CYCLE Grands acteurs et actrices français : Françoise Rosay

  • Mis à jour : 2 avril

Françoise Gilberte Bandy de Nalèche dite Françoise Rosay, est une actrice française, née le 19 avril 1891 à Paris 9e et morte le 28 mars 1974 à Montgeron. Sa carrière cinématographique s’est étendue sur plus de soixante ans, faisant d’elle un personnage légendaire dans le cinéma français.

BIOGRAPHIE

Françoise Rosay était la fille naturelle de Marie-Thérèse Chauvin, comédienne de théâtre connue sous le nom de Sylviac, et du comte Gilbert Bandy de Nalèche, frère d’Étienne Bandy de Nalèche, directeur du Journal des débats, tous deux fils du député creusois Louis Bandy de Nalèche. Son père ne la reconnut qu’en 1936, alors qu’elle était une actrice déjà très connue.

Élevée par sa grand-mère, elle annonce à sa mère, qui est comédienne, qu’elle veut être actrice ; celle-ci lui répond qu’elle est laide, dégingandée et lui prédit qu’elle sera incapable de se tenir sur une scène. Rien de tel pour forger la volonté de Françoise Rosay qui n’en projette pas moins de devenir cantatrice et, après le Conservatoire, travaille au théâtre et va même jouer en Russie à la veille de la guerre.

Françoise Rosay porta le même pseudonyme que sa mère, Sylviac, au début de sa carrière, jusque 1911. Son nom d’actrice, « Rosay », est à relier avec le nom de la commune creusoise de Moutier-Rozeille, d’où était originaire sa famille paternelle.

Elle débute au cinéma à l’âge de 20 ans dans « Falstaff », en 1911, et devient célèbre en jouant les « peaux de vache ». En 1917, elle gagne un prix au Conservatoire de Paris. Elle fait alors ses débuts au Palais Garnier dans le rôle-titre de l’opéra « Salammbô » (1890) d’Ernest Reyer.

Elle chante aussi dans « Castor et Pollux, » tragédie lyrique (1837) de Jean-Philippe Rameau et « Thaïs » (1894), opéra de Jules Massenet.

En 1917, elle rencontre son futur mari à l’opéra de Lyon, le cinéaste Jacques Feyder. Il la fait tourner dans ses principaux films : « La Kermesse héroïque »

« Le Grand Jeu »

« Pension Mimosas »

, etc.

De septembre à décembre 1939, Françoise ROSAY s’adresse à quatre reprises aux femmes allemandes par l’intermédiaire de la voie radiophonique. Les réactions du côté des autorités nazies ne tardent pas : à la radio, deux ministres répondent violemment à Françoise ROSAY, dont la tête d’ailleurs sera mise à prix par la suite.
Extrait du message du 29 novembre 1939

« Femmes allemandes, je vous plains ; vous avez vécu, vous avez souffert, vous avez mis des enfants au monde en vain… car vous n’avez vécu que pour Hitler, vous souffrez par Hitler, le sort de vos enfants est entre les mains d’Hitler, et HITLER EST UN FOU ! »

Aussi, lorsqu’au printemps 1940, les troupes hitlériennes s’avancent sur Paris, Françoise ROSAY n’a qu’une solution : fuir ! Fin 1942, elle parvient à s’enfuir en Tunisie et, de là, gagne Alger. Elle séjourna ensuite à Londres, où on la voit dans différentes réunions de soutien à la France libre. Dans le courant de 1943, elle rejoint son mari en Suisse et donne des cours de théâtre au Conservatoire de Genève.

Elle joue en virtuose sur tous les registres, de l’émotion au drame, de la comédie de boulevard à la farce, elle tire des larmes comme elle déclenche les rires. Elle enchaîne les films, passe d’un chef-d’œuvre à l’autre, de « Drôle de drame » de Marcel Carné

à

« Un carnet de bal » de Julien Duvivier

de

« Macadam » de Marcel Blistène

à

« L’Auberge rouge » de Claude Autant-Lara.

La mort de Feyder, en 1948, la laisse désemparée. Pour leurs trois fils, Marc, Paul et Bernard, elle trouve le courage de surmonter ce deuil et reprend sa carrière internationale (elle parle parfaitement anglais et allemand).

Domiciliée à Paris, rue de l’Université, elle meurt le 28 mars 1974 à Montgeron, à l’âge de 82 ans des suites d’une intervention chirurgicale, après une carrière de plus de 60 ans : « Je n’ai pas du tout envie de vivre centenaire, disait-elle, ce ne serait pas poli ». Elle est inhumée au cimetière de Sorel-Moussel (Eure-et-Loir).

FILMOGRAPHIE

1911 : Falstaff de Henri Desfontaines, Clément Maurice
1915 : « Les Vampires » de Louis Feuillade

1916 : Têtes de femmes, femmes de tête (moyen métrage - 792 min) de Jacques Feyder
1917 : L’instinct est maître de Jacques Feyder
1922 : Crainquebille de Jacques Feyder : La cliente
1925  : « Gribiche » de Jacques Feyder : Mme Maranet

1927 : Le Bateau de verre de Constantin J.David et Jacqueline Milliet : Mme d’Arcy
1927 : Madame Récamier de Gaston Ravel : Mme de Staël
1929 : Les Deux Timides de René Clair : La tante de Jules
1929 : The One Woman Idea de Berthold Viertel : Mme Zuleide, la mère d’Alizar
1930 : Si l’empereur savait ça de Jacques Feyder : La princesse Plata d’Ettingen
1930 : Le Procès de Mary Dugan de Marcel de Sano : La veuve
1930 : Soyons gais de Arthur Robison : Mme Boucijon
1931 : Le Petit Café de Ludwig Berger : Mlle Edwige
1931 : « Le Merveilleux Mensonge (The Magnificent Lie) » de Berthold Viertel : Rosa Duchêne

1931 : La Chance de René Guissart : Mme Mougeot
1931 : Quand on est belle d’Arthur Robison (version française de The Easiest Way de Jack Conway) : Elfie Brown
1931 : La Femme en homme d’Augusto Genina : La princesse Mary
1931 : Échec au roi de Léon d’Usseau et Henry de La Falaise : La reine de Bellonie
1931 : Buster se marie de Edward Brophy et Claude Autant-Lara : Angélique
1931 : Jenny Lind de Arthur Robison
1932 : « Le Rosier de madame Husson »

1932 : La Pouponnière de Jean Boyer : Mme Delannoy
1932 : Papa sans le savoir de Robert Wyler : Mme Jacquet
1933  : « L’Abbé Constantin » de Jean-Paul Paulin  : La comtesse de Laverdan

1933 : Tout pour rien de René Pujol : Mme Bossu
1933 : Tambour battant d’André Beucler et Arthur Robison : La princesse mère
1933 : Remous d’Edmond T. Gréville : Mme Gardanne
1933 : Coralie et compagnie d’Alberto Cavalcanti : Mme Coralie, couturière
1934 : Vers l’abîme de Hans Steinhoff et Serge Veber : Sylvia
1934 : Maternité de Jean Choux : Mme Duchemin
1934 : Le Grand Jeu de Jacques Feyder : Blanche
1934 : Le Billet de mille de Marc Didier : Une comtesse russe
1935 : La Kermesse héroïque de Jacques Feyder : Cornélia, la bourgmestre
1935 : Pension Mimosas de Jacques Feyder : Louise Noblet
1935 : Marie des Angoisses de Michel Bernheim : Mme de Quersac
1935 : Marchand d’amour d’Edmond T. Gréville : Clara
1935 : Gangster malgré lui d’André Hugon
1936 : « Le Secret de Polichinelle » d’André Berthomieu : Mme Jouvenel

1936 : Die Letzten Vier von Santa Cruz de Werner Klingler : Nadja Danow
1936 : « La Symphonie des brigands (The Robber Symphony) » de Friedrich Feher : La diseuse de bonne aventure

1936 : Jenny de Marcel Carné : Jenny, la patronne de la boîte de nuit
1937 : « Le Fauteuil 47 » de Fernand Rivers : Gilberte Boulanger

1937 : Drôle de drame de Marcel Carné : Margaret Molyneux
1937 : Un carnet de bal de Julien Duvivier : Mme André
1937 : Mein Sohn, der Herr Minister de Veit Harlan : Sylvie
1938 : « Ramuntcho » de René Barberis  : Dolorès Detcharry

1938  : « Les Gens du voyage » de Jacques Feyder : Flora, la dompteuse

1938  : « Le Ruisseau » de Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann : Régina Berry

1938 : « Paix sur le Rhin » de Jean Choux : Françoise Schaefer

1938 : « Le Joueur d’échecs » de Jean Dréville : L’impératrice Catherine II

1939 : Serge Panine de Charles Méré et Paul Schiller : Mme Desvarennes
1939 : Le Voyage de noces (Die Hochzeitsreise) de Karl Ritter : Roosje van Steelandt
1940 : « Elles étaient douze femmes » de Georges Lacombe : La duchesse de Vimeuse

1942 : Une femme disparaît de Jacques Feyder : Fanny Helder, Flora, L’institutrice, La servante
1944 : L’Auberge fantôme (The Halfway House) de Basil Dearden : Alice Meadows
1945 : « Johnny Frenchman » de Charles Frend : Lariec Floric

1946 : Macadam de Marcel Blistène et Jacques Feyder : Mme Rose
1947 : La Dame de Haut-le-Bois de Jacques Daroy : La comtesse de Brévannes
1948 : Sarabande (Saraband for Dead Lovers) de Basil Dearden : Sophia
1948 : Le Mystère Barton de Charles Spaak : Elisabeth
1948 : Quartet film à sketches de Ken Annakin, Arthur Crabtree, Harold French et Ralph Smart : Léa Markart dans le sketch Âme d’artiste (The Alien Corn) de Ralph Smart
1949 : Les Vagabonds du rêve de Charles-Félix Tavano : Mireille Dombreval, directrice de théâtre
1949 : On n’aime qu’une fois de Jean Stelli : Mme Monnier
1949 : Femmes sans nom (Donne senza nome) de Géza von Radványi : La comtesse
1950 : Les Amants de Capri (September Affair) de William Dieterle : Maria Salvatini
1950 : « Maria Chapdelaine » de Marc Allégret : Laura Chapdelaine

1951 : La Treizième Lettre (The 13th Letter ou The Scarlet Pen) d’Otto Preminger : Mme Sims
1951 : L’Auberge rouge de Claude Autant-Lara : Marie Martin, aubergiste à Peyrebeille
1951 : La Maison du silence (K - Das Haus des Schweigens) ou Jahre des Schweigen de Hans Hinrich : Noemi
1951 : Fils de personne (I figli di nessuno) de Raffaello Matarazzo : La comtesse Canali
1952 : Les Sept Péchés capitaux film à sketches (sketche « L’Orgueil », de Claude Autant-Lara : Élisabeth de Pallières, la mère
1952  : « Le Banquet des fraudeurs » de Henri Storck : Gabrielle Demeuse

1952 : Wanda, la pécheresse (Wanda la peccatrice) de Duilio Coletti : Anna Steiner
1952 : Sur le pont des soupirs (Sul ponte dei sospiri) d’Antonio Leonviola : La dame de St-Agata
1952 : Qui est sans péché ? (Chi è senza peccato...) de Raffaello Matarazzo : La comtesse Lamicri
1954  : « La Reine Margot » de Jean Dréville  : Catherine de Médicis

1955 : « La Princesse d’Eboli (That Lady) » de Terence Young : Bernardine

1955 : La Chasse aux maris ou Jeunes filles d’aujourd’hui (Ragazze d’oggi) de Luigi
1956  : « Le Long des trottoirs » de Léonide Moguy : Mme Delahaye

1957 : La Passe dangereuse (The Seventh Sin) de Ronald Neame et Vincente Minnelli (ce dernier non crédité au générique) : La mère supérieure
1957 : Les Amants de Salzbourg (Interlude) de Douglas Sirk : La comtesse Reinhart
1958  :« Le Joueur » de Claude Autant-Lara : La vieille tante Antonia

1958 : « Moi et le colonel » (Me and the colonel) de Peter Glenville  : Mme Bouffier

1958 : Non sono più Guaglione, de Domenico Paolella : Dona Assunta
1959 : Le Bruit et la Fureur (The Sound and the Fury) de Martin Ritt : Caroline Compson
1959 : Du rififi chez les femmes d’Alex Joffé : Berthe
1959 : Les Yeux de l’amour de Denys de La Patellière : Mme Moncatel, La mère de Jeanne
1960  : « Sans tambour ni trompette » (Die Gans von Sedan) de Helmut Kaütner : La grand-mère

1960 : Le Bois des amants de Claude Autant-Lara : Mme Parisot, patriote convaincue
1960 : Stefanie in Rio de Curtis Bernhardt : Léonora Guala
1961 : Traitement de choc (The Full Treatment) ou (The Treatment) ou (Stop Me Before I Kill !) de Val Guest : Mme Prade

1961  : « Le cave se rebiffe » de Gilles Grangier  : Mme Pauline, la fleuriste

1961 : La Mystérieuse Madame Cheney (Frau Cheneys Ende) de Franz Josef Wild : Mme Ebley
1962 : Pourquoi Paris ? de Denys de La Patellière
1964 : Un cœur plein et les poches vides (...e la donna creò l’uomo) de Camillo Mastrocinque : Borgia
1965  : « Le Jour d’après (Up from the Beach) » de Robert Parrish  : La grand-mère de Lily

1965 : « La Métamorphose des cloportes » de Pierre Granier-Deferre  : Gertrude

1967 : « La Vingt-cinquième Heure » d’Henri Verneuil  : Mme Nagy

1968 : « Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages » de Michel Audiard  : Léontine, la tante de Rita

1969  : « Un merveilleux parfum d’oseille » de Rinaldo Bassi  : Louise de Kerfuntel

1972 : Trois milliards sans ascenseur de Roger Pigaut : Mme Dubreuil
1972 : Pas folle la guêpe de Jean Delannoy : Georgette Morelli-Johnson, la vieille dame riche
1973 : Le Piéton (Der Fußgänger) de Maximilian Schell : Mme Deschamps

Le meilleur d’Audiard pour Françoise Rosay

TELEVISION

1952 : Les Chevaux de bois de Claude Loursais
1955 : Le Voyageur sans bagage de Jean Vernier
1958 : Mama Germaine (épisode de la série télévisée Navy Log) de Leslie Goodwins : Mama Germaine
1958 : Madame Darches a dit "peut être" de Albert Riera
1960 : Colombe (en Grande-Bretagne) réalisation inconnue, d’après Jean Anouilh
1961 : La Petite Dorrit - diffusé en deux parties - de Pierre Badel : Mme Clennam
1962 : La Fille du capitaine - diffusé en deux parties - de Alain Boudet : Catherine
1962 : Rien que la vérité de Claude Loursais : Miss Knot
1963 : La Charrue et les Étoiles - diffusé en deux parties - de Stellio Lorenzi
1965 : Ruy Blas de Claude Barma : La duchesse d’Albuquerque
1966 : L’Âge heureux -Feuilleton en 6 épisodes de 26 min et un épisode de 60 min- de Philippe Agostini : Mme Aubry
1967 : Le Coiffeur de Bosco Trecasseou L’honneur de Don Pasquale de Jacques Pierre
1967 : Le Voleur d’enfants de Yves-André Hubert : Misia Cayetana
1968 : Le Fil rouge de Robert Crible : La mère de Freud
1972 : Dans le jardin de Franc Nohain, documentaire de Alain Frey : Témoignages de F.Rosay

THEATRE

1911 : L’Armée dans la ville de Jules Romains, mise en scène André Antoine, théâtre de l’Odéon
1911 : Rivoli de René Fauchois, théâtre de l’Odéon
1912 : La Foi d’Eugène Brieux, théâtre de l’Odéon
1940 : Le Rosaire d’André Bisson d’après Florence L. Barclay, théâtre des Célestins
1946 : Le Séducteur d’André Birabeau, mise en scène Jacques Feyder, théâtre Antoine
1947 : Trespass d’Emlyn Williams, Londres
1950 : Madam Tic-Tac de Cary & Weathers, Londres
1950 : Oncle Harry de Thomas Job, adaptation Marcel Dubois, Jacques Feyder, mise en scène Jean Marchat, théâtre royal du Parc
1951 : Oncle Harry de Thomas Job, adaptation Marcel Dubois, Jacques Feyder, mise en scène Jean Marchat, théâtre Antoine
1952 : Le Vivier d’Henri Troyat, Bruxelles
1953 : Chez Françoise de Roger Avermaete, Bruxelles
1954 : Il est important d’être Aimé d’Oscar Wilde, mise en scène Claude Sainval, Comédie des Champs-Élysées
1955 : Les Petites Têtes de Max Régnier, mise en scène Fernand Ledoux, théâtre Michel, théâtre des Célestins
1960 : Horses in midstream d’Andrew Rosenthal, Londres
1965 : Olympia de Ferenc Molnar, Bruxelles
1967 : La Famille écarlate de Jean-Loup Dabadie, mise en scène Gérard Vergez, théâtre de Paris
1970 : Cher Antoine ou l’Amour raté de Jean Anouilh, mise en scène Jean Anouilh et Roland Piétri, théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
1971 : La Soupière de Robert Lamoureux, mise en scène de l’auteur & Francis Joffo, théâtre Édouard VII

PUBLICATIONS

Jacques Feyder et Françoise Rosay, Le Cinéma, notre métier, Éditions Pierre Cailler, Genève, 1946. (OCLC 2768592)
Françoise Rosay, La Traversée d’une vie, souvenirs recueillis par Colette Mars, Éditions Robert Laffont, collection Vécu, préface de Jean Anouilh, Paris, 1974. (OCLC 1449748)