festival du film africain destiné aux femmes cinéastes et au public, a été créé à Accra .
Real Life Film Festival à Accra et Kumasi

Ce festival du film documentaire panafricain projette une cinquantaine de films sur l’Afrique et sa diaspora. Les œuvres sont essentiellement signées par des réalisateurs africains, mais les Etats-Unis sont également représentés, ainsi qu’Haïti, la Jamaïque… Aussi des expositions réalisés par des étudiants en écoles de cinéma originaires d’autres pays d’Afrique. 3 prix sont décernés : prix du 1er film africain, prix afro-pop et prix du 1er film sur la diaspora africaine.

LES REALISATEURS

- KWAW ANSAHET

Kwaw Ansah, né en 1941 à Agona Swedru, est un réalisateur, producteur et scénariste ghanéen. Il est principalement connu pour deux de ses films, "Love Brewed in the African Pot (1980)" et "Heritage Africa" (1988). Ses films ont remporté de nombreux prix dans des festivals internationaux de cinéma1.

- AKOSUA ADOMA OWUSU

Akosua Adoma Owusu, née le 1er janvier 1984, est une cinéaste ghanéenne-américaine d’avant-garde et une productrice dont les films sont diffusés dans le monde entier. Akosua Adoma Owusu évoque la triple conscience à laquelle doit faire face une africaine immigrée aux États-Unis, qui est tenté de s’assimiler à la culture américaine prédominante, qui est identifiée aux afro-américains par la couleur de sa peau mais qui ne s’identifie pas complètement à leur histoire, et qui a sa propre culture africaine.

- YADA BADOE

Yaba Badoe (née en 1955) est une cinéaste documentariste, journaliste et auteure ghanéenne-britannique. Elle a quitté le Ghana pour faire ses études en Grande-Bretagne à un très jeune âge. Elle a travaillé comme productrice et réalisatrice de documentaires pour plusieurs chaînes de télévision britanniques. Parmi ses oeuvres figurent : « Black and White » (1987), une enquête sur la race et le racisme à Bristol, utilisant des caméras cachées pour BBC One ; « I Want Your Sex » (1991), un documentaire artistique explorant les images et les mythes entourant la sexualité noire dans l’art, la littérature, le cinéma et la photographie occidentaux, pour Channel ; et la série en six parties Voluntary Service Overseas pour ITV en 2002.

- SHIRLEY FRIMPONG - MANSO

Shirley Frimpong-Manso, née en mars 1977, est une réalisatrice, scénariste et productrice du cinéma ghanéen. Elle est également la fondatrice. Elle gagne le prix de la meilleure réalisatrice aux Africa Movie Academy Awards en 2010. En 2013, elle est classée 48e parmi les personnes les plus influentes du Ghana selon E.tv Ghana (en).

- IFEANYI ONYEABOR

Ifeanyi Onyeabor, était un réalisateur de Nollywood et spécialiste des cascades. Certaines de ses œuvres populaires : « My Mother’s Heart », « Apostles », Darkest Knight, One Good Turn .

- PETER SEDUFIA
Peter Sedufia est un scénariste et réalistaeur ghanéen qui a réalisé « Keteke » (2017), « Sidechic Gang » (2018) and « Aloevera » (2020).

- KING AMPAW

King Ampaw est un cinéaste et acteur ghanéenné à Kukurantumi . Il est connu pour avoir joué le rôle du deuxième rôle principal avec le regretté acteur hollywoodien Klaus Kinski dans le film sensationnel « Cobra Verde » (1987) de Werner Herzog , qu’il a également coproduit. [1] Il a également coproduit le film « African Timber » (1989) réalisé par Peter F. Bringmann. [2] Il est marié et père de deux fils.

LES FILMS RECENTS

- « A STING IN A TALE »
2009 / 117 min. / Thriller - Ecrit et réalisé par Shirley Frimpong - Avec Adjetey Anang, Lydia Forson, Majid Michel - Nationalité ghanéenne
Synopsis =
Deux diplômés au chômage se lancent dans un voyage pour réussir dans un monde où il faut plus que ce qu’il faut pour obtenir ce que l’on veut.

Le film a remporté cinq prix aux Ghana Movie Awards en 2010, y compris les prix du meilleur réalisateur , de la meilleure écriture.

- « KETEKE »
2017 / 1h 38min / Drame - De Peter Sedufia - Avec Adjetey Anang, Lydia Forson, Fred Nii Amugi - Nationalité Ghanéen
Synopsis =
Dans les années 1980, le train est le seul moyen de transport reliant la banlieue et le centre-ville. Un couple, Boi et Atswei, s’attache à mettre au monde leur premier bébé à Akete mais manque leur premier train. Une mauvaise décision les balance au milieu de nulle part. Arriveront-ils à l’heure pour l’accouchement ou risquent-ils de perdre le bébé et la mère ?

- « AZALI »
2018 / Drame - De Kwabena Gyansah .- Avec Ama K. Abebrese, Asana Alhassan, Adjetey Anang, Akofa Edjeani Asiedu, Emmanuel Nii Adom Quaye, Peter Ritchie
Synopsis =
Une jeune fille, Amina, vit avec sa mère, sa grand-mère et son oncle dans un petit village à l’extérieur d’Accra. Elle mène une vie confortable mais ennuyeuse de laquelle sa mère souhaite la libérer. Sa grand-mère souhaite qu’Amina épouse un homme plus âgé de leur village. La mère d’Amina proteste et vend sans le savoir Amina à des inconnus dans l’espoir qu’elle trouve une vie meilleure dans la ville. Au cours de son voyage, Amina rencontre un jeune homme qui a également été vendu comme un jeune homme et, d’une certaine manière, devient son seul ami. Les deux s’enfuient avec un petit groupe d’enfants qui ont également été vendus. Alors que les deux se lancent dans diverses courses à Accra, ils essaient de gagner leur vie.

- « L’ENTERREMENT DE KOJO »
2018 /1h20 / Divers - De Blitz Bazawule - Avec Ama K Abebrese, Joe Addo, Henry Adofo - Nationalité Ghanéen
Synopsis =
Esi raconte son enfance et sa relation difficile entre son père Kojo et son oncle Kwabena, on ne vous en dit pas plus. Ce film est un savoureux conte moderne servi par de magnifiques paysages et des images superbes.
A bien des égards, L’Enterrement de Kojo détone. Mêlant des genres divers, le premier film du ghanéen Blitz Bazawule se dérobe à toute catégorisation hâtive. Jugez-en plutôt : sur le récit d’apprentissage à travers les yeux de la petite Esi se greffe une histoire de fratrie compliquée, une réflexion sur l’imaginaire, et une fable socio-politique dénonçant les conditions de vie plus que précaires de nombre de travailleurs au Ghana, et l’invasion de la Chine dans ce pays, entre autres.

- « PRINCESS TYRA »
2018/150 mn/ Drame - De Frank Rajah Arase - Avec Jackie Aygemang , Van Vicker et Yvonne Nelson - Nationalité ghanéenne
Synopsis =
Kay (Van Vicker) tombe amoureux de Maafia , une servante (Jackie A. Appiah) de son épouse appelée à être princesse Tyra dans le royaume de Ilugbo. Les problèmes surviennent lorsque Kay imprègne Maafia - qui est un tabou.

- « VENGEANCE MEURTRIERE AU GOUT DE MIEL »