Festival de Berlin Palmarès 2021

  • Mis à jour : 30 mars

Les membres du Jury international _ Ildikó Enyedi, Nadav Lapid, Adina Pintilie, Mohammad Rasoulof, Gianfranco Rosi et Jasmila Žbani ? - ont accordé les prix pour la compétition de la 71ème Berlinade
La cérémonie officielle se déroulera cet été du 9 au 20 juin 2021

Ours d’Or

- « Bad Luck Banging or Loony Porn » de Radu Jude (Roumanie)
Synopsis =
Emi, une enseignante, trouve sa carrière et sa réputation menacées après la fuite d’une sex tape personnelle sur Internet. Forcée de rencontrer les parents réclamant son licenciement, Emi refuse de céder à leur pression.

Grand prix du Jury _ Ours d’argent

- « Guzen to sozo (Wheel of Fortune and Fantasy) » de Ryusuke Hamaguchi (Japon)
Synopsis =
Le film est structuré en trois parties qui factuellement n’ont rien à voir les unes avec les autres si ce n’est un axe commun, celui de tourner autour d’un personnage féminin ; les trois parties sont elles-mêmes divisées en trois actes. Le cordon ombilical de Guzen to sozo est le thème de la coïncidence qui fait déraper la réalité. Aucune des trois histoires dans leur entier n’est probable ; c’est ce qui fait le charme de ce film tout en délicatesse où les situations banales sortent de la piste de la réalité pour entrer dans une matière plus floue qui reflète les états intérieurs de leurs protagonistes.

Prix du Jury _ Ours d’argent

- « Herr Bachmann und seine Klasse (Mr Bachmann and His Class) » de Maria Speth (Allemagne)

Synopsis =
Où se sent-on chez soi ? À Stadtallendorf, une ville allemande avec une histoire complexe d’exclusion et d’intégration d’étrangers, le professeur génial Dieter Bachmann offre à ses élèves la clé pour au moins se sentir comme chez eux. Âgés de douze à quatorze ans, ces élèves viennent de douze nations différentes ; certains ne maîtrisent pas tout à fait la langue allemande. Au bord de la retraite, Bachmann a hâte d’inspirer ces citoyens en devenir avec un sens de la curiosité pour un large éventail d’artisanat, de sujets, de cultures et d’opinions. En regardant ce documentaire captivant et sensible, on est submergé par la réalisation que, si seulement tous les enfants étaient bénis avec des éducateurs aussi intelligents sur le plan émotionnel et toujours patients, le conflit serait atténué par la discussion et « Imagine » de John Lennon pourrait être notre réalité. Ceux qui, comme la cinéaste Maria Speth et son directeur de la photographie Reinhold Vorschneider, sont capables de reconnaître et de souligner si magnifiquement non seulement l’importance de l’éducation mais aussi à quel point cela peut être un processus discrètement spectaculaire, sont également des héros à part entière.

Meilleur réalisateur
- Dénes Nagy pour "Natural Light"
Dénes Nagy, né en 1980, est un réalisateur et scénariste hongrois.

Meilleur actrice

- Maren Eggert pour "I’m Your Man" de Maria Schrader
Synopsis =
Dans un futur proche, une scientifique se voit " attribuer " un robot comme partenaire contre sa volonté...

Prix du Meilleur scénario

- "Introduction" de Hong Sang-soo
Synopsis =

Yeong-ho est convoqué par son père, médecin. Le trouvant occupé avec ses patients, dont l’un est un acteur célèbre, Yeong-ho doit attendre. Lorsque sa petite amie Joo-won déménage à Berlin pour ses études, Yeong-ho se présente en ville pour la surprendre. Par l’intermédiaire de sa mère, Joo-won a trouvé un logement chez un artiste dont la beauté l’intimide. Quelque temps plus tard, Yeong-ho va déjeuner avec sa mère qui veut lui présenter un collègue - c’est le même homme que Yeong-ho a rencontré à la clinique de son père. Yeong-ho demande à son ami Jeong-soo de l’accompagner, et après le déjeuner, ils vont à la plage. Yeong-ho s’endort et rêve de Joo-won. Lorsqu’il se réveille, il brave le froid considérable et va nager, pendant que Jeong-soo l’observe.