CYCLE Grands acteurs et grandes actrices français : Robert HOSSEIN

  • Mis à jour : 2 janvier

Robert Hossein, de son nom de naissance Abraham Hosseinoff, né le 30 décembre 1927 à Paris 12e (Seine) et mort le 31 décembre 2020 à Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) est un réalisateur, acteur, scénariste, dialoguiste et metteur en scène français.

BIOGRAPHIE

1.1 Carrière au théâtre
Robert Hossein est le fils du compositeur azéri natif de Samarcande ou de Achgabat, André Hossein, et d’Anna Mincovschi, comédienne juive native de Soroca (Bessarabie).

Il suit très tôt des cours de théâtre, auprès notamment de René Simon et de Tania Balachova et obtient son premier succès d’estime à 19 ans, grâce à un rôle dans la pièce « Les Voyous ». Il se dirige un temps vers la mise en scène et fait briller le théâtre du Grand-Guignol de ses derniers feux, en association avec Frédéric Dard, avec notamment « Docteur Jekyll et Mister Hyde », « La Chair de l’orchidée » d’après James Hadley Chase, ou encore « L’Homme traqué, » d’après Francis Carco.

Il prend en charge en 1970 le théâtre populaire de Reims, expérimentant un théâtre traité comme un véritable spectacle cinématographique. En 1972, Isabelle Adjani joue avec sa troupe « La Maison de Bernarda Alba » de Federico García Lorca, qui la consacre (elle entre à la Comédie-Française aussitôt après).

À son retour à Paris, Hossein se lance dans une série de grands spectacles au Palais des Sports et au Palais des Congrès, à Paris, où le public est invité à prendre parti : « Le Cuirassé Potemkine », « Notre-Dame de Paris », ou bien encore« Danton et Robespierre ». La comédie musicale« Les Misérables » connaît un grand succès, puis est reprise dans le West End et ensuite à Broadway.


De 2000 à 2008, il dirige le théâtre Marigny.

Depuis 2015, avec Stéphane Bern et Ève Ruggieri, il prête sa voix à la narration du spectacle « Le Fabuleux Noël du château de Maintenon » dans la scène retraçant la venue de Churchill au quartier général que l’amiral Darlan y avait installé.

1.2 Carrière au cinéma

Robert Hossein commence sa carrière cinématographique en 1948 dans « Le Diable boiteux », de Sacha Guitry, où il tient un petit rôle de figuration. Sa carrière s’accélère avec le film de Jules Dassin, « Du rififi chez les hommes. » Ensuite, il affrontera Jean Gabin, deviendra un des acteurs favoris de Roger Vadim, travaillera avec Yves Allégret, Alexandre Astruc, Édouard Molinaro, Mauro Bolognini, Nadine Trintignant, Christian-Jaque, Claude Autant-Lara et Julien Duvivier.

En 1955, il réalise son premier film, « Les salauds vont en enfer », adaptation de la pièce de théâtre de son ami Frédéric Dard, dans lequel il est également acteur.

Après « Pardonnez nos offenses », qu’il réalise en 1956, et « Toi le venin » (avec Marina Vlady et la sœur de celle-ci Odile Versois),

le voilà, en 1964, en héros romantique, incarnant Joffrey de Peyrac, dans « Angélique Marquise des Anges », et dans trois autres films de la série (il y en a cinq en tout mais Robert Hossein apparaît dans quatre d’entre eux).

Dans un registre plus intimiste, il est l’un des interprètes de « La musica » de Marguerite Duras, en 1967. En 1968, il retrouve Michèle Mercier, sa partenaire dans Angélique, pour « La Seconde Vérité » de Christian-Jaque puis dans « Une corde, un colt », western français qu’il réalise et interprète.

De sa filmographie, on retiendra surtout — c’est l’avis de Robert Hossein — Le « Vampire de Düsseldorf », film sobre et prégnant, qu’il réalise et interprète avec Marie-France Pisier, alors sa compagne.

Il multiplie les apparitions comme acteur, notamment dans« Le Casse », d’Henri Verneuil. En 1973 il joue le prêtre et amant de Claude Jade dans l’émouvant « Prêtres interdits » de Denys de La Patellière ; L’Aurore écrit : « remarquablement interprété par Robert Hossein dont c’est un des meilleurs rôles.

 » Il a joué avec Johnny Hallyday dans « Point de chute », qu’il réalise.

En 1981, il fait un retour remarqué dans « Les Uns et les Autres » de Claude Lelouch.

Toujours au cinéma : l’année suivante, Hossein dirige une version monumentale du roman de Hugo « Les Misérables », où il n’apparaît pas,

et en 1986 il se met en scène aux côtés de sa femme Candice Patou dans « Le Caviar rouge », adaptation par son ami et complice des débuts, Frédéric Dard, de sa propre œuvre. Ensuite il a pour partenaire Emmanuelle Béart dans « Les Enfants du désordre » de Yannick Bellon (1989), et joue un ancien aviateur dans « Vénus beauté (institut) », de Tonie Marshall, en 1999.
En 2009, on le voit aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans le film « Un homme et son chien » réalisé par Francis Huster.

1.3 Vie personnelle et engagements publics

1.3.1 Famille
Robert Hossein s’est marié avec Marina Vlady le 23 décembre 1955 avec qui il a deux fils, Igor et Pierre.
À 34 ans, il épouse ensuite le 7 juin 1962 Caroline Eliacheff alors âgée de 15 ans et deux jours, fille de Françoise Giroud, dont il a un fils, Nicolas.
En 1973, il partage la vie d’une jeune comédienne âgée de 22 ans, Michèle Watrin (qui incarnait la cousine de Claude Jade dans Prêtres interdits) avant que celle-ci ne trouve la mort l’année suivante, peu avant leur mariage, dans un accident de voiture dans lequel Robert Hossein est blessé.
Il devient ensuite l’époux, jusqu’à sa mort, de Candice Patou, avec laquelle il s’est marié le 28 juin 1976 à Reims. Ils ont un fils prénommé Julien.

1.3.2 Religion
Dans les années 1970, Robert Hossein se lie d’amitié avec l’aumônier du théâtre populaire de Reims dont il a la charge. Fils d’une juive russe et d’un père azéri de confession zoroastrienne, il se fait baptiser dans la religion catholique alors qu’il a près de 50 ans.
En 2007, il présente une pièce intitulée« N’ayez pas peur » sur la vie de Jean-Paul II. Il voue une dévotion toute particulière à sainte Thérèse de Lisieux.
En avril 2016, il est reçu par le pape François, sur la place Saint-Pierre à Rome. Il confie alors à Radio Vatican sa motivation pour la défense d’un théâtre populaire « qui permette aux jeunes de trouver des perspectives de culture, de sens et de foi .

FILMOGRAPGIE

1.1 Réalisateur
1955 : Les salauds vont en enfer, d’après Frédéric Dard
1956 : Pardonnez nos offenses
1959 : Toi, le venin, d’après Frédéric Dard
1959 : Les Scélérats, d’après Frédéric Dard
1959 : La Nuit des espions
1961 : Le Jeu de la vérité
1961 : Le Goût de la violence
1964 : La Mort d’un tueur
1964 : Les Yeux cernés
1965 : Le Vampire de Düsseldorf
1967 : « J’ai tué Raspoutine »
1969 : Une corde, un Colt
1970 : Point de chute
1982 : Les Misérables
1986 : Le Caviar rouge

1.2 Acteur
1.2.1 Cinéma
1948 : Les souvenirs ne sont pas à vendre, de Robert Hennion
1948 : Le Diable boiteux, de Sacha Guitry
1948 : Aux yeux du souvenir, de Jean Delannoy
1949 : Maya, de Raymond Bernard
1954 : Quai des blondes, de Paul Cadéac
1955 : Série noire, de Pierre Foucaud
1955 : Du rififi chez les hommes, de Jules Dassin
1955 : Les salauds vont en enfer, de Robert Hossein d’après Frédéric Dard
1956 : Pardonnez nos offenses, de Robert Hossein
1956 : Crime et châtiment, de Georges Lampin
1957 : Sait-on jamais..., de Roger Vadim
1957 : Méfiez-vous fillettes, d’Yves Allégret
1958 : Liberté surveillée d’Henri Aisner et Vladimir Voltchek
1959 : Toi, le venin, de Robert Hossein d’après Frédéric Dard
1959 : La Sentence, de Jean Valère
1959 : Les Scélérats, de Robert Hossein
1959 : Des femmes disparaissent, d’Édouard Molinaro
1959 : Du rififi chez les femmes, d’Alex Joffé
1959 : La Nuit des espions, de Robert Hossein
1960 : La Menace, de Gérard Oury
1960 : Les Canailles, de Maurice Labro
1961 : Le Jeu de la vérité, de Robert Hossein
1961 : Le Goût de la violence, de Robert Hossein
1961 : Madame Sans-Gêne, de Christian-Jaque
1962 : Pourquoi Paris ?, de Denys de La Patellière (non confirmé)
1962 : Les Petits Matins, de Jacqueline Audry
1962 : Le Monte-Charge, de Marcel Bluwal
1962 :« Le Repos du guerrier, » de Roger Vadim
1963 : Commissaire mène l’enquête (segment Pour qui sonne le ...), de Fabien Collin
1963 : Chair de poule, de Julien Duvivier
1963 : Le Meurtrier, de Claude Autant-Lara
1963 : « Le Vice et la Vertu », de Roger Vadim
1963 : Les Grands Chemins, de Christian Marquand
1964 : La Mort d’un tueur, de Robert Hossein
1964 : Banco à Bangkok pour OSS 117, d’André Hunebelle
1964 : Les Yeux cernés, de Robert Hossein
1964 : Angélique marquise des anges, de Bernard Borderie
1965 : Le Vampire de Düsseldorf, de Robert Hossein
1965 : Guerre secrète (The Dirty Game), de Christian-Jaque, Werner Klingler, Carlo Lizzani et Terence Young
1965 : « La Fabuleuse Aventure de Marco Polo », de Denys de La Patellière et Noël Howard
1965 : Le Tonnerre de Dieu, de Denys de La Patellière
1966 : La Seconde Vérité, de Christian-Jaque
1966 : Mademoiselle de Maupin (Madamigella di Maupin), de Mauro Bolognini
1966 : La Longue Marche, d’Alexandre Astruc
1966 : Angélique et le Roy, de Bernard Borderie
1966 : Brigade antigangs, de Bernard Borderie
1967 : Lamiel, de Jean Aurel
1967 : L’homme qui trahit la mafia, de Charles Gérard
1967 : La Musica, de Marguerite Duras et Paul Seban
1967 : J’ai tué Raspoutine, de Robert Hossein
1967 : Indomptable Angélique, de Bernard Borderie
1968 : La Petite vertu, de Serge Korber
1968 : La Leçon particulière, de Michel Boisrond
1968 : La Femme écarlate, de Jean Valère
1968 : Angélique et le sultan, de Bernard Borderie
1968 : Pas de roses pour OSS 117, de Renzo Cerrato, Jean-Pierre Desagnat et André Hunebelle
1969 : Maldonne, de Sergio Gobbi
1969 : Le Temps des loups, de Sergio Gobbi
1969 : Les Conspirateurs (Nell’anno del Signore), de Luigi Magni
1969 : Les Libertines (Las Bellas), de Dave Young
1969 : La Bataille d’El Alamein (La Battaglia di El Alamein), de Giorgio Ferroni
1969 : Une corde, un Colt, de Robert Hossein
1969 : La Vie, l’Amour, la Mort, de Claude Lelouch
1969 : Le Voleur de crimes, de Nadine Trintignant
1969 : Sept hommes pour Tobrouk (La Battaglia del deserto), de Mino Loy
1969 : Le temps des loups de Sergio Gobbi
1970 : Point de chute, de Robert Hossein
1971 : Le Juge, de Federico Chentrens et Jean Girault
1971 : La Part des lions, de Jean Larriaga
1971 : Le Casse, d’Henri Verneuil
1972 : Hellé, de Roger Vadim
1972 : Un meurtre est un meurtre, d’Étienne Périer
1973 : Don Juan 73 ou Si Don Juan était une femme..., de Roger Vadim
1973 : Un officier de police sans importance, de Jean Larriaga
1973 : Prêtres interdits, de Denys de La Patellière
1974 : Le Protecteur, de Roger Hanin
1975 : Le Faux-cul, de Roger Hanin
1978 : L’Amant de poche, de Bernard Queysanne
1979 : Démons de midi, de Christian Paureilhe
1981 : Les Uns et les Autres, de Claude Lelouch
1981 : Le Professionnel, de Georges Lautner
1982 : Les Misérables, de Robert Hossein
1982 : Le Grand pardon, d’Alexandre Arcady
1983 : Surprise Party, de Roger Vadim
1984 : Liberté, égalité, choucroute, de Jean Yanne
1986 : Le Caviar rouge, de Robert Hossein
1986 : Un homme et une femme : vingt ans déjà, de Claude Lelouch
1987 : Lévy et Goliath, de Gérard Oury
1989 : Les Enfants du désordre, de Yannick Bellon
1992 : L’Inconnu dans la maison, de Georges Lautner (voix)
1994 : L’Affaire, de Sergio Gobbi
1995 : Les Misérables, de Claude Lelouch
1997 : Le Masque de cire, de Sergio Stivaletti
1999 : Vénus beauté (institut), de Tonie Marshall
1999 : Gialloparma, d’Alberto Bevilacqua
2003 : San-Antonio (San Antonio), de Frédéric Auburtin
2006 : La Disparue de Deauville, de Sophie Marceau
2009 : Un homme et son chien, de Francis Huster
2019 : Le Fruit de l’espoir, d’Alain Williams

1.2.2 Télévision
1973 : Vogue la galère, de Raymond Rouleau
1974 : Le tour d’écrou, de Raymond Rouleau
1978 : Emmenez-moi au théâtre : Pas d’orchidées pour Miss Blandisch, de Claude Barma
1983 : Les Uns et les Autres, de Claude Lelouch (série télévisée)
1988 : La Croisade des enfants, de Serge Moati
2005 : Le Juge, de Vincenzo Marano (feuilleton TV)
2006 : Petits meurtres en famille d’Edwin Baily (feuilleton TV en 4 parties)
2008 : Vénus et Apollon (saison 2) (feuilleton TV) de Pascal Lahmani
2011 : Belmondo, itinéraire... de Vincent Perrot et Jeff Domenech : Témoignage

THEATRE
3.1 Auteur
1949 : Les Voyous, Théâtre du Vieux-Colombier
1954 : Responsabilité limitée, Théâtre Fontaine
1957 : Vous qui nous jugez, Théâtre de l’Œuvre
1963 : Six Hommes en question de Frédéric Dard & Robert Hossein, Théâtre Antoine
Comédien
Le Retour de l’enfant prodigue d’André Gide, mise en scène Jean Marchat, Théâtre des Mathurins
1949 : Les Voyous de Robert Hossein, mise en scène de l’auteur, Théâtre du Vieux-Colombier
1949 : La neige était sale de Georges Simenon, adaptation Frédéric Dard, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre de l’Œuvre
1949 : Haute Surveillance de Jean Genet, mise en scène Jean Marchat, Théâtre des Mathurins
1952 : La neige était sale de Georges Simenon, adaptation Frédéric Dard, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre des Célestins
1953 : Du plomb pour ces demoiselles de Frédéric Dard, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre du Grand-Guignol
1954 : La Corde de Patrick Hamilton, mise en scène Jean Darcante, Théâtre de la Renaissance
1954 : Responsabilité limitée de Robert Hossein, mise en scène Jean-Pierre Grenier, Théâtre Fontaine
1957 : Vous qui nous jugez de et mise en scène Robert Hossein, Théâtre de l’Œuvre
1957 : Jupiter de Robert Boissy, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Célestins
1963 : Six Hommes en question de Frédéric Dard & Robert Hossein, mise en scène Robert Hossein, Théâtre Antoine
1966 : L’Obsédé (L’Amateur) (en) de John Fowles adaptation France Roche, mise en scène Robert Hossein, Théâtre des Variétés
1968 : La Moitié du plaisir de Steve Passeur, Jean Serge & Robert Chazal, mise en scène Robert Hossein, Théâtre Antoine, Théâtre des Variétés
1970 : La neige était sale de Georges Simenon, adaptation Frédéric Dard, mise en scène Robert Hossein d’après celle de Raymond Rouleau, Théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
1975 : Des souris et des hommes de John Steinbeck, adaptation Marcel Duhamel, mise en scène Robert Hossein, Théâtre de Paris
1976 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, mise en scène Andréas Voutsinas, Théâtre Gérard Philipe : Garcin
1977 : La Putain respectueuse de Jean-Paul Sartre, mise en scène Jacques Weber, Théâtre Gérard Philipe
1977 : Pas d’orchidées pour miss Blandish de James Hadley Chase, adaptation Frédéric Dard, mise en scène Robert Hossein, Maison de la Culture Reims, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
1978 : La Cinéscenie, Puy du Fou
1979 : Les Hauts de Hurlevent d’après Emily Brontë, mise en scène Robert Hossein, Théâtre de Boulogne-Billancourt
1981 : Lorna et Ted de John Hale, mise en scène Michel Fagadau, Théâtre de Boulogne-Billancourt
1985 : Lorna et Ted de John Hale, mise en scène Michel Fagadau, Petit Marigny
1987 : Lorna et Ted de John Hale, mise en scène Michel Fagadau
1994 : La Nuit du crime de Jean Serge, Robert Chazal et Robert Hossein d’après Steve Passeur, mise en scène Robert Hossein, Théâtre de Paris
1999 : Ouragan sur le Caine de Herman Wouk, mise en scène Robert Hossein, Théâtre des Champs-Élysées
2002 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, mise en scène Robert Hossein, Théâtre Marigny : Garcin
2003 : Antigone de Jean Anouilh, mise en scène Nicolas Briançon, Théâtre Marigny : Créon
2007 : Lorna et Ted de John Hale, mise en scène Michel Fagadau
2010 : L’Affaire Seznec d’Éric Rognard et Olga Vincent, mise en scène Robert Hossein, Théâtre de Paris
2010 : Dominici : un procès impitoyable de Marc Fayet, mise en scène Robert Hossein, Théâtre de Paris

Metteur en scène
1949 : Les Voyous de Robert Hossein Théâtre du Vieux-Colombier
1954 : Les salauds vont en enfer de Frédéric Dard, Théâtre du Grand-Guignol
1954 : L’Homme traqué de Frédéric Dard, Théâtre des Noctambules, Théâtre Municipal Nice
1954 : Docteur Jekyll et mister Hyde de Frédéric Dard, Théâtre du Grand-Guignol
1955 : La Chair de l’orchidée adaptation Frédéric Dard et Marcel Duhamel d’après James Hadley Chase, Théâtre du Grand-Guignol
1957 : Vous qui nous jugez de Robert Hossein, Théâtre de l’Œuvre
1963 : Six hommes en question de Frédéric Dard et Robert Hossein, Théâtre Antoine
1966 : L’Obsédé (L’Amateur) (en) de John Fowles adaptation France Roche, Théâtre des Variétés
1968 : La Moitié du plaisir de Steve Passeur, Jean Serge & Robert Chazal, Théâtre Antoine, théâtre des Variétés
1970 : La neige était sale de Georges Simenon, adaptation Frédéric Dard, mise en scène Robert Hossein d’après celle de Raymond Rouleau, Théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
1971 : Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski, Reims
1972 : Les Bas-fonds de Maxime Gorki, Reims, Théâtre de l’Odéon
1972 : La Prison d’après Georges Simenon, Reims
1972 : Roméo et Juliette de William Shakespeare, Reims, 1973 : Théâtre de la Porte-Saint-Martin
1974 : La Maison de Bernarda Alba de Federico García Lorca, Comédie-Française
1974 : Hernani de Victor Hugo, Comédie-Française
1975 : Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski, Théâtre de Paris
1975 : Des souris et des hommes de John Steinbeck, Théâtre de Paris
1977 : Pas d’orchidées pour miss Blandish de James Hadley Chase, adaptation Frédéric Dard, Maison de la Culture Reims
1977 : Procès de Jeanne d’Arc, Théâtre de Paris
1978 : Le Cauchemar de Bella Manningham de Frédéric Dard d’après Patrick Hamilton, Théâtre Marigny
1979 : Les Hauts de Hurlevent d’après Emily Brontë, Théâtre de Boulogne-Billancourt
1980 : Six hommes en question de Frédéric Dard et Robert Hossein, Théâtre Antoine
1983 : Un grand avocat d’Henry Denker, Théâtre Mogador
1986 : Les Brumes de Manchester de Frédéric Dard, théâtre Marigny, Théâtre de Paris en 1987
1987 : Kean de Jean-Paul Sartre d’après Alexandre Dumas, Théâtre Marigny
1990 : Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, Théâtre Marigny, Théâtre de Nice
1992 : Les Bas-fonds de Maxime Gorki, Théâtre Mogador
1998 : Surtout ne coupez pas d’après "Sorry, wrong number" de Lucille Fletcher, Théâtre Marigny
1999 : Ouragan sur le Caine d’Herman Wouk, Comédie des Champs-Élysées22
2000 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, Théâtre Marigny
2001 : Coupable ou non coupable d’Ayn Rand, Théâtre Marigny
2001 : Crime et Châtiment de Fiedor Dostoievski, Théâtre Marigny
2002 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, Théâtre Marigny
2010 : L’Affaire Seznec d’Éric Rognard et Olga Vincent, Théâtre de Paris
2010 : Dominici : un procès impitoyable de Marc Fayet, Théâtre de Paris

Metteur en scène de grands spectacles
1975 : Le Cuirassé Potemkine, Palais des sports de Paris
1978 : Notre-Dame de Paris, Palais des sports de Paris
1979 : Danton et Robespierre d’Alain Decaux, Stellio Lorenzi et Georges Soria, Palais des congrès de Paris
1980 : Les Misérables d’après Victor Hugo, Palais des sports de Paris, spectacle musical
1983 : Un homme nommé Jésus, Palais des sports de Paris
1985 : Jules César, Palais des sports de Paris
1987 : L’Affaire du courrier de Lyon d’Alain Decaux et Robert Hossein, Palais des sports de Paris
1988 : La Liberté ou la mort d’après Danton et Robespierre d’Alain Decaux, Stellio Lorenzi et Georges Soria, Palais des congrès de Paris
1989 : Dans la nuit la Liberté, Palais des sports de Paris
1989 : Un Jour la Liberté, final du concert de Michel Sardou, Palais omnisports de Paris-Bercy
1991 : Jésus était son nom, Palais des sports de Paris
1993 : Je m’appelais Marie-Antoinette, Palais des sports de Paris
1994 : La Nuit du crime d’après Steve Passeur adaptation Jean Serge, Robert Chazal et Robert Hossein, Théâtre de Paris
1995 : Angélique Marquise des Anges d’après Anne et Serge Golon, Palais des sports de Paris
1997 : La Vie en bleu comédie musicale de Jean-Michel Bériat et Raymond Jeannot, musique Pascal Stive, création à l’opéra de Monaco puis Théâtre Mogador à Paris
1999 : Celui qui a dit non, Palais des congrès de Paris, retraçant le combat de Charles de Gaulle durant la Seconde Guerre mondiale, coécrit par Alain Peyrefitte et Alain Decaux
2000 : Jésus la résurrection, Palais des sports de Paris
2002 : C’était Bonaparte, Palais des sports de Paris
2004 : On achève bien les chevaux spectacle musical d’après Horace McCoy, Palais des congrès
2006 : Ben-Hur, Stade de France
2007 : N’ayez pas peur ! Jean-Paul II, Palais des sports de Paris
2011 : Une Femme Nommée Marie (aux sanctuaires de Lourdes)

DISTINCTIONS

4.1 Honneurs

Molière d’honneur (1995)
Médaille de la Ville de Paris, échelon grand vermeil (2000)

4.2 Décorations
Commandeur de la Légion d’honneur Commandeur de la Légion d’honneur (2006)23 ; officier (2000)24 ; chevalier (1990)25
Grand officier de l’ordre national du Mérite Grand officier de l’ordre national du Mérite (2019)26 ; commandeur (1994)27 ; officier (1986) ; chevalier (date inconnue)
MON Ordre du Merite Culturel Commandeur BAR.svg Commandeur de l’ordre du Mérite culturel (2006)28Monaco

PUBLICATIONS
5.1 Romans
1962 : Le sang est plus épais que l’eau avec Frédéric Dard (Fleuve noir)
1985 : Le Caviar rouge avec Frédéric Dard (Fleuve noir)
Autres
1978 : La Sentinelle aveugle (Grasset)
1981 : Nomade sans tribu (Fayard)
1987 : En désespoir de cause (Plon)
2001 : La Nostalge (Michel Lafon)
2002 : Lumière et Ténèbres (Le Pré aux Clercs)
2007 : N’ayez pas peur... De croire (Lattès)
2010 : Frédéric Quinonero, préface de Robert Hossein, Sophie Marceau - La belle échappée, Éditions Didier Carpentier

5.2 Publicatons
2013 : De Gaulle en Grand, participation à la création du spectacle en mapping vidéo de Christophe Marlard29, mémorial Charles de Gaulle
2014 : De Gaulle en Grand, participation à la création de la saison 2 du spectacle de Christophe Marlard30, mémorial Charles de Gaulle
2014 : Napoléon, bicentenaire de la bataille de Reims, participation au spectacle en mapping vidéo de Christophe Marlard
 : De Gaulle en Grand, collaboration à la création de la saison 3 du spectacle de Christophe Marlard, mémorial Charles de Gaulle
2016 : Je crois en l’homme parce que je crois en Dieu, avec François Vayne (Plon)