Le cinéma philippin

  • Mis à jour : 10 juillet

Le cinéma philippin désigne la production cinématographique des Philippines, qui remonte aux premiers jours de l’invention du cinéma, lorsqu’en 1897 un propriétaire de théâtre appelé Pertierra projeta des « images animées » importées.

CINEMA PHILIPPIN

HISTOIRE

Avant-Guerre
Le premier film produit par un philippin est « Dalagang Bukid » de Jose Nepomuceno, en 1919.

Dalagang Bukid est l’histoire d’une jeune vendeuse de fleurs nommée Angelita (Atang de la Rama), qui est forcée par ses parents d’épouser un usurier, Don Silvestre, malgré son amour pour Cipriano, un étudiant en droit. Les parents d’Angelita sont aveugles à son amour réciproque pour Cipriano, car leur manque d’argent et leur consommation par divers vices (jeu et combats de coqs) rendent l’offre de mariage de Don Silvestre attrayante. Avec ses frères et sœurs, Angelita cire des chaussures dans une église pour fournir un revenu à ses parents. Pendant ce temps, les parents d’Angelita autorisent Don Silvestre à épouser leur fille après qu’il se soit arrangé pour qu’elle remporte un concours de beauté. Avant d’aller au couronnement d’Angelita, Cipriano et Angelita se marient en secret. Au couronnement, Don Silvestre s’évanouit après avoir appris le mariage d’Angelita et Cipriano.

Le premier film parlant en « Tagalog est Ang Aswang » en 1930.

Beaucoup de films de cette époque ont été perdus. L’un des seuls à avoir été retrouvé est « Zamboanga » ((1937) de Eduardo de Castro avec Fernando Poe Sr. et Rosa del Rosario, qui avait bénéficié d’une production américaine et qui était destiné à un marché international.

Zamboanga s’articule autour d’une tribu maritime dirigée par Datu Tanbuong qui s’appuyait sur la perliculture. Danao (Fernando Poe) est fiancé à la petite-fille du datu, Minda (Rosa del Rosario), la petite-fille du datu.
Hadji Razul, un chef de la tribu pirate Moro kidnappe Minda, ce qui a conduit à une guerre tribale entre les groupes de Tanbuong et Razul. Le conflit se termine avec Danao sauvant Minda et la disparition de Razul. Danao et Minda se marient et naviguent vers le coucher du soleil.

Seconde Guerre Mondiale

Pendant l’occupation japonaise, entre 1942 et 1945, plusieurs réalisateurs philippins furent obligés de diriger des films de propagande.

Les années 1950

Les années 1950, considérées comme le premier âge d’or du cinéma philippin, est l’époque où des films philippins sont exportés pour la première fois autour du monde. Parmi les plus célèbres on peut nommer :

  • Genghis Khan en 1951, par Manuel Conde ;
  • « Korea » en 1952, par Lamberto Avellana ;

    Korea est un film de guerre philippin de 1952sur la guerre de Corée réalisé par Lamberto V. Avellana . Produit par LVN Pictures , le film est considéré comme perdu . Benigno Aquino Jr. a écrit le scénario qui l’a basé sur ses expériences sur la guerre en tant que correspondant .

  • « Anak Dalita » en 1956, par Lamberto Avellana  ;
    Situé dans les bidonvilles de Manille, se remettant des séquelles de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire suit Cita, une prostituée pleine de bonnes intentions et Vic, un héros de guerre qui a servi pendant la guerre de Corée sous PEFTOK, vivant ensemble dans la capitale ravagée mais quand ils ont été impliqués dans les plans méchants de Cardo, ils, avec le père Fidel, unissent leurs forces pour l’empêcher de réussir.
  • « Badjao » en 1957, par Lamberto Avellana  ;
    Il raconte une histoire d’amour entre Hassan, un homme Badjao et Bala Amai, une femme Tausug dont les différences ont été acceptées par les deux parties, mais le peuple Moro a tenté de détruire leur vie.
  • « Biyaya ng Lupa » en 1959, par Manuel Silos.

    Maria et Jose commencent leur vie conjugale en établissant un verger de campagne de lanzones. Ils ont bientôt quatre enfants, à savoir Miguel, Arturo, Angelita et Lito. Ils vivent heureux dans la communauté, jusqu’à ce que Bruno arrive ; c’est un veuf qui aurait tué sa propre femme. Bruno veut se remarier et courtise Choleng, une nièce de José. Choleng meurt en tombant d’une falaise en essayant d’échapper à Bruno. Bruno se rend dans les montagnes pour se cacher des villageois en colère, puis revient et viole la fille de Jose, Angelita. Avec les villageois, Jose poursuit Bruno mais est abattu par ce dernier

Les années 1960
La période des années 1960 est caractérisée par les films bomba, qui sont principalement des remakes de James Bond ou d’autres succès occidentaux.

Les années 1970 et début des années 1980
Les années 1970 et le début des années 1980 constituent le second âge d’or du cinéma philippin, avec des réalisateurs d’avant-garde. Parmi les films les plus célèbres on peut citer :

  • « Stardoom » en 1971, par Lino Brocka ;
  • « Pagdating sa Dulo » en 1971, par Ishmael Bernal ;

    C’est une scène montrant une actrice en herbe (jouée par la regrettée Rita Gomez) méditant sur des rêves qui fleurissent dans des déserts de désolation et s’éteignent dans un mirage qui évoque des images de colonies de squatters et de vies sordides. La star audacieuse regarde le paysage et le scanne, la caméra agissant comme son substitut, mais la cadrant finalement contre le centre culturel majestueux et embarrassant. La scène résume tout : la décadence du régime de la loi martiale, ainsi que ses aspirations perverses à l’art, a condamné le destin des Philippins.

  • « Tinimbang ka ngunit kulang » en 1974, par Lino Brocka ;

    Fils d’un homme riche, Junior a tout ce qu’il peut désirer. Mais la vacuité de son style de vie extravagant et l’hypocrisie des soi-disant citoyens influents de la ville lui pèsent lourdement, et il tend la main aux parias du village.

  • « Banaue » en 1975, par Gerardo de Leon ;

    La quête de la tribu Ifugao pour la terre promise est pavée de bonnes intentions.

  • « Manille : Dans les griffes des ténèbres » (1975) - Drame - Film de Lino Brocka avec Hilda Koronel, Bembol Roco, Lou Salvador J
    Julio, un jeune pêcheur, quitte son village pour se rendre à Manille où il espère retrouver Ligaya, sa fiancée, dont il est sans nouvelles. Au fil du voyage, l’innocent provincial va perdre bien des illusions. Engagé comme ouvrier, il découvre bientôt les bas-fonds de la ville et la prostitution.
  • « Itim » en 1976, par Mike de Leon ;
  • « Insiang » (1976) - Drame - Film de Lino Brocka avec Hilda Koronel, Mona Lisa, Rez Cortez

    Insiang habite un bidonville de Manille avec sa mère, la tyrannique Tonya. Elle se démène corps et âme pour survivre dans ce quartier où chômage et alcoolisme font partie intégrante du quotidien. Un jour, Tonya ramène chez elles son nouvel amant, Dado, le caïd du quartier, en âge d’être son fils. Ce dernier tombe rapidement sous le charme de sa nouvelle « belle-fille »…

  • « Himala » en 1981, par Ishmael Bernal
    Elsa a vu la bienheureuse Vierge Marie qui avait changé sa vie et provoqué une hystérie dans un village pauvre et isolé.
  • « Batch ’81 » en 1982, par Mike de Leon

    Sid Lucero ( Mark Gil ), étudiant dans une université sans nom aux Philippines, est attiré par la perspective de rejoindre l’ Alpha Kappa Omega , l’une des organisations de lettres grecques les plus importantes de l’école. Il envisage une nouvelle direction dans sa vie, car sa mère le poussait à faire de la zoologie et plus tard à l’école de médecine.
    Lucero est l’un des 15 candidats initiaux de la fraternité, mais seuls huit d’entre eux entrent dans le programme d’initiation de six mois du groupe avec les personnes âgées qui le supervisent. Un néophyte est expulsé le premier jour pour avoir défié les ordres des maîtres de se déshabiller après avoir remarqué une bande préenregistrée de femmes riant et parlant d’hommes se déshabillant devant elles. Le leader de la fraternité, Vince (Jimmy Javier), oriente le lot dans les mœurs du groupe avant de les soumettre à leur premier bizutage, qui dure toute la nuit.
    Au cours des mois suivants, les maîtres de la fraternité soumettent les néophytes à une série de tests. Pacoy Ledesma (Ward Luarca) a des relations sexuelles avec une prostituée (Chanda Romero) à qui un senior, Gonzalez (Vic de Leon Lima), lui a demandé d’envoyer un bouquet, et on lui fait manger son déjeuner mélangé avec des boissons gazeuses et du ketchup quand Vince tombe par hasard sur lui à la cafétéria de l’école. Pour avoir pris du retard lors d’un test où les néophytes couraient en public en sous-vêtements et baskets, Ding Quintos (Edwin Reyes) est obligé de tenir une moustiquaire sur Gonzalez alors qu’il dort toute la nuit. Ronnie Roxas Jr. (Ricky Sandico) est obligé de boire de la bière mélangée au crachat de ses compagnons de groupe lors d’une fête d’anniversaire (et tout le monde était de la partie). Un médecin membre de l’AKO attache du matériel chirurgical dans le cadre d’une expérience de tolérance à la douleur à Lucero, dont la petite amie s’inquiète pour sa sécurité après avoir perdu son frère unique lors des rites d’initiation de la fraternité deux ans auparavant.
    La pression psychologique fait des ravages sur Ronnie et Arni Enriquez (Rod Leido) et tous deux décident de partir. Lorsque Vince découvre cela, il fait attacher Ronnie à une chaise électrique dans le cadre d’un quiz pour tous les néophytes. Le propre père de Ronnie (Chito Ponce Enrile) - l’un des membres fondateurs de la fraternité - supervise la session, où le jeune Roxas sera choqué pour les mauvaises réponses. Lorsque la tension est montée plus haut et que Ronnie Sr ordonne à la séance de continuer, les néophytes sont obligés de choquer leur ami même s’il doit mourir dans le processus. Lorsque Pacoy voit que Ronnie ne répond pas aux questions, il refuse de le faire et est obligé de remplacer Roxas, qui se réveille soudainement. Ronnie Sr explique que tout était mis en place pour aider les néophytes à faire confiance à leurs maîtres. Plus tard, Arni se met en colère contre Sid étant insensible à tout et il faut tout le groupe pour les apaiser ; Roxas décide de rester.

  • « Oro, Plata, Mata » en 1982, par Peque Gallaga
    Oro, Plata, Mata retrace l’évolution de la fortune de deux familles hacendero ou propriétaires de propriétés sucrières sur l’île de Negros pendant la Seconde Guerre mondiale. La famille Ojeda célèbre les débuts de Maggie Ojeda (Andolong). Dans le jardin, Trining (Gil) reçoit son premier baiser de Miguel Lorenzo (Torre), son amour d’enfance. Don Claudio Ojeda (Ojeda) et ses collègues propriétaires parlent de la guerre imminente et certains des jeunes hommes valides ont décidé de s’enrôler pour la guerre. La célébration a été interrompue par la nouvelle du naufrage du SS Corregidor par une mine. Alors que la force d’invasion japonaise s’approche de la ville, la famille Ojeda accepte l’invitation des Lorenzo, leurs anciens amis de la famille, à rester avec eux dans leur hacienda provinciale. Nena Ojeda (Lorena) et Inday Lorenzo (Asensio) tentent de nier les réalités de la guerre en préservant leur mode de vie d’avant-guerre. Envie de son fiancé, Maggie traverse des accès de mélancolie. Miguel et Trining, d’enfants coquins, deviennent des adultes impétueux
  • « Moral » en 1982, par Marilou Diaz-Abaya
    Joey, Kathy, Sylvia et Maritess sont quatre étudiants à l’Université des Philippines Diliman. Le film s’ouvre sur le mariage de Maritess avec Dodo et suit les vies parfois croisées des quatre amis.
    Maritess se contente d’abord d’être simplement femme au foyer pour Dodo. À la remise des diplômes des amis, Maritess entre en travail et donne naissance à un petit garçon. Elle éprouve des difficultés à s’occuper du bébé, notamment des querelles avec sa belle-mère, une dépression post-partum et le fait de ne plus avoir de temps pour elle-même. Au fil du temps, elle devient mécontente de son mariage et de son manque de liberté et fait part à Maggie de son désir de quitter Dodo. Un jour, Dodo viole Maritess ; elle le quitte et vit temporairement avec Sylvia. Elle leur permet finalement de se remettre ensemble à condition qu’elle soit traitée comme une égale dans la relation.
    Joey est une toxicomane qui couche régulièrement avec différents hommes et entretient une relation tendue avec sa mère Maggie. Elle est amoureuse de l’activiste Jerry et lui fait continuellement des avances, qui sont rejetées. Elle tombe enceinte et demande de l’argent à ses amies et à sa mère pour se faire avorter. Avant que cela n’arrive, elle fait une fausse couche et un médecin lui dit qu’elle est incapable d’avoir des enfants. Jerry rejoint la rébellion dans les montagnes et demande à Joey de laisser sa femme Nita vivre avec elle. Nita reste avec Joey et fait le ménage pour elle jusqu’à ce qu’elle apprenne que Jerry a été tué. Nita le dit à Joey puis part rejoindre la rébellion.
  • « Karnal » en 1983, par Marilou Diaz-Abaya.
    Une femme d’âge moyen (Charito Solis), agissant en tant que narratrice, raconte une histoire longue mais violente et tragique sur la vie de sa mère dans la ville qui n’a qu’une longueur d’avance sur l’Enfer. Elle mentionne également la vie des citadins vivant sous le règne d’un propriétaire terrien tyrannique et violent.
    Les jeunes mariés Narcing (Phillip Salvador) et Puring (Cecille Castillo) sont arrivés de Manille, la capitale, pour vivre dans la ville natale des Mulawin où Narcing est né et a grandi. Son père, Gusting (Vic Silayan), a été surpris par la ressemblance de Puring avec sa défunte épouse Elena. L’analogie a incité Gusting à sacrifier sa belle-fille. Il a fait un geste avancé vers Puring, montrant sa colère en motivant Narcing à être plus affirmé. En même temps, il devait mettre à nu les villageois dans son amitié avec un sourd Gorio (Joel Torre). Dans le violent conflit familial qui s’en est suivi, Narcing a attaqué son père avec un long tir, le chassant de son chemin.
    Pendant que son mari est en prison, Puring donne naissance à un enfant possédé par un démon, considéré par les villageois de la ville. Après avoir enterré sa fille dans les champs en feu, Narcing s’est évadée de prison mais les autorités cherchaient à le capturer. Alors qu’il retrouve sa femme dans la hutte de Gorio, Narcing et Puring s’échappent pour éviter d’être capturés par les autorités. Malheureusement pour lui, Narcing a été capturé par les autorités mais ses mains étaient liées par une corde et il a été à plusieurs reprises trébuché et glissé au sol alors que Puring pleurait émotionnellement lorsqu’elle regardait la tragédie. Quelques instants plus tard, alors que le directeur de la prison ouvre sa cellule, il découvre que Narcing s’est suicidé en se tranchant la gorge avec un objet pointu. La nouvelle de sa mort conduit Puring à être dévasté et à pleurer émotionnellement sous le choc.
    La narratrice a révélé son identité en tant que nièce de Narcing et Puring. Sa mère Doray (Grace Amilbangsa) était la sœur de Narcing. Forçant son père à se marier qu’il ne voulait pas, Doray s’enfuit de la maison familiale pour retrouver son véritable amour José. De même, elle a également été victime de violence familiale dans le passé. D’un autre côté, Puring retourne à Manille pour travailler à nouveau comme répartitrice, mais selon les récits des autres, elle est devenue encore pire lorsqu’elle est devenue une prostituée pour les Américains dans les quartiers sombres de la capitale où elle leur a parlé anglais avec force et certains ont dit, elle est devenue religieuse où elle a pardonné ses péchés qu’elle a commis. Cependant, ces rumeurs ne seront jamais confirmées et sa véritable localisation restera un mystèr

À côté de l’avant-garde, les Philippines ont une tradition de cinéma populaire qui fait que ce fut à une époque le troisième producteur mondial de films (derrière l’Inde et les États-Unis) avec près de 300 films par an. À ce sujet, il faut citer la naissance d’un mouvement de productions de séries Z avec de faibles budgets, qui souhaitaient imiter les films d’action américains, et qui eurent une diffusion internationale avant de s’éteindre avec les années 1990. Teddy Page, aujourd’hui célébré par Nanarland, en faisait partie.

Fin des années 1980 et années 1990

En 1993, la chaîne de télévision ABS-CBN se lance dans la production cinématographique. Les studios Star Cinema produisent en coopération avec Regal Films

  • « Ronquillo : Tubong Cavite,Laking Tondo. » Film réalisé par Joey del Rosario, avec Filipino actors Ramon "Bong" Revilla, Jr., Sheryl Cruz, et Miguel Rodriguez.
    Adan Ronquillo combattait un groupe de voyous dirigé par Ben Hapon et a été arrêté par son père. Une nuit après sa libération, son père a été assassiné par une force de police voyou dirigée par Gardo. Hepe aborde Adan au sujet de l’incident. Abad tue l’un des amis d’Adan et laisse un message au Hepe. Adan trouve le fils de Gardo qui était responsable de la mort de son père et il a été ordonné par Gardo de le tuer et Adan le tue. Adan trouve Gardo dans l’entrepôt et l’un des policiers de Gardo ouvre le feu sur lui. Adan tue la plupart des forces de Gardo avec un fusil avec un lance-grenades. Mais Gardo s’échappe dans une voiture avec Adan le poursuit et ils détruisent un camion-citerne alors qu’Adan tire sur Gardo dans le dos, le faisant déraper sa voiture jusqu’à l’arrêt. Adan sort de sa voiture endommagée alors que Gardo était sur le point de lui tirer dessus. Adan le tue et fait exploser sa voiture. Ben Hapon informe Moren de la mort de Gardo qui le met en colère
    Adan se rend chez lui pour trouver sa mère assassinée par Ben Hapon et Karla a été capturée par Moreno et il jette Ben Hapon hors de la maison et dit à Moreno qu’il vient le chercher. Adan se rend à la villa d’été de Moreno à Antipolo pour sauver Karla et tue Ben Hapon. Hepe et ses forces de police arrivent pour l’aider et arrêter les hommes de Moreno. Moreno s’échappe avec Karla. Pendant la bagarre, Moreno gifle Karla, la faisant tomber en bas de la colline, et lui tire dessus au moment où Adan arrive sur les lieux. Enragé, Adan tire sur Moreno avec sa mitrailleuse et pleure Karla croyant avoir été tuée par Moreno au moment où Hepe arrive pour l’aider. Cependant, Moreno est toujours en vie et pointe sa mitrailleuse sur eux. Adan est abattu par lui avant que lui et Hepe n’abattent Moreno à mort. Karla a survécu à la bagarre avec Moreno et était dans un fauteuil roulant pleurant la mort d’Adan dans le cimetière avec l’amie et sœur d’Adan, Elma. Hepe arrive et leur dit qu’Adan a survécu, il n’a été abattu que par Moreno avant que lui et Hepe ne tuent Moreno.

2000 à aujourd’hui

Kidlat Tahimik, l’enfant terrible du cinéma philippin (à droite, sans pantalon) et son fils Kidlat Tahimik, réalisateur de documentaires.
La réalisation en numérique relance la vague de production de films philippins. Parmi les films :

  • « Ang Pagdadalaga ni Maximo Oliveros » en 2005, par Auraeus Solito
    Maxi (Maximo), un garçon de douze ans qui vit dans un bidonville de Manille avec son père et ses deux frères, criminels. Il tombe amoureux de Victor, un séduisant policier (J. R. Valentin). Il se retrouve bientôt pris entre deux feux...
  • « Ilusyon » en 2005, par Paolo Villalun
    Illusion (Ilusyon) est un film (1h 40min) de Ellen Ramos, Paolo Villaluna avec Yul Servo, Jennifer Lee, JC Parker. Un casting de 14 stars sur CinéSéries
  • « Sa North Diversion Road » en 2005, par Dennis Marasigan
  • « Todo Todo Teros » en 2006, par John Torres
    Au fond, un artiste est aussi un terroriste, le protagoniste réfléchit dans un instant sans surveillance. Et s’il est un terroriste après tout, alors il pourrait tout aussi bien en être un. Pas un produit instantané, mais un dispositif expérimental dans lequel le matériel du journal intime est rassemblé pour former un puzzle intrigant.
  • « John John » (2007)- Drame - Film de Brillante Mendoza avec Cherry Pie Picache, Eugene Domingo, Jiro Manio
    Dans un quartier pauvre de Manille, Thelma est chargée par un service social local d’élever des enfants abandonnés avant leur adoption officielle. Aujourd’hui, John John, le dernier enfant gardé par Thelma, doit être remis à ses parents adoptifs américains. A mesure que la journée passe, chaque moment avec le petit garçon devient de plus en plus précieux.
  • « Service » (2008) - Drame - Film de Brillante Mendoza avec Gina Pareño, Jaclyn Jose, Julio Diaz
    Au coeur d’Angeles, aux Philippines, la famille Pineda a élu domicile dans un vieux cinéma qu’elle exploite et qui projette des films érotiques des années 70. Alors que tous les personnages vaquent à leurs occupations quotidiennes, on découvre peu à peu leurs penchants, et les difficultés auxquelles ils se heurtent, qu’elles soient d’ordre relationnel, économique ou sexuel. En prise avec leurs démons intérieurs, tous les membres de cette famille ferment les yeux sur le business qui fleurit au sein même du cinéma : celui de la prostitution.
  • « 100 » en 2008, par Chris Martinez
    Joyce, une femme atteinte d’un cancer en phase terminale, n’a plus que trois mois à vivre Elle décide de faire une liste de cent choses à faire avant de mourir. Cette liste, qui énumère principalement des problèmes pratiques à régler avant sa mort, va s’étoffer spirituellement à mesure que ses proches viennent partager leurs derniers instants avec elle.
  • « Lola » (2009)- Drame - Film de Brillante Mendoza avec Anita Linda, Rustica Carpio, Tanya Gomez
    A Manille, deux femmes âgées se trouvent confrontées à un drame commun : Lola Sepa vient de perdre son petit-fils, tué d’un coup de couteau par un voleur de téléphone portable ; Lola Puring est la grand-mère du jeune assassin, en attente du procès. L’une a besoin d’argent pour offrir des funérailles décentes à son petit fils, pendant que l’autre se bat pour faire sortir son propre petit-fils de prison. Déambulant dans les rues de la ville, sous une pluie battante, elles luttent infatigablement pour le salut de leur famille respective…
  • « Kinatay » (2009) - Thriller - Film de Brillante Mendoza avec Coco Martin, Maria Isabel Lopez, Julio Diaz
    Peping, étudiant en criminologie, est recruté par son ancien camarade de classe, Abyong, pour travailler en tant qu’homme à tout faire au service d’un gang local de Manille. Cette activité lui permet de gagner de l’argent facilement pour faire vivre sa jeune fiancée, étudiante elle-aussi, qu’il a décidé d’épouser. Mais pour ça, il lui faut encore plus d’argent. Abyong propose alors au jeune homme de s’engager dans une "mission spéciale", particulièrement bien rémunérée...
  • « Mondomanila (Or How I Fixed my Hair After a Rather Long Journey) » (2011)- Comédie musicale, Drame, Comédie - Film de Khavn de la Cruz
    Tony, 12 ans, vit dans les bidonvilles parmi les habitants de la pègre : le proxénète infirme, la femme au foyer solitaire, le gay du quartier et son père macho, les prostituées, le politicien véreux et le pédophile yankee. Il vit dans un monde décrépit, fermé et sans espoir, qui est parti en fumée.
  • « Ruined Heart : Another Lovestory Between a Criminal & a Whore » (2015) de Khavn de la Cruz
    Coeur en ruine ! est l’histoire d’amour classique entre un gangster et une prostituée, mais Khavn "déconstruit cette histoire souvent racontée pour explorer en images fugaces la probabilité de mourir trop tôt de la violence si omniprésente aux Philippines aujourd’hui"
  • « Alipato : The Very Brief Life of an Ember » (2016) - Expérimental, Comédie dramatique, Science-fiction - Film de Khavn de la Cruz avec Bing Austria & The Flippin’ Soul Stompers, Dido De La Paz, Marti San Juan
    Dans les bas-fonds de Manille, le gang Kostka est tenu par une horde d’enfants d’une dizaine d’années. Ils sèment la terreur partout où ils passent, jusqu’à ce qu’un braquage tourne mal.
  • « Alpha - The Right to Kill » (2019)- Drame, Thriller, Policier - Film de Brillante Mendoza avec Allen Dizon, Elijah Filamor, Angela Cortez
    Dans les quartiers pauvres de Manille, la lutte antidrogue fait rage. Un officier de police et un petit dealer devenu indic tentent coûte que coûte de faire tomber l’un des plus gros trafiquants de la ville, mettant en jeu leur réputation, la sécurité de leur famille… et leur vie.
  • « Halte » en 2019 par Lav Diaz
    Nous sommes en 2034. Cela fait trois ans que l’Asie du Sud-Est est dans le noir, littéralement. Le soleil ne se lève plus, suite à des éruptions volcaniques massives dans la mer de Célèbes. Des fous dirigent les pays, les communautés, les enclaves et les villes. Des épidémies cataclysmiques ont ravagé le continent. Ils sont des millions à être morts, des millions à être partis.

ACTEUR PHILIPPIN


- John Arcilla
Romeo "John" Gonzales Arcilla, né le 24 juin 1966 à Quezon City (Philippines), est surtout connu pour avoir joué le rôle d’Antonio Luna dans le film dramatique historique « Heneral Luna, Hagorn » dans la série télévisée dramatique fantastique

- Kokoy de Santos

Ronald Marquez de Santos Jr. (né le 15 mai 1998), connu sous le nom de Kokoy de Santos (prononcé Ko-hoy), est un acteur, chanteur, danseur et mannequin philippin. Son film Fuccbois était une entrée officielle au 15e Festival du film indépendant des Philippines Cinemalaya qui lui a permis de faire une pause dans le métier d’acteur.

-  Coco Martin

Découvert en 2005 dans le rôle-titre du masseur prostitué dans Le Masseur, il a joué dans six autres films de Brillante Mendoza, dont les fameux Serbis en 2008 et Kinatay en 2009. Il se produit surtout dans des films indépendants et dans des séries télévisées, où il a joué par exemple le rôle de Ramon Lecumberri dans la série Tayong Dalawa, celui des jumeaux Alexander et Javier del Tierro dans la série Minsan Lang Kita Iibigin, et le rôle-titre dans Juan dela Cruz. Entre autres prix, il a été élu meilleur acteur philippin des années 2000 aux Gawad Urian Awards 2011.

ACTRICE PHILIPPINE

Neile Adams
Kim Adis
Julia Barretto
Angeli Bayani
Kathryn Bernardo
Bea Binene
Ryza Cenon
Kim Chiu
Mikee Cojuangco-Jaworski
Sharon Cuneta
Anne Curtis
Jasmine Curtis
Louise delos Reyes
Andrea del Rosario
Gloria Diaz
Mylene Dizon
Eugene Domingo
Andi Eigenmann
Sarsi Emmanuelle
Maritoni Fernandez
Gwen Garci
Sarah Geronimo
Toni Gonzaga
Rachel Grant
Roxanne Guinoo
Ruffa Gutierrez
Solenn Heussaff
Jaclyn Jose
Hilda Koronel
Atang de la Rama
Angel Locsin
Maria Isabel Lopez
Nadine Lustre
Mei Melançon
Jessy Mendiola
Maine Mendoza
Julia Montes
Liza Moreno
Zsa Zsa Padilla
Pepsi Paloma
Angelica Panganiban
Rhian Ramos
Maggie de la Riva
Lea Salonga
Janella Salvador
Katya Santos
Chat Silayan
Liza Soberano
Akiko Solon
Maricel Soriano
Regine Velasquez
Lauren Young
Megan Young
Dawn Zulueta

REALISATEUR et REALISATRICE PHILIPPIN
BB Gandanghari
Lino Brocka
Cirio H. Santiago
Zale Dalen
Khavn De La Cruz
Ronnie del Carmen
Lav Diaz
Eddie Garcia
Gerardo de León
Raya Martin
Erik Matti
Brillante Mendoza
Teddy Page
Eddie Romero
Auraeus Solito
Jerrold Tarog
Marilou Diaz-Abaya
Hannah Espia
Connie Macatuno
Isabel Sandoval