Nominations pour les Césars 2021

  • Mis à jour : 13 mars

César 2021 : les nominations sont tombées

L’Académie des César a dévoilé ce matin la liste des nommé·es de son édition 2021. Les Choses qu’on dit, Les choses qu’on fait, Adieu les cons et Ete 85 sont en tête des nominations.
La cérémonie des César se tiendra le 12 mars prochain à l’Olympia et en présentiel, en même temps que la réouverture des salles (si la situation sanitaire le permet). Présentée par Marina Foïs et présidée par Roschdy Zem, l’édition 2021 devra faire suite à celle chaotique de l’année dernière. Depuis, rappelons que la présidence, les membres du conseil d’administration et ceux de l’assemblée générale ont été tous renouvelés, respectant la parité, la démocratie et la diversité.

C’est « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait » d’Emmanuel Mouret qui termine en tête des nominations avec treize mentions suivi de près par « Adieu les cons » d’Albert Dupontel et « Eté 85 » de François Ozon avec chacun une nomination de moins. « Antoinette dans les Cévennes » de Caroline Vignal (8 citations) et « Adolescentes » de Sébastien Lifshitz (6) complètent le quinté de tête.

Liste complète des nominations :

Meilleur film

  • « Adieu les cons » produit réalisé par Albert Dupontel
    Synopsis =
    Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans.
    Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et M. Blin, archiviste aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable.
  • « Adolescentes » documentaire produit réalisé par Sébastien Lifshitz
    Synopsis =
    Emma et Anaïs sont inséparables et pourtant, tout les oppose. Adolescentes suit leur parcours depuis leur 13 ans jusqu’à leur majorité, cinq ans de vie où se bousculent les transformations et les premières fois. A leur 18 ans, on se demande alors quelles femmes sont-elles devenues et où en est leur amitié. A travers cette chronique de la jeunesse, le film dresse aussi le portrait de la France de ces cinq dernières années.
  • « Antoinette dans les Cévennes » réalisé par Caroline Vignal
    Synopsis =
    Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l’accompagner dans son singulier périple…
  • « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait » réalisé Emmanuel Mouret
    Synopsis =
    Daphné, enceinte de trois mois, est en vacances à la campagne avec son compagnon François. Il doit s’absenter pour son travail et elle se retrouve seule pour accueillir Maxime, son cousin qu’elle n’avait jamais rencontré. Pendant quatre jours, tandis qu’ils attendent le retour de François, Daphné et Maxime font petit à petit connaissance et se confient des récits de plus en plus intimes sur leurs histoires d’amour présentes et passées...
  • « Eté 85 » réalisé par François Ozon
    Synopsis =
    L’été de ses 16 ans, Alexis, lors d’une sortie en mer sur la côte normande, est sauvé héroïquement du naufrage par David, 18 ans. Alexis vient de rencontrer l’ami de ses rêves. Mais le rêve durera-t-il plus qu’un été ? L’été 85...

Meilleure réalisation

  • Albert Dupontel pour « Adieu les cons »
    - Maïwenn pour« ADN »
    Neige, divorcée et mère de trois enfants, rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien qui vit désormais en maison de retraite. Elle adore et admire ce pilier de la famille, qui l’a élevée et surtout protégée de la toxicité de ses parents. Les rapports entre les nombreux membres de la famille sont compliqués et les rancœurs nombreuses... Heureusement Neige peut compter sur le soutien et l’humour de François, son ex. La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige. Dès lors elle va vouloir comprendre et connaître son ADN.
  • Sébastien Lifshitz pour« Adolescentes »
  • Emmanuel Mouret pour « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • François Ozon pour « Eté 85 »

Meilleure actrice

  • Laure Calamy dans « Antoinette dans les Cévennes »
  • Martine Chevallier dans « Deux »
  • Barbara Sukowa dans « Deux »
  • Virginie Efira dans « Adieu les cons »
  • Camélia Jordana dans « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »

Meilleur acteur

  • Sami Bouajila dans « Un Fils »
    Synopsis =
    Farès et Meriem forment avec Aziz, leur fils de 9 ans, une famille tunisienne moderne issue d’un milieu privilégié. Lors d’une virée dans le sud de la Tunisie, leur voiture est prise pour cible par un groupe terroriste et le jeune garçon est grièvement blessé..
  • Jonathan Cohen dans« Enorme »
    Synopsis =
    Ça lui prend d’un coup à 40 ans : Frédéric veut un bébé, Claire elle n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Il commet l’impardonnable et lui fait un enfant dans le dos. Claire se transforme en baleine et Frédéric devient gnangnan.
  • Albert Dupontel dans « Adieu les cons »
  • Niel Schneider dans « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • Lambert Wilson dans « De Gaulle »

Meilleure actrice dans un second rôle

  • Fanny Ardant dans « ADN »
  • Valeria Bruni Tedeschi dans « Eté 85 »
  • Emilie Dequenne dans « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • Noémie Lvovsky dans « La Bonne épouse »
    Synopsis =
    Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?
  • Yolande Moreau dans « La Bonne épouse »

Meilleur acteur dans un second rôle

  • Edouard Baer dans « La Bonne épouse »
  • Louis Garrel dans « ADN »
  • Benjamin Lavernhe dans « Antoinette dans les Cévennes »
  • Vincent Macaigne dans « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • Nicolas Marié dans « Adieu les cons »

Meilleur espoir féminin

  • Mélissa Guers dans « La fille au bracelet »
  • India Hair dans « Poisson sexe »
  • Julia Piaton dans « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • Camille Rutherford dans « Felicità »
  • Fathia Youssouf dans « Mignonnes »

Meilleur espoir masculin

  • Guang Huo dans « La Nuit venue »
  • Félix Lefebvre dans « Eté 85 »
  • Benjamin Voisin dans « Eté 85 »
  • Alexandre Wetter dans « Miss »
  • Jean-Pascal Zadi dans « Tout simplement noir »

Meilleur premier film :

  • « Deux » réalisé par Filippo Meneghetti
    Synopsis =
    Nina et Madeleine sont profondément amoureuses l’une de l’autre. Aux yeux de tous, elles ne sont que de simples voisines vivant au dernier étage de leur immeuble. Au quotidien, elles vont et viennent entre leurs deux appartements et partagent leurs vies ensemble. Personne ne les connaît vraiment, pas même Anne, la fille attentionnée de Madeleine. Jusqu’au jour où un événement tragique fait tout basculer…
  • « Garçon Chiffon » réalisé par Nicolas Maury
    Synopsis =
    Jérémie, la trentaine, peine à faire décoller sa carrière de comédien. Sa vie sentimentale est mise à mal par ses crises de jalousie à répétition et son couple bat de l’aile. Il décide alors de quitter Paris et de se rendre sur sa terre d’origine, le Limousin, où il va tenter de se réparer auprès de sa mère...

- « Mignonnes » réalisé par Maïmouna Doucouré
Synopsis =
Amy, 11 ans, rencontre un groupe de danseuses appelé : « Les Mignonnes ». Fascinée, elle s’initie à une danse sensuelle, dans l’espoir d’intégrer leur bande et de fuir un bouleversement familial...

  • « Tout simplement noir » réalisé par Jean-Pascal Zadi
    Synopsis =
    JP, un acteur raté de 40 ans, décide d’organiser la première grosse marche de contestation noire en France, mais ses rencontres, souvent burlesques, avec des personnalités influentes de la communauté et le soutien intéressé qu’il reçoit de Fary, le font osciller entre envie d’être sur le devant de la scène et véritable engagement militant...
  • « Un divan à Tunis » réalisé par Manele Labidi
    Synopsis =
    Après avoir exercé en France, Selma, 35 ans, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Au lendemain de la Révolution, la demande s’avère importante dans ce pays « schizophrène ». Mais entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séances tarifées avec "prestations tarifées", les débuts du cabinet sont mouvementés… Alors que Selma commence enfin à trouver ses marques, elle découvre qu’il lui manque une autorisation indispensable pour continuer d’exercer…

Meilleur documentaire

  • « Adolescentes » réalisé par Sébastien Lifshitz
  • « La Cravate » réalisé par Etienne Chaillou et Mathias Théry
    Synopsis =
    Bastien a vingt ans et milite depuis cinq ans dans le principal parti d’extrême-droite. Quand débute la campagne présidentielle, il est invité par son supérieur à s’engager davantage. Initié à l’art d’endosser le costume des politiciens, il se prend à rêver d’une carrière, mais de vieux démons resurgissent…
  • « Cyrille agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes » réalisé par Rodolphe Marconi
    Synopsis =
    "On voit régulièrement à la télévision ou dans les journaux que les agriculteurs laitiers vont mal, qu’ils sont les premiers concernés par le suicide. On le voit, on le sait et puis c’est comme c ?a. C ?a ne nous empêche pas de dormir. Seulement voilà : le jour où j’ai rencontré Cyrille, j’ai eu du mal à m’en remettre. C’est devenu mon obsession."
  • « Histoire d’un regard » réalisé par Mariana Otero
    Synopsis =
    Gilles Caron, alors qu’il est au sommet d’une carrière de photojournaliste fulgurante, disparaît brutalement au Cambodge en 1970. Il a tout juste 30 ans. En l’espace de 6 ans, il a été l’un des témoins majeurs de son époque, couvrant pour les plus grands magazines la guerre des Six Jours, mai 68, le conflit nord-irlandais ou encore la guerre du Vietnam. Lorsque la réalisatrice Mariana Otero découvre le travail de Gilles Caron, une photographie attire son attention qui fait écho avec sa propre histoire, la disparition d’un être cher qui ne laisse derrière lui que des images à déchiffrer. Elle se plonge alors dans les 100 000 clichés du photoreporter pour lui redonner une présence et raconter l’histoire de son regard si singulier.
  • « Un Pays qui se tient sage » réalisé par David Dufresne
    Synopsis =
    Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.

Meilleur film d’animation
Pour le court métrage

  • « Bach-Hông » réalisé par Elsa Duhamel
    Jeanne, née en 1959 à Saïgon, vit une enfance dorée, protégée de la guerre qui oppose alors le Nord et le Sud du Vietnam. Fascinée par les chevaux, Jeanne monte une jument nommée Bach-Hông. Mais le 30 avril 1975, les communistes s’emparent de Saïgon

    Bach-Hông //TRAILER (2019) from Elsa Duhamel on Vimeo.

  • « L’Heure de l’ours » réalisé par Agnès Patron
    Ce soir-là, les maisons prendront feu. Les hommes et les femmes se mettront à trembler. Les enfants se rassembleront en hordes hurlantes, dansant seuls parmi les cendres, rappelant à eux les ours sauvages. Car le cri d’un seul suffira à tous les réveiller !
  • « L’Odyssée de Choum » réalisé par Julien Bisaro
    Choum, la petite chouette vient juste d’éclore lorsque la tempête la pousse hors du nid. Faisant rouler le second oeuf de la nichée, la voilà qui s’élance contre vents et marées, bien décidée à trouver une maman...
  • « La Tête dans les orties » réalisé par Paul Cabon
    Bastien et ses deux amis entrent dans la zone interdite. Au cœur des ruines et de la brume toxique, quelque chose attend.

Pour le long métrage

  • « Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary » réalisé par Rémi Chayé
    1863, États-Unis d’Amérique. Dans un convoi qui progresse vers l’Ouest avec l’espoir d’une vie meilleure, le père de Martha Jane se blesse. C’est elle qui doit conduire le chariot familial et soigner les chevaux. L’apprentissage est rude et pourtant Martha Jane ne s’est jamais sentie aussi libre. Et comme c’est plus pratique pour faire du cheval, elle n’hésite pas à passer un pantalon. C’est l’audace de trop pour Abraham, le chef du convoi. Accusée de vol, Martha est obligée de fuir. Habillée en garçon, à la recherche des preuves de son innocence, elle découvre un monde en construction où sa personnalité unique va s’affirmer. Une aventure pleine de dangers et riche en rencontres qui, étape par étape, révélera la mythique Calamity Jane.
  • « Josep » réalisé par Aurel
    Février 1939. Submergé par le flot de Républicains fuyant la dictature franquiste, le gouvernement français les parque dans des camps. Deux hommes séparés par les barbelés vont se lier d’amitié. L’un est gendarme, l’autre est dessinateur. De Barcelone à New York, l’histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d’exception.
  • « Petit Vampire réalisé » par Joann Sfar
    Petit Vampire vit dans une maison hantée avec une joyeuse bande de monstres, mais il s’ennuie terriblement... Cela fait maintenant 300 ans qu’il a 10 ans, alors les bateaux de pirates, et le cinéclub, ça fait bien longtemps que ça ne l’amuse plus. Son rêve ? Aller à l’école pour se faire des copains. Mais ses parents ne l’entendent pas de cette oreille, le monde extérieur est bien trop dangereux. Accompagné par Fantomate, son fidèle bouledogue, Petit Vampire s’échappe du manoir en cachette, déterminé à rencontrer d’autres enfants. Très vite, il se lie d’amitié avec Michel, un petit garçon aussi malin qu’attachant. Mais leur amitié naissante va attirer l’attention du terrifiant Gibbous, un vieil ennemi qui était sur les traces de Petit Vampire et sa famille depuis des années…

Meilleur court-métrage

  • « L’Aventure atomique » réalisé par Loïc Barché
    Algérie, 1961. Alors que la France vient de faire exploser sa quatrième bombe atomique, un groupe de sept soldats est envoyé ? jusqu’au point d’impact afin d’y effectuer des prélèvements et des mesures de la radioactivité ?. Mais plus ils avancent, plus le capitaine, un vétéran de guerre d’une cinquantaine d’années, se voit confronté aux paradoxes d’un monde qui change, obsédé ? par le progrès.
  • « Baltringue » réalisé par Josza Anjembe
    À quelques jours de sa sortie de prison, Issa, vingt ans, fait la rencontre d’un nouveau détenu, Gaëtan.
  • « Je serai parmi les amandiers » réalisé par Marie Le Floc’h
    Demain, Maysan a un rendez vous administratif important pour sa famille. Mais Iyad, son mari, a une question qu’elle n’est pas prête à entendre.
  • « Qu’importe si les bêtes meurent » réalisé par Sofia Alaoui
  • « Un Adieu » réalisé par Mathilde Profit

Meilleure photographie

  • Alexis Havyrchine pour Adieu les cons
  • Antoine Parouty et Paul Guilhaume pour Adolescentes
  • Simon Beaufils pour Antoinette dans les Cévennes
  • Laurent Desmet pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Hichame Alaouié pour Eté 85

Meilleur son

  • Jean Mimondo, Gurwal Coïc-Gallas, Cyril Holtz pour Adieu les cons
  • Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin, Olivier Goinard pour Adolescentes
  • Guillaime Valeix, Fred Demolder, Jean-Paul Hurier pour Antoinette dans les Cévennes
  • Maxime Gavaudan, François Mereu, Jean-Paul Hurier pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Brigitte Taillandier, Juliern Roig, Jean-Paul Hurier pour Eté 85

Meilleur montage

  • Christophe Pinel pour Adieu les cons
  • Tina Baz pour Adolescentes
  • Annette Dutertre pour Antoinette dans les Cévennes
  • Martial Salomon pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Laure Gardette pour Eté 85

Meilleurs costumes

  • Mimi Lempickaour Adieu les cons
  • Madeline Fontaine pour La Bonne épouse
  • Hélène Davoudian pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Anaïs Romand et Sergio Ballo pour De Gaulle
  • Pascaline Chavanne pour Eté 85

Meilleurs décors

  • Carlos Conti pour Adieu les cons
  • Thierry François pour La Bonne épouse
  • David Faivre pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Nicolas de Boiscuillé pour De Gaulle
  • Benoît Barouh pour Eté 85

Meilleure musique originale

  • Christophe Julien pour « Adieu les cons »
  • Stephen Warbreck pour « ADN »
  • Mateï Bratescot pour « Antoinette dans les Cévennes »
  • Jean-Benoît Dunckel pour « Eté 85 »
  • Rone pour « La Nuit venue »

Meilleure adaptation

  • Olivier Assayas pour « Cuban Network »
  • Hannelore Cayre, Jean-Paul Salomé pour« La Daronne »
  • François Ozon pour « Eté 85 »
  • Stéphane Demoustier pour « La Fille au bracelet »
  • Eric Barbier pour « Petit Pays »

Meilleur scénario original

  • Albert Dupontel pour« Adieu les cons »
  • Caroline Vignal pour « Antoinette dans les Cévennes »
  • Emmanuel Mouret pour « Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
  • Filippo Meneghetti et Malysone Bovorasmy pour « Deux »
  • Benoît Delépine et Gustave Kervern pour « Effacer l’historique »
    Synopsis =
    Dans un lotissement en province, trois voisins sont en prise avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. Il y a Marie, victime de chantage avec une sextape, Bertrand, dont la fille est harcelée au lycée, et Christine, chauffeur VTC dépitée de voir que les notes de ses clients refusent de décoller.Ensemble, ils décident de partir en guerre contre les géants d’internet. Une bataille foutue d’avance, quoique..

Meilleur film étranger :

  • « 1917 » réalisé par Sam Mendes
    Synopsis =
    Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.
  • « La Communion » réalisé par Jan Komasa
    Synopsis=
    Daniel, 20 ans, se découvre une vocation spirituelle dans un centre de détention pour la jeunesse mais le crime qu’il a commis l’empêche d’accéder aux études de séminariste. Envoyé dans une petite ville pour travailler dans un atelier de menuiserie, il se fait passer pour un prêtre et prend la tête de la paroisse. L’arrivée du jeune et charismatique prédicateur bouscule alors cette petite communauté conservatrice.
  • « Dark Waters » réalisé par Todd Haynes
    Synopsis =
    Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, voisin de sa grand-mère, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie...
  • « Drunk » réalisé par Thomas Vinterberg
    Synopsis =
    Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.
  • « Eva en août » réalisé par Jonas Trueba
    Synopsis =
    Eva, 33 ans, décide de rester à Madrid pour le mois d’août, tandis que ses amis sont partis en vacances. Les jours s’écoulent dans une torpeur madrilène festive et joyeuse et sont autant d’opportunités de rencontres pour la jeune femme.