CYCLE Grands acteurs et grandes actrices français : Claude BRASSEUR

  • Mis à jour : 28 décembre 2020

CLAUDE BRASSEUR

BIOGRAPHIE
Claude Brasseur est le fils de Pierre Brasseur et d’Odette Joyeux, et le père d’Alexandre Brasseur. Il est issu d’une dynastie de comédiens remontant à 1820.

Les rares confidences d’Alexandre Brasseur sur son enfance
Le fils de Claude Brasseur n’est pas de ceux qui aiment étaler leur vie. Malgré tout, l’acteur de « Demain nous appartient » s’était une fois confié sur son enfance dans les colonnes de Paris Match. Une enfance passée en partie loin de son père, car dès "10 ou 11 ans", Alexandre Brasseur avait été envoyé dans un établissement à Aix-en-Provence. "C’était trop tôt. On fait des enfants pour les élever et vivre avec eux, même si ce n’est pas tous les jours. Les arracher au noyau familial pour les placer dans la cellule artificielle d’une pension... J’aurais très bien pu rester à la maison", avait-il remarqué.

1.1 Carrière

Ses parents s’occupent peu de lui, se séparent et le placent en pension, où il côtoie Philippe Noiret, Jean-Jacques Debout, et Jacques Mesrine. Il arrête sa scolarité en seconde. Par l’entregent de son père, il est engagé à Paris Match comme assistant du photographe Walter Carone. Un jour ils partent aller interviewer la vedette du comédie de boulevard Elvire Popesco. Au vu de son illustre patronyme, elle lui conseille de se lancer dans le théâtre. Ayant acheté le Théâtre de Paris et montant la pièce « Judas » de Marcel Pagnol, elle engage Claude Brasseur en 1955, lui offrant ainsi son premier contrat, où il interprète trois rôles. Sa performance lui vaut d’entrer au Conservatoire, où il côtoie entre autre Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort. L’année suivante il débute au cinéma dans « Rencontre à Paris » de Georges Lampin. Il tourne avec les plus grands réalisateurs de l’époque, notamment Georges Franju, Marcel Carné et Jean Renoir, mais c’est la télévision qui lui offre ses premiers grands rôles : « Rouletabille » dans Le Mystère de la chambre jaune de Jean Kerchbron et « Sganarelle » dans Dom Juan ou le Festin de pierre de Marcel Bluwal en 1965, et surtout François Vidocq dans « Les Nouvelles Aventures de Vidocq » de 1971 à 1973, où il remplace Bernard Noël, qui était dans les années 1960 le protagoniste de la première série.

Ce n’est qu’en 1974 avec « Les Seins de glace » de Georges Lautner qu’il se fait véritablement remarquer au cinéma, obtenant la consécration avec « Un éléphant ça trompe énormément » d’Yves Robert en 1976 qui lui vaut un César du meilleur acteur dans un second rôle en 1977.

Le succès du film entraîne une suite en 1977, « Nous irons tous au paradis ».

En 1980, il se voit décerner le César du meilleur acteur pour son rôle dans « La Guerre des polices. »

Durant toute sa vie, il a tourné dans plus de cent dix films dont « La Boum » de Claude Pinoteau, où il interprète le père de Vic (Sophie Marceau),

« Les Loups entre eux » de José Giovanni, ou« Camping » et « Le Héros de la famille », tous deux sortis en 2006.

De 2003 à 2007, il joue le policier « Franck Keller » dans la série télévisée du même nom, diffusée sur TF1.

De septembre à novembre 2013, il apparaît tous les soirs de la semaine sur France 2 dans un programme court : Y’a pas d’âge.

Sa dernière apparition au cinéma figure dans Tout le monde debout en 2018, de et avec Franck Dubosc.

Au théâtre sa carrière commence en 1955 avec Judas de Marcel Pagnol dans la mise en scène de Pierre Valde au théâtre de Paris et se déroule pendant plus de soixante ans jusqu’en 2017 où il joue dans « L’Indigent philosophe » de Marivaux mis en scène par Christophe Lidon au Théâtre de l’Atelier. Au cours de ces années il travaille fréquemment avec Roger Planchon et Marcel Bluwal. Il incarne notamment en 1999, au Théâtre Montparnasse, le commandant américain Steve Arnold, agent d’assurance et amateur de Dixieland dans le privé, chargé de conduire l’enquête en vue du procès en dénazification du chef d’orchestre de la Philharmonie de Berlin Wilhelm Furtwängler, interprété par Michel Bouquet, dans la pièce de Ronald Harwood traduite par Dominique Hollier, « À torts et à raisons », mise en scène par Marcel Bluwal.

1.2 Sports

Claude Brasseur et Jacky Ickx au festival automobile international 2013.
Claude Brasseur s’adonne à la compétition automobile, remportant comme copilote de Jacky Ickx le rallye Paris-Dakar en 1983.

Il a également participé à plusieurs reprises, au volant de Simca 1000 Rallye, à des courses automobiles avec le Star Racing Team dans le cadre d’épreuves en circuits du Simca Racing Team.
Alors qu’il est sélectionné pour les Jeux olympiques d’hiver de 1964 à Innsbruck dans l’équipe de France de bobsleigh, il est victime en 1963 d’un grave accident en compétition, son casque explosant sous la violence du choc contre la paroi de glace.

1.3 Prise de position
En 2013, Claude Brasseur a signé le très critiqué « manifeste des 343 salauds » lancé par le magazine Causeur, qui proteste contre un projet gouvernemental de pénalisation des clients de prostituées

1.4 Vie privée
Son parrain est l’écrivain américain Ernest Hemingway. Il effectue son service militaire en Algérie en 1957 dans les parachutistes.
Le 27 mars 1961, Claude Brasseur épouse Peggy Roche, mannequin et journaliste de mode (qui deviendra après leur divorce la compagne de Françoise Sagan ; elle meurt en 1991), puis, en 1970, Michèle Cambon, sœur de Christian Cambon, avec qui il a un fils, Alexandre Brasseur.

1.5 Fin de vie et mort

Claude Brasseur meurt le 22 décembre 2020 à l’âge de 84 ans à Paris

2 THEATRE
1955 : Judas de Marcel Pagnol, mise en scène Pierre Valde, théâtre de Paris
1956 : Bon appétit Monsieur de Gilbert Laporte, mise en scène Alfred Pasquali, théâtre de l’Athénée
1960 : Un ange qui passe de Pierre Brasseur, mise en scène de l’auteur, théâtre des Célestins
1961 : Football de Pol Quentin et Georges Bellak, mise en scène Michel Fagadau, théâtre de la Gaîté-Montparnasse
1962 : Tartuffe ou l’Imposteur de Molière, mise en scène Roger Planchon, théâtre de la Cité de Villeurbanne
1964 : Match, mise en scène Christian Gérard, théâtre de la Gaîté Montparnasse
1966 : La Calèche de Jean Giono, mise en scène Jean-Pierre Grenier, théâtre Sarah Bernhardt
1966 : Britannicus de Jean Racine, mise en scène Sady Rebbot, théâtre de l’Athénée
1967 : Bleus, blancs, rouges ou les Libertins de Roger Planchon, mise en scène de l’auteur, théâtre de la Cité Villeurbanne, Festival d’Avignon
1967 : Tartuffe ou l’Imposteur de Molière, mise en scène Roger Planchon, Festival d’Avignon
1968 : Dans le vent de Roger Planchon, mise en scène de l’auteur, théâtre de la Cité Villeurbanne
1968 : Le Dernier Adieu d’Armstrong de John Arden, mise en scène Jacques Rosner, théâtre de la Cité Villeurbanne
1968 : Bleus, blancs, rouges ou les Libertins de et mise en scène Roger Planchon, théâtre de la Cité Villeurbanne
1968 : Tartuffe ou l’Imposteur de Molière, mise en scène Roger Planchon, théâtre de la Cité Villeurbanne
1968 : Dans le vent de et mise en scène Roger Planchon, théâtre de la Cité Villeurbanne
1968 : Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, mise en scène Roger Planchon, théâtre de la Cité Villeurbanne
1969 : 7 + quoi ? de François Billetdoux, théâtre du Gymnase
1971 : Du côté de chez l’autre d’Alan Ayckbourn, mise en scène Jean-Laurent Cochet, théâtre de la Madeleine
1974 : Les Jeux de la nuit de Frank D. Gilroy, mise en scène Andréas Voutsinas, théâtre Fontaine
1979 : À nous de jouer de Félicien Marceau, mise en scène Andréas Voutsinas, théâtre Hébertot
1987 : George Dandin ou le Mari confondu de Molière, mise en scène Roger Planchon, TNP Villeurbanne
1989 : Le Souper de Jean-Claude Brisville, mise en scène Jean-Pierre Miquel, théâtre Montparnasse
1991 : Le Souper de Jean-Claude Brisville, mise en scène Jean-Pierre Miquel, théâtre des Célestins
1993 : Le Dîner de cons de Francis Veber, mise en scène Pierre Mondy, théâtre des Variétés
1995 : La Dernière Salve de Jean-Claude Brisville, mise en scène Marcel Bluwal, théâtre Montparnasse
1999 : À torts et à raisons de Ronald Harwood, mise en scène Marcel Bluwal, théâtre Montparnasse
2001 : À torts et à raisons de Ronald Harwood, mise en scène Marcel Bluwal, théâtre des Célestins
2002 : Conversations avec mon père d’Herb Gardner, mise en scène Marcel Bluwal, Centre national de création d’Orléans, théâtre de la Porte-Saint-Martin
2005 : Dieu est un steward de bonne composition d’Yves Ravey, mise en scène Jean-Michel Ribes, théâtre du Rond-Point, théâtre national de Nice, tournée
2007 : Mon père avait raison de Sacha Guitry, mise en scène Bernard Murat, théâtre Édouard VII
2012 : Tartuffe ou l’Imposteur de Molière, mise en scène Marion Bierry, Théâtre national de Nice, tournée, Théâtre de Paris
2014 : La Colère du Tigre de Philippe Madral, mise en scène Christophe Lidon, Théâtre Montparnasse
2015 : La Colère du Tigre de Philippe Madral, mise en scène Christophe Lidon, tournée
2016 : Jacques Daniel de Laurent Baffie, mise en scène de l’auteur, Théâtre de la Madeleine
2017 : L’Indigent philosophe de Marivaux, mise en scène Christophe Lidon, Théâtre de l’Atelier

3. FILMOGRAPHIE
3.1. Cinéma
1956 : Rencontre à Paris de Georges Lampin : le jeune homme
1956 : Le Pays d’où je viens de Marcel Carné : Roland _ _ BOX OFFICE
1957 : L’amour descend du ciel de Maurice Cam : Julien
1959 : Rue des prairies de Denys de La Patellière : Louis Neveux
1959 : La Verte Moisson de François Villiers : Robert Borelli _ BOX OFFICE
1960 : Les Yeux sans visage de Georges Franju : un inspecteur
1960 : Pierrot la tendresse de François Villiers
1960 : Les Distractions de Jacques Dupont : Laurent Porte
1961 : La Bride sur le cou de Roger Vadim : Claude _ BOX OFFICE
1962 : Les Sept Péchés capitaux ; sketch L’Envie d’Édouard Molinaro : Riri
1962 : Le Caporal épinglé de Jean Renoir : « Papa » _ BOX OFFICE
1962 : Les Ennemis d’Édouard Molinaro : Vigo
1962 : Un clair de lune à Maubeuge de Jean Chérasse : Walter
1962 : Nous irons à Deauville de Francis Rigaud : Dubois _ BOX OFFICE
1963 : Germinal d’Yves Allégret : Martin Chaval
1963 : Peau de banane de Marcel Ophüls : Charlie Meyer dit « Beau Sourire »
1963 : Dragées au poivre de Jacques Baratier : Plumber
1964 : Lucky Jo de Michel Deville : Loudéac fils
1964 : Bande à part de Jean-Luc Godard : Arthur
1965 : La Bonne Occase de Michel Drach : le routier
1966 : Du rififi à Paname de Denys de La Patellière : Giulio
1966 : Le Chien fou d’Eddy Matalon : Marc
1967 : Un homme de trop de Costa-Gavras : Groubec
1968 : Caroline chérie de Denys de La Patellière : le commissaire Clémont
1969 : Catherine, il suffit d’un amour de Bernard Borderie : Caboche
1969 : La Chasse royale de François Leterrier : Henri Guifred
1970 : Trop petit mon ami de Eddy Matalon : l’inspecteur Hess
1971 : Un cave de Gilles Grangier : Granier
1971 : Le Portrait de Marianne de Daniel Goldenberg : Octave
1972 : Les Enfants de chœur (Gli eroi) de Duccio Tessari : Raphael Tilbaudet, l’entêté français
1972 : Le Viager de Pierre Tchernia : Noël Galipeau à 40 ans _ BOX OFFICE
1972 : Une belle fille comme moi de François Truffaut : maître Murene
1973 : Bel ordure de Jean Marbœuf : Pierre
1974 : Les Seins de glace de Georges Lautner : François Rollin
1975 : Il faut vivre dangereusement de Claude Makovski : Richard Diquet
1975 : L’Agression de Gérard Pirès : André Ducatel
1976 : Attention les yeux ! de Gérard Pirès : Manuel Cauchois
1976 : Le Guêpier de Roger Pigaut : Renaud
1976 : Barocco d’André Téchiné : Jules
- 1976 : « Un éléphant ça trompe énormément » d’Yves Robert : Daniel _ BOX OFFICE
L’émotion d’Anny Duperey, "la dernière d’Un Éléphant ça trompe énormément"
Avec la mort de Claude Brasseur, c’est une page qui se tourne pour Anny Duperey, 73 ans. Et pour cause : "Je suis la dernière d’Un Éléphant ça trompe énormément", a-t-elle expliqué, non sans émotion, au Parisien. "Je me disais au moins il reste Claude et ben non…", s’est-elle confiée. Et de remarquer : "Cela m’émeut parce que c’était des comédiens et des camarades formidables. Avec Claude, nous n’avions qu’une scène, celle de l’anniversaire surprise. Je jouais surtout avec Rochefort et j’étais très amie avec Bedos. Je ne peux m’empêcher d’associer cette joyeuse bande à Marielle. C’était tous des amis."
1976 : Le Grand Escogriffe de Claude Pinoteau : Ari
1977 : Monsieur Papa de Philippe Monnier : Franck Lanier, dit « Monsieur Papa »
1977 : Nous irons tous au paradis d’Yves Robert : Daniel _ BOX OFFICE
1978 : L’État sauvage de Francis Girod : Gravenoire
1978 : L’Argent des autres de Christian de Chalonge : Claude Chevalier d’Aven
1978 : Une histoire simple de Claude Sautet : Serge _ BOX OFFICE
1979 : Au revoir, à lundi de Maurice Dugowson : Arnold Samson
1979 : La Guerre des polices de Robin Davis : le commissaire Jacques Fush
1979 : Ils sont grands, ces petits de Joël Santoni : Léo Dartigues
1979 : Une langouste au petit-déjeuner (Aragosta a colazione) de Giorgio Capitani : Mario Spinosi
1980 : La Banquière de Francis Girod : Largué _ BOX OFFICE
1980 : La Boum de Claude Pinoteau : François Beretton _ BOX OFFICE
1981 : Une affaire d’hommes de Nicolas Ribowski : Servolle
1981 : Une robe noire pour un tueur de José Giovanni : Simon
1981 : L’Ombre rouge de Jean-Louis Comolli : Anton Kovetz
1982 : Josepha de Christopher Frank : Michel Laurent
1982 : Ensemble, c’est un bordel... séparés, un désastre (Quando la coppia scoppia) de Steno : Pier Giorgio Funari
1982 : Guy de Maupassant de Michel Drach : Guy de Maupassant
1982 : Légitime Violence de Serge Leroy : Martin Modot
1982 : La Boum 2 de Claude Pinoteau : François Beretton _ BOX OFFICE
1983 : La Crime de Philippe Labro : le commissaire Martin Griffon
1983 : T’es heureuse ? Moi, toujours... de Jean Marbœuf
1983 : Signes extérieurs de richesse de Jacques Monnet : Jean-Jacques Lestrade dit « Gigi »
1984 : Souvenirs, Souvenirs d’Ariel Zeitoun : Firmani
1984 : Le Léopard de Jean-Claude Sussfeld : Lartigue Risler
1985 : Détective de Jean-Luc Godard : Émile Chenal
1985 : Palace d’Édouard Molinaro : Robert Morland
1985 : Les Rois du gag de Claude Zidi : lui-même
1985 : Les Loups entre eux de José Giovanni : Lacier
1986 : Taxi Boy d’Alain Page : Pétrus Machin
1986 : La Gitane de Philippe de Broca : Hubert Durieux
- 1986 : « Descente aux enfers » de Francis Girod  : Alan Kolber
Dans « Descente aux enfers » de Francis Girog, le binôme a fait scandale car ce n’était plus un père et une fille qu’il incarnait, mais bien deux amants. Le film, particulièrement sensuel, n’avait alors pas manqué d’outrer l’opinion publique. "Ça n’a pas surpris, ça a choqué. Quand Descente aux enfers est sorti, il y a eu une profusion de courriers adressés à Gaumont. C’est tout juste si on ne m’accusait pas d’inceste", s’était remémoré Claude Brasseur en mars 2017 au micro d’Europe 1.
1988 : Dandin de Roger Planchon : Georges Dandin
1989 : Radio Corbeau d’Yves Boisset : Paul Maurier
1989 : L’Union sacrée d’Alexandre Arcady : le colonel Revers
1989 : L’Orchestre rouge de Jacques Rouffio : Léopold Trepper
1990 : Dancing Machine de Gilles Béhat : l’inspecteur Michel Eparvier
1991 : Sale comme un ange de Catherine Breillat : Georges Deblache
1992 : Le Bal des casse-pieds d’Yves Robert : le séducteur
1992 : Le Souper d’Édouard Molinaro : Joseph Fouché
1993 : Le Fil de l’horizon (O Fio do Horizonte) de Fernando Lopes : Spino
1993 : Un, deux, trois, soleil de Bertrand Blier : l’enfoiré
1994 : Délit mineur de Francis Girod : Guerin
1997 : L’Autre Côté de la mer de Dominique Cabrera : Georges Montero
1998 : Matrimoni de Cristina Comencini : Alessio
1999 : Le Plus Beau Pays du monde de Marcel Bluwal : Delabit
1999 : Fait d’hiver de Robert Enrico : le docteur Vogein
1999 : La Débandade de Claude Berri : Paul-Édouard
2000 : Toreros d’Éric Barbier : Francisco
2000 : La Taule d’Alain Robak : le maton chef
2000 : Les Acteurs de Bertrand Blier : lui-même
2001 : Le Lait de la tendresse humaine de Dominique Cabrera : Jean-Claude
2003 : Chouchou de Merzak Allouache : le père Léon _ BOX OFFICE
2004 : Malabar Princess de Gilles Legrand : Robert
2005 : L’Amour aux trousses de Philippe de Chauveron : Jacques Pellegrin
2005 : Les Parrains de Frédéric Forestier : la voix de Max
2006 : Les Petites Vacances d’Olivier Peyon : l’inconnu du palace
2006 : J’invente rien de Michel Leclerc : Mahut
2006 : Fauteuils d’orchestre de Danièle Thompson : Jacques Grumberg
2006 : Camping de Fabien Onteniente : Jacky Pic _ BOX OFFICE
2006 : Le Héros de la famille de Thierry Klifa : Gabriel Stern
2007 : Sa Majesté Minor de Jean-Jacques Annaud : Firos
2010 : Camping 2 de Fabien Onteniente : Jacky Pic _ BOX OFFICE
2011 : Légitime Défense de Pierre Lacan : Vautier
2012 : Quand je serai petit de Jean-Paul Rouve : Maurice
2012 : Ma bonne étoile d’Anne Fassio13 : Robert
2013 : Le Renard jaune de Jean-Pierre Mocky : le commandant
2015 : L’Étudiante et Monsieur Henri d’Ivan Calbérac : Monsieur Henri
2016 : Camping 3 de Fabien Onteniente : Jacky Pic _ BOX OFFICE
2018 : Tout le monde debout de Franck Dubosc : le père de Jocelyn _ BOX OFFICE

3.2. Télévision
1960 : Le Paysan parvenu de René Lucot
1965 : La Misère et la Gloire d’Alexandre Dumas d’Henri Spade
1965 : Le Mystère de la chambre jaune de Jean Kerchbron : Rouletabille
1965 : Dom Juan ou le Festin de pierre de Marcel Bluwal
1967 : Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, réalisation Marcel Bluwal
1967 : La Bonne Peinture de Philippe Agostini : le peintre Lafleur
1968 : la Double Inconstance de Marivaux, mise en scène et réalisation Marcel Bluwal
1969 : Les Eaux mêlées de Jean Kerchbron
1970 : Au théâtre ce soir : Match de Michel Fermaud, mise en scène Jean-Pierre Grenier, réalisation Pierre Sabbagh, théâtre Marigny
1971 : La Brigade des maléfices de Claude Guillemot : Eugène Laurentin
1971 - 1973 : Les Nouvelles Aventures de Vidocq de Marcel Bluwal : François Vidocq
1988 : L’Argent de Jacques Rouffio
1989 : Le Prix du silence de Jacques Ertaud
1989 : Haute Tension, épisode Eaux troubles d’Alain Bonnot : Attila Minos
1992 : Prêcheur en eaux troubles de Georges Lautner
1996 : Le Juste (série en 5 épisodes)
1996 : Petite Sœur de Marion Sarraut
1999 : Vega de Laurent Heynemann
2003 : Soraya de Lodovico Gasparini
2003 : Franck Keller (série en 5 épisodes)
2005 : Edda de Giorgio Capitani
2006 : L’Oncle de Russie de Francis Girod
2007 : Les Prédateurs de Lucas Belvaux
2007 : Myster Mocky présente (1 épisode) de Jean-Pierre Mocky
2008 : Ah, c’était ça la vie ! de Franck Apprederis
2010 : Au bas de l’échelle d’Arnaud Mercadier
2010 : Vieilles Canailles d’Arnaud Sélignac
2011 : Le Grand Restaurant 2 de Gérard Pullicino
2012 : Un autre monde de Gabriel Aghion
2013 : Y’a pas d’âge (série, programme court)
2015 : No Limit (saison 3)
2015 : La Minute vieille

4. BIOGRAPHIE
« Claude Brasseur et Jeff Domenech, Merci ? : Père et fils, maison fondée en 1820 », Flammarion, 2014, 264 p. (ISBN 9782081343160)

5. DISTINCTIONS
- Rose ’Claude Brasseur’.
- 2007 : président de la 32e cérémonie des César

6. DECORATONS
Officier de l’ordre national du Mérite Officier de l’ordre national du Mérite. Il a été fait chevalier le 25 mars 2004, puis a été promu officier par décret du 13 mai 2016.
Officier de la Légion d’honneur Officier de la Légion d’honneur. Il a été fait chevalier le 18 novembre 2008, puis a été promu officier par décret du 30 décembre 201617.
Ordre des Arts et des Lettres Commandeur ribbon.svg Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres18.

7. RECOMPENCES
- César 1977  : meilleur acteur dans un second rôle pour Un éléphant ça trompe énormément

- César 1980 : meilleur acteur pour La Guerre des polices
Nominations
César 1979 : meilleur acteur et meilleur acteur dans un second rôle pour Une histoire simple
César 1993  : meilleur acteur pour Le Souper
Molières 2000 : molière du comédien pour À torts et à raisons
Molières 2015 : molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé pour La Colère du Tigre
Globes de Cristal 2015 : meilleur comédien pour La Colère du Tigre