Oscar 2021 : les nominations

  • Mis à jour : 16 mars

Oscars 2021 : la liste de toutes les nominations

Cf. Télérama _

C’est “Mank”, le film de David Fincher pour Netflix, qui arrive largement en tête. À noter que “The Father”, de Florian Zeller (adapté de sa pièce “Le Père”), obtient six nominations. C’est le 25 avril que l’Académie des Oscars va remettre ses statuettes.

Meilleur film

« The Father » de Florian Zeller
Anthony a bientôt 80 ans. Il vit seul dans son appartement de Londres et refuse toutes les aides-soignantes que sa fille, Anne, tente de lui imposer. Cette dernière y voit une nécessité d’autant plus grande qu’elle ne pourra plus passer le voir tous les jours : elle a en effet pris la décision de partir vivre à Paris pour s’installer avec l’homme qu’elle vient de rencontrer…
Mais alors, qui est cet étranger sur lequel Anthony tombe dans son salon, et qui prétend être marié avec Anne depuis plus de dix ans ? Et pourquoi affirme-t-il avec conviction qu’ils sont chez eux, et non chez lui ? Anthony est-il en train de perdre la raison ? Pourtant, il reconnaît les lieux : il s’agit bien de son appartement, et la veille encore, Anne lui rappelait qu’elle avait divorcé… Et n’a-t-elle pas justement prévu de partir vivre à Paris ? Alors pourquoi affirme-t-elle maintenant qu’il n’en a jamais été question ? Quelque chose semble se tramer autour de lui, comme si le monde, par instant, avait cessé d’être logique. À moins que sa fille, et son nouveau compagnon, tentent de le faire passer pour un fou ? Ont-ils pour objectif de lui prendre son appartement ? Veulent-ils se débarrasser de lui ? Et où est Lucy, son autre fille ? Égaré dans un labyrinthe de questions sans réponse, Anthony tente désespérément de comprendre ce qui se passe autour de lui.

« Judas and the Black Messiah » de Shaka King
Focus sur l’ascension de Fred Hampton, militant politique afro-américain, membre du Black Panther Party dans l’Illinois, décédé en décembre 1969 à l’âge de vingt-et-un ans.

_ « Mank » de David Fincher
Dans les années 1930, le scénariste Herman J. Mankiewicz est chargé d’écrire le scénario du film "Citizen Kane", dont le personnage principal s’inspire de William Randolph Hearst. Souffrant après un accident de la route et alcoolique, le scénariste doit malgré tout tenir les délais fixés par le réalisateur du film, Orson Welles. Herman loge pour cela dans un ranch loué pour l’occasion à Victorville. Il y est surveillé de près, notamment par la jeune Rita Alexander (qui veille sur sa santé) et par John Houseman (qui veille au respect du rythme imposé). La relation entre « Mank » et le metteur en scène va s’avérer tumultueuse durant le processus de création du film.

« Minari » de Lee Isaac Chung
Une famille américano-coréenne décide de s’installer dans une petite ferme de l’Arkansas pour vivre leur "rêve américain". La maison familiale change complètement avec l’arrivée de la grand-mère sournoise, grossière, mais excessivement aimante. Entre l’instabilité et les défis qu’offrent cette nouvelle vie dans les monts Ozarks, la famille va faire preuve d’une incroyable résilience et apprendra ce que signifie vraiment "être chez soi"

« Nomadland » de Chloé Zhao
Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.

« Promising Young Woman » d’Emerald Fennell
Tout le monde s’entendait pour dire que Cassie était une jeune femme pleine d’avenir…jusqu’à ce qu’un évènement inattendu ne vienne tout bouleverser. Mais rien dans la vie de Cassie n’est en fait conforme aux apparences : elle est aussi intelligente que rusée, séduisante que calculatrice et mène une double vie dès la nuit tombée. Au cours de cette aventure passionnante, une rencontre inattendue va donner l’opportunité à Cassie de racheter les erreurs de son passé.

« Sound of Metal » de Darius Marder
Ruben et Lou, ensemble à la ville comme à la scène, sillonnent les Etats-Unis entre deux concerts. Un soir, Ruben est gêné par des acouphènes, et un médecin lui annonce qu’il sera bientôt sourd. Désemparé, et face à ses vieux démons, Ruben va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais.

« Les Sept de Chicago » d’Aaron Sorkin
Lorsque la manifestation en marge de la convention démocrate de 1968 tourne à l’affrontement, ses organisateurs sont accusés de conspiration et d’incitation à la révolte.

Meilleure réalisation
/ « Drunk » de Thomas Vinterberg
Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

/ « Mank » de David Fincher
Voir plus haut

/ « Minari » de Lee Isaac Chung
Voir plus haut

/ « Nomadland » de Chloé Zhao
Voir plus haut

/« Promising Young Woman » d’Emerald Fennell
Voir plus haut

Meilleure actrice

-  Viola Davis dans « Le Bluesde Ma Rainey »

- Andra Day dans « The United States vs. Billie Holiday »

- Vanessa Kirby dans « Pieces of a Woman »

- Frances McDormand dans « Nomadland »
Voir plus haut

- Carey Mulligan dans « Promising Young Woman »
Voir plus haut

Meilleur acteur
-  Riz Ahmed dans « Sound of Metal
Voir plus haut

-  Chadwick Boseman dans « Le Bluesde Ma Rainey »
Voir plus haut

- Anthony Hopkins dans « The Father »
Voir plus haut

-  Gary Oldman dans « Mank »
Voir plus haut

- Steven Yeun dans « Minari »
Voir plus haut

Meilleure actrice dans un second rôle

- Maria Bakalova dans « Borat, nouvelle mission filmée »

- Glenn Close dans « Une ode américaine »

- Olivia Colman dans « The Father »
Voir plus haut

- Amanda Seyfried dans « Mank »
Voir plus haut

- Yuh-Jung Youn dans « Minari »
Voir plus haut

Meilleur acteur dans un second rôle
- Sacha Baron Cohen dans « Les Sept de Chicago »
Voir plus haut

- Daniel Kaluuya dans « Judas et the Black Messiah »
Voir plus haut

- Leslie Odom, Jr. dans « One Night in Miami... »

- Paul Raci dans « Sound of Metal »
Voir plus haut

- Lakeith Stanfield dans « Judas et the Black Messiah »
Voir plus haut

Meilleur film international

« Drunk » (Danemark)
Voir plus haut

 ? « Better Days » (Hong Kong)
Au moment du gaokao (concours d’entrée aux universités), la Chine tout entière s’immobilise. Pour près de dix millions d’élèves du secondaire, cet examen national, d’une durée de deux jours, déterminera où ils iront étudier. Il n’est pas rare que le destin de familles entières dépende des résultats. Comme tant d’autres, Nian (Zhou Dongyu) s’est concentrée sur la préparation de l’examen, a exclu de tout le reste et reste isolée. Une camarade de classe se suicide et elle devient la cible d’intimidations. Pendant ce temps, le destin la réunit avec le petit délinquant Bei avec qui elle signe un pacte.

« Collective » (Roumanie)
Après un tragique incendie au Colectiv Club, discothèque de Bucarest, le 30 octobre 2015, de nombreuses victimes meurent dans les hôpitaux des suites de blessures qui n’auraient pas dû mettre leur vie en danger. Suite au témoignage d’un médecin, une équipe de journalistes d’investigation de la Gazette des Sports passe à l’action afin de dénoncer la corruption massive du système de santé publique. Suivant ces journalistes, les lanceurs d’alerte et les responsables gouvernementaux impliqués, « L’Affaire Colectiv » jette un regard sans compromis sur la corruption et le prix à payer pour la vérité.

« The Man Who Sold His Skin » (Tunisie)
Sam est un Syrien de Raqqa qui a quitté son pays pour le Liban suite à la guerre civile syrienne. Abeer est sa fiancée. Alors qu’elle se réfugie au Liban, sa famille l’oblige à épouser un diplomate plus riche et à s’installer avec lui à Bruxelles. Dans sa quête désespérée d’argent et des papiers nécessaires pour se rendre en Europe et la retrouver, Sam accepte de se faire tatouer le dos pour obtenir un visa Schengen par l’un des artistes contemporains les plus controversés d’Occident. Son propre corps, transformé en œuvre d’art vivante et promptement exposé dans un musée, Sam se rend bientôt compte qu’il a vendu bien plus que sa peau.

« Quo Vadis, Aida ? » (Bosnie-Herzégovine)
Le 11 juillet 1995, la traductrice de l’ONU Aida tente de sauver sa famille après que l’armée de la Republika Srpska a pris le contrôle de la ville de Srebrenica avant de massacrer ses habitants. Sa famille fait partie des milliers de citoyens à la recherche d’un abri dans le camp des Nations Unies. En tant qu’initiée des négociations, Aida va accéder à des informations cruciales qu’elle doit interpréter.

Meilleur film d’animation

« En avant » de Dan Scanlon
Ian et Barley Lightfoot ont perdu leur père très tôt. Ils habitent une ville de banlieue peuplée de créatures fantastiques (elfes, trolls, lutins ou encore licornes), mais dont la magie ancestrale a peu à peu disparu. Les deux jeunes frères partent à sa recherche à bord de leur camionnette Guinevere, dans l’espoir de passer un dernier jour avec leur père

« Voyage vers la Lune » de Glen Keane et John Kahrs
Après avoir construit une fusée, la jeune héroïne décolle à la recherche d’une mythique déesse de la lune.

« Shaun le mouton, le film : La ferme contre-attaque » de Richard Phelan et Will Becher
Objectif Laine !
Shaun Le Mouton revient dans une aventure intergalactique. Un vaisseau spatial s’est écrasé près de la ferme de Shaun. A son bord, une adorable et malicieuse petite créature, prénommée LU-LA.
Avec ses pouvoirs surnaturels, son goût pour l’aventure, et ses rots venus d’un autre monde, elle est immédiatement adoptée par le troupeau. Mais lorsqu’une sombre organisation gouvernementale se lance à sa poursuite, bien décidée à capturer la petite alien, la ferme contre-attaque ! Shaun et le troupeau vont tout faire pour aider LU-LA à rentrer chez elle.
Accrochez vos ceintures et préparez-vous pour une épopée…à se tondre de rire !

« Soul » de Pete Docter et Kemp Powers
Passionné de jazz et professeur de musique dans un collège, Joe Gardner a enfin l’opportunité de réaliser son rêve : jouer dans le meilleur club de jazz de New York. Mais un malencontreux faux pas le précipite dans le « Grand Avant » – un endroit fantastique où les nouvelles âmes acquièrent leur personnalité, leur caractère et leur spécificité avant d’être envoyées sur Terre. Bien décidé à retrouver sa vie, Joe fait équipe avec 22, une âme espiègle et pleine d’esprit, qui n’a jamais saisi l’intérêt de vivre une vie humaine. En essayant désespérément de montrer à 22 à quel point l’existence est formidable, Joe pourrait bien découvrir les réponses aux questions les plus importantes sur le sens de la vie.

« Le Peuple loup » de Tomm Moore et Ross Stewart
En Irlande, au temps des superstitions et de la magie, Robyn, une jeune fille de 11 ans, aide son père à chasser la dernière meute de loups. Mais un jour, lors d’une battue en forêt, Robyn rencontre Mebh, petite fille le jour, louve la nuit. Désormais pour Robyn, ayant rejoint elle aussi le peuple des loups, la menace ne vient plus des loups, mais bien des hommes !

Meilleur film documentaire

« Collectiv » d’Alexander Nanau
Voir plus haut

« Crip Camp : La révolution des éclopés » de Nicole Newnham
Ce long-métrage, aussi ambitieux qu’euphorisant, nous plonge dans un camp d’été, aux débuts des années 1970, dans l’Amérique bercée par Woodstock. Au milieu de ses grands espaces entourés de montagnes, des animateurs babas cool s’occupent des handicapés avec des pathologies plus ou moins lourdes, en leur faisant vivre l’esprit libertaire de l’époque. Un vent de liberté qui a poussé à faire naître dans cette colonie de vacances, un mouvement civique qui aboutira, à grands coups de grèves de la faim et de manifestations, à plus d’égalités notamment dans l’accès aux transports et aux bâtiments publics.

« The Mole Agent » de Maite Alberdi
Chili. Un détective privé engage une " taupe " pour travailler au sein d’une maison de retraite où un de ses clients soupçonne les soignants de maltraiter des personnes âgées.

« La Sagesse de la pieuvre » de James Reed
Une amitié inattendue se noue entre un réalisateur et une pieuvre vivant dans une forêt de kelp sud-africaine et qui partage avec lui les mystères de son monde.

« Time » de Garrett Bradley
Fox Rich est une entrepreneure et une mère de famille de six garçons. Cela fait à présent deux décennies qu’elle milite pour la libération de son mari, Rob G. Rich. Ce dernier purge une peine de 60 ans de prison pour un vol qu’ils ont tous les deux commis au début des années 1990 dans un moment de désespoir.

Meilleur court métrage de fiction
 ? « Feeling Through » de Doug Roland et Susan Ruzenski
 ? « The Letter Room » de Elvira Lind et Sofia Sondervan
 ? « The Present » de Farah Nabulsi
 ? « Two Distant Strangers » de Travon Free et Martin Desmond Roe
 ? « White Eye » de Tomer Shushan et Shira Hochman

Meilleur court métrage d’animation
 ? « Burrow » de Madeline Sharafian et Michael Capbarat
 ? « Genius Loci » de Adrien Mérigeau et Amaury Ovise
 ? « If Anything Happens I Love You » de Will McCormack et Michael Govier
 ? « Opera » d’Erick Oh
 ? « Yes-People » de Gísli Darri Halldórsson et Arnar Gunnarsson

Meilleur court métrage documentaire
 ? « Colette » d’Anthony Giacchino et Alice Doyard
 ? « A Concerto Is a Conversation » de Ben Proudfoot et Kris Bowers
 ? « Do Not Split » d’Anders Hammer et Charlotte Cook
 ? « Hunger Ward » de Skye Fitzgerald et Michael Scheuerman
 ? « A Love Song for Latasha » de Sophia Nahli Allison et Janice Duncan

Meilleure musique de film

- « Da 5 Bloods » : Terence Blanchard

- « Mank » : Trent Reznor et Atticus Ross
Voir plus haut

- « Minari » : Emile Mosseri

- « News of the World » : James Newton Howard

- « Soul » : Trent Reznor, Atticus Ross et Jon Batiste