bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les sorties > Sorties 2021 > Sorties cinéma du 24 novembre 2021

Sorties cinéma du 24 novembre 2021

  • Mis à jour : 4 décembre

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du Mercredi 24 novembre 2021

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation : 4/5

- « L’EVÉNEMENT »
24 novembre 2021 en salle / 1h 40min / Drame
De Audrey Diwan
Par Audrey Diwan, Marcia Romano
Avec Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Luàna Bajrami

Notes et critiques
Note de la presse : 4.1/5
Note du public : 4.1/5

Synopsis =
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
France, 1963. Anne, étudiante prometteuse, tombe enceinte. Elle décide d’avorter, prête à tout pour disposer de son corps et de son avenir. Elle s’engage seule dans une course contre la montre, bravant la loi. Les examens approchent, son ventre s’arrondit.

Critique =Première par Thomas Baurez
Trois ans après Mais vous êtes fous, où là encore la menace venait de l’intérieur même d’un corps, Audrey Diwan signe un survival tendu où l’enjeu ne repose pas seulement les faits relatés mais sur l’élan qui rend une résistance à l’ordre établi possible.

- « SUPRÊMES »
24 novembre 2021 en salle / 1h 52min / Biopic, Musical
De Audrey Estrougo
Par Audrey Estrougo, Marcia Romano
Avec Théo Christine, Sandor Funtek, Félix Lefebvre

Notes et critiques
Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis =
1989. Dans les cités déshéritées du 93, une bande de copains trouve un moyen d’expression grâce au mouvement hip-hop tout juste arrivé en France. Après la danse et le graff, JoeyStarr et Kool Shen se mettent à écrire des textes de rap imprégnés par la colère qui couve dans les banlieues. Leurs rythmes enfiévrés et leurs textes révoltés ne tardent pas à galvaniser les foules et … à se heurter aux autorités. Mais peu importe, le Suprême NTM est né et avec lui le rap français fait des débuts fracassants !

Critique = Télérama par Jérémie Couston
Pour circonscrire la légende et canaliser une énergie aussi précoce que féroce, la réalisatrice a la bonne idée de démarrer le film à la création du groupe, en 1988, et de l’achever à leur premier concert au Zénith de Paris, en 1992.

- « LES MOTS DE TAJ »
24 novembre 2021 en salle / 1h 58min / Documentaire
De Dominique Choisy
Par Dominique Choisy
Avec Tajamul Faqiri-Choisy

Notes et critiques
Note de la presse : 4.3/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis  :
A 14 ans, Tajamul a fui l’Afghanistan pour venir jusqu’en France. Six ans plus tard, il a voulu refaire le voyage mais à rebours, d’Amiens jusqu’à Kaboul, pour raconter et montrer ce qu’il a vécu pendant le trajet qui a fait de lui un réfugié ; des mots pour celles et ceux qui ne peuvent pas, qui ne peuvent plus parler. Les Mots de Taj est certainement un témoignage, mais c’est aussi le portrait d’un jeune homme d’aujourd’hui, en qui résonne le fracas du chaos du monde.

Critique : Cahiers du Cinéma par Fernando Ganzo
Le film a l’allure de ces road-movies à rebours comme Macadam à deux voies qui traversaient l’Amérique mais vers l’Est : une Odyssée inversée, un retour à un espace qui précède tout discours.

- « DE SON VIVANT »
24 novembre 2021 en salle / 2h 02min / Drame
De Emmanuelle Bercot
Par Emmanuelle Bercot, Marcia Romano
Avec Catherine Deneuve, Benoît Magimel, Gabriel Sara

Notes et critiques
Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 4.1/5

Synopsis  :
Un homme condamné trop jeune par la maladie. La souffrance d’une mère face à l’inacceptable. Le dévouement d’un médecin (le docteur SARA dans son propre rôle) et d’une infirmière pour les accompagner sur l’impossible chemin. Une année, quatre saisons, pour « danser » avec la maladie, l’apprivoiser, et comprendre ce que ça signifie : mourir de son vivant.

Critique : Télérama par Frédéric Strauss
Autour de situations déchirantes, Emmanuelle Bercot construit, avec le sérieux qu’on lui connaît (La Tête haute, La Fille de Brest), un mélo utile.

- « AU CRÉPUSCULE »
24 novembre 2021 en salle / 2h 08min / Drame, Historique
De Sharunas Bartas
Par Sharunas Bartas, Ausra Giedraityte
Avec Marius Povilas Elijas Martinenko, Arvydas Dapsys, Alina Zaliukaite-Ramanauskiene
Titre original Sutemose

Notes et critiques
Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 2.5/5

Synopsis =
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans un village isolé en Lituanie, alors que la misère ne laisse place à aucune liberté, le jeune Unte et le mouvement des Partisans dans lequel il s’est engagé, doivent faire acte de résistance face à l’emprise de l’occupation soviétique. De cette lutte désespérée dépend l’avenir de tout un peuple.

Critique = Télérama par Jacques Morice
Ce sont des combattants épuisés, acculés. Sharunas Bartas les montre comme des gueux faméliques aux yeux perçants, des morts en sursis, à peine héroïques (...). N’empêche, son film a valeur de tombeau pour la plupart de ces sacrifiés, hommes et femmes qui ont résisté, de manière active ou passive.

- « EN ATTENDANT LA NEIGE »
24 novembre 2021 en salle / 0h 47min / Animation
De Nina Bisyarina, Lenka Ivancíková, Svetlana Andrianova ...

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 2.8/5

Synopsis  :
C’est bientôt l’hiver… Une grand-mère amasse de drôles d’objets dans sa maison bientôt remplie jusqu’au toit… Un chien perdu trouve enfin une amie, le petit tigre ses rayures… Un lynx s’égare dans une ville inconnue pendant que doucement les flocons de neige recouvrent le sol d’une forêt endormie par le froid…

Critique :

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « FRIDA VIVA LA VIDA »
24 novembre 2021 en salle / 1h 38min / Documentaire
De Giovanni Troilo
Par Jacopo Magri, Marco Pisoni
Avec Asia Argento
Titre original Frida. Viva la Vida

Notes et critiques
Note de la presse : 2.4/5
Note du public : 2.7/5

Synopsis =
Le film présente les deux facettes de Frida Kahlo : d’un côté, l’artiste révolutionnaire, pionnière du féminisme contemporain ; de l’autre, l’être humain, victime d’un corps torturé et d’une relation tourmentée. Au fil de la narration d’Asia Argento, ces deux aspects de l’artiste sont révélés par le biais des paroles de Frida, tirées de ses lettres, journaux intimes et confessions privées. Le film présente tour à tour entretiens, documents originaux, reconstructions captivantes et tableaux de l’artiste conservés dans certains des plus extraordinaires musées du Mexique.

Critique = Télérama par Cécile Marchand Ménard
Entre deux analyses picturales, l’approche photographique de Troilo abuse de transitions poétiques, un brin esthétisantes. Mais qui, parfois, parviennent à évoquer la spiritualité émanant des tableaux de Frida Kahlo.

- « SOUL KIDS »
24 novembre 2021 en salle / 1h 15min / Documentaire, Musical
De Hugo Sobelman
Par Hugo Sobelman

Notes et critiques
Note de la presse : 3.6/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis =
A Memphis, une des villes américaines les plus sinistrées, la Stax Music Academy fait figure d’oasis. Fondée sur l’héritage du label légendaire des années 60 qui accompagna la lutte pour les Droits Civiques, cette école de musique, extra-scolaire et gratuite, permet à des adolescents passionnés d’apprendre et de comprendre l’Histoire noire américaine à travers la découverte des plus grands tubes de la Soul. Un voyage musical dans le temps et une plongée dans la pensée d’une nouvelle génération.

Critique = Télérama par François Gorin
Des personnages attachants se dessinent, surtout du côté des jeunes filles. D’autres prennent peu à peu du poids et du pouvoir sur le groupe et, tiens donc, ce sont des garçons... Mais à mesure que le film se met à ronronner, ses enjeux narratifs font place à des questions simples, laissées sans réponse (...).

- « LIBAN 1982 »*
24 novembre 2021 en salle / 1h 44min / Drame, Guerre
De Oualid Mouaness
Par Oualid Mouaness
Avec Nadine Labaki, Mohamad Dalli, Gia Madi
Titre original 1982

Notes et critiques
Note de la presse :2.9 /5
Note du public : 3.1/5

Synopsis =
Interdit aux moins de 12 ans
Adaptation du livre éponyme de Geneviève Pettersen sorti en 2014.

En 1982 pendant l’invasion du Liban, dans une école privée en périphérie de Beyrouth, Wissam, onze ans, tente de confesser son amour à l’une de ses camarades de classe. Au même moment, ses professeurs, qui partagent un différend politique, essayent de masquer leurs craintes

Critique : Télérama par Frédéric Strauss
Autour d’une journée d’inquiétude, le réalisateur construit un film d’atmosphère attachant, qui s’inspire de ses propres souvenirs et parlera d’abord aux enfants – comme celui qu’il était alors : occupé par une amourette primordiale devant laquelle le bruit des bombardements et la panique des adultes devraient presque s’effacer… Un mélange de dureté et de tendresse très évocateur.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOUS EN FAIRE UN

- « ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL »
24 novembre 2021 en salle / 1h 43min / Animation, Famille, Fantastique, Comédie
De Byron Howard, Jared Bush, Charise Castro Smith
Par Jared Bush, Charise Castro Smith
Avec Camille Timmerman, José Garcia, Juan Arbelaez
Titre original Encanto

Notes et critiques
Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis  :
Dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé Encanto. L’Encanto a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’Encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir…

Critique : Télérama par Marion Michel
Encanto enchante avec humour et amour, réconcilie les familles et amuse avec une mise en scène pleine de références (parmi les plans, on pense autant à Indiana Jones qu’au Château ambulant, etc.).

- « RESIDENT EVIL : BIENVENUE À RACCOON CITY »
24 novembre 2021 en salle / 1h 47min / Action, Epouvante-horreur
De Johannes Roberts
Par Johannes Roberts
Avec Kaya Scodelario, Hannah John-Kamen, Robbie Amell
Titre original Resident Evil : Welcome to Raccoon City

Notes et critiques
Note de la presse : 3.2/5
Note du public : 2.2/5

Synopsis =
Interdit aux moins de 12 ans
Autrefois le siège en plein essor du géant pharmaceutique Umbrella Corporation, Raccoon City est aujourd’hui une ville à l’agonie. L’exode de la société a laissé la ville en friche... et un grand mal se prépare sous la surface. Lorsque celui-ci se déchaîne, les habitants de la ville sont à jamais... changés... et un petit groupe de survivants doit travailler ensemble pour découvrir la vérité sur Umbrella et survivre à la nuit

Critique = Filmsactu par Pierre Champleboux
Bien plus respectueuse des jeux vidéo dont elle s’inspire que ne l’étaient les précédentes, cette nouvelle adaptation de la saga horrifique de Capcom n’est pour autant pas dénuée de défauts.

« HOUSE OF GUCCI »
24 novembre 2021 en salle / 2h 37min / Biopic, Drame
De Ridley Scott
Par Roberto Bentivegna, Becky Johnston
Avec Lady Gaga, Adam Driver, Al Pacino

Notes et critiques
Note de la presse : 2.9/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis =
Gucci est une marque reconnue et admirée dans le monde entier. Elle a été créée par Guccio Gucci qui a ouvert sa première boutique d’articles de cuir de luxe à Florence il y a exactement un siècle.
À la fin des années 1970, l’empire italien de la mode est à un tournant critique de son histoire. Si l’entreprise rayonne désormais à l’international, elle est handicapée par des rumeurs de malversations financières, une innovation en berne et une dévalorisation de la marque. Le groupe est dirigé par les deux fils du fondateur – Aldo, personnage rusé et haut en couleur, et son frère Rodolfo, beaucoup plus froid et traditionnel.
Pugnace, Aldo n’a pas la moindre intention de céder le contrôle de l’empire à qui que ce soit – et certainement pas à son fils Paolo, garçon fantaisiste qui aspire à devenir styliste. Quant à Maurizio, fils timide et surprotégé de Rodolfo, il a davantage envie d’étudier le droit que de diriger un groupe de luxe mondialisé.
C’est alors que Maurizio tombe amoureux de la ravissante et manipulatrice Patrizia Reggiani et, contre l’avis de son père, décide de l’épouser. Lorsque Aldo se découvre des affinités avec Patrizia, il réussit, avec l’aide de la jeune femme, à convaincre son neveu de renoncer à ses ambitions juridiques pour intégrer l’entreprise dont il devient, de facto, le probable héritier. Ce qui ne manque pas de nourrir la rancoeur de Paolo, dont le talent n’est pas à la hauteur de ses rêves artistiques…

Critique = Télérama par Jacques Morice
Sans complaisance ni lyrisme, Ridley Scott conte les vicissitudes de la très vulgaire famille Gucci, interprétée par Lady Gaga, Al Pacino, Jeremy Irons et Adam Driver. La mise en scène manque parfois de rythme, mais la farce s’avère cinglante.