Le cinéma de Taïwan

  • Mis à jour : 6 mars

Le cinéma taïwanais est un des quatre courants du cinéma chinois, avec celui de la Chine continentale, de Singapour et de Hong Kong.
L’histoire du cinéma taïwanais est indissociable de celle de l’île.

HISTORIQUE

De 1900 à 1970

De 1895 à 1945, Taïwan est une colonie japonaise et son cinéma (1900 à 1945) est fortement influencé par le cinéma japonais. Ainsi, l’utilisation de benshi, des narrateurs accompagnant les films muets est repris sous le nom de "benzi". Le premier film tourné à Taïwan serait « An Introduction to the Actual Condition of Taiwan » (Une introduction à la situation actuelle de Taïwan (1907, Toyojir ? Takamatsu). Les acteurs taïwanais ne peuvent d’ailleurs pas tourner jusqu’en 1922 avec « The Eyes of Buddha ». En 1925 « Whose Fault Is It » est considéré comme le premier film vraiment taïwanais.

Le début de la seconde guerre sino-japonaise interrompt la production cinématographique jusqu’en 1945, en raison de la politique de nipponisation qui contraint les Taïwanais à parler japonais en public et conséquemment rend illégale la projection des films accompagnés d’un benshi taïwanais.

Le cinéma taïwanais renaît à partir de 1949 et la fin de la guerre civile entre les partisans du Parti communiste chinois les nationalistes du Kuomintang, où de nombreux réalisateurs favorables à Tchang Kaï-chek rejoignent Taïwan. Durant cette période, les premiers films produits sont des films officiels en mandarin choisis par le gouvernement qui voulait unifier le pays en déclarant le mandarin comme langue officielle. Les films en d’autres dialectes, notamment le taïwanais, disparaissent peu à peu faute de subvention de l’État.

Les années 1960 marquent le début de la modernisation rapide de Taïwan avec la focalisation du gouvernement sur l’économie, le développement industriel et l’éducation. En 1963, il crée la Central Motion Picture Corporation (CMPC) qui introduit le mélodrame dit du "réalisme sain". Le genre doit aider à construire des valeurs morales traditionnelles, considérées comme importantes dans la rapide transformation de la structure socio-économique. À cette période, les films d’arts martiaux en costumes et les mélodrames sont également populaires.

L’un des genres les plus populaires des années 1960 et 1970 est le « film de Chiung Yao », c’est-à-dire des adaptations des romans sentimentaux de l’écrivaine à succès Qiong Yao : 50 film sont ainsi produits entre 1964 et 1983, sont plusieurs sont des succès critiques et commerciaux1.

Le « réalisme sain » disparaît peu à peu au profit de mélodrames qui traitent néanmoins toujours de l’ambivalence entre les mutations sociétales et la morale.

Avec le relâchement de la censure à la fin des années 1970, le genre du réalisme social se développe autour de films consacrant la violence masculine et une approche misogyne de la sexualité.

1982 : la nouvelle vague taïwanaise

Au début des années 1980, les films deviennent populaires avec le développement des cassettes vidéo. Cependant, l’industrie taïwanaise est en difficulté à cause du non-renouvellement des réalisateurs installés et de l’entrée en force des films de divertissement hongkongais.

Afin de rivaliser avec les films hongkongais, le CMP supporte des jeunes réalisateurs taïwanais. En 1982, le film « In Our Time »

comprend quatre jeunes réalisateurs talentueux (Edward Yang (1947-2007), Tao De-chen, Ke I-jheng, et Jhang Yi) et est le précurseur de ce qui deviendra la nouvelle vague qui renouvellera le cinéma taiwanais. Celle-ci commence vraiment avec « Growing Up » de Chen Kunhou et « The Sandwich Man » coréalisé par des jeunes réalisateurs dont Hou Hsiao-hsien.

Contrastant avec les mélodrames ou les films d’action des décennies précédentes, les films de la nouvelle vague sont connus pour leur style réaliste et leurs portraits de la vie taïwanaise. Ces films, cherchant à donner une vision authentique de la vie urbaine et rurale sont souvent rapprochés du cinéma néoréaliste italien. Cet accent sur le réalisme est accentué par des innovations narratives. Ainsi, la convention narrative classique basée sur le climax est abandonnée au profit d’histoires progressant au rythme de la vie réelle.

La nouvelle vague examine ainsi de nombreux aspects de la société taïwanaise de l’époque comme l’urbanisation, la lutte contre la pauvreté et les conflits avec les autorités. Par exemple, « La Cité des douleurs » (1989) de Hou Hsiao-hsien
traite des conflits entre les taïwanais locaux et le gouvernement nationaliste chinois après la fin de l’occupation japonaise.

« Taipei Story »

et « Confusion chez Confucius » de Edward Yang explorent la confusion entre les valeurs traditionnelles et le matérialisme moderne dans la jeunesse urbaine.

Ces deux réalisateurs bien qu’ils possèdent leur propre style sont considérés comme les chefs de file de la nouvelle vague. Ils ont gagné une renommée internationale avec notamment un Lion d’Or à la Mostra de Venise pou r « Hou Hsiao-hsien ».

De plus, la nouvelle vague met en avant l’identité taïwanaise que le gouvernement avait occulté. Ainsi des films mettent en avant la diversité linguistique de Taïwan en tournant en taïwanais et en hakka et plus seulement en mandarin. Les réalisateurs s’attaquent aussi à des tabous sociaux et tentent de concilier les exigences artistiques et commerciales.

Les années 1990 : la seconde vague

La nouvelle vague donne naissance à une seconde vague qui est moins sérieuse et plus accessible, sans renier le souci de décrire la société taïwanaise.

Ainsi, « Vive l’amour » de Tsai Ming-liang qui remporte le Lion d’Or de Venise en 1994, dépeint l’isolation, le désespoir et l’amour entre de jeunes adultes de Taipei.

« The Peach Blossom Land » de Stan Lai est une tragi-comédie sur des groupes d’acteurs répétant des pièces différentes sur la même scène, qui remporte des récompenses aux festivals de Tokyo et Berlin.

Ang Lee, est certainement le réalisateur le plus connu de la seconde vague. Ses premiers films « Pushing Hands » (1991),

« Garçon d’honneur » (1993),

et « Salé, Sucré » (1994) se concentrent sur les conflits générationnels et culturels dans les familles modernes.

Plus récemment, il s’est démarqué de la nouvelle vague en revisitant le genre wuxia avec « Tigre et Dragon » qui remporte un succès immense à l’étranger.

Les années 2000

En 2008, la sortie de « Cape No. 7 » de Wei Te-Sheng et l’immense succès qui l’accompagne donne un coup de fouet à l’industrie cinématographique de Taïwan.

« Monga » de Doze Niu illustrant les gangs du quartier de Wanhua fait un tabac en 2010.

« Au revoir Taipei » d’Arvin Chen obtient le prix du meilleur film au festival du film asiatique de Berlin.

« Pinoy Sunday » de Wi Ding Ho a obtenu le prix du « meilleur nouveau réalisateur » au 47e Festival du Cheval d’or de Taipei.

INSTITUTIONS

Golden Horse Film Festival and Awards (1962)
Les Golden Horse Film Festival and Awards sont des récompenses de cinéma taïwanaises décernées depuis 1962, associées depuis 1980 à un festival sans compétition. Les Golden Horse Awards récompensent les films d’expression chinoise, qu’ils viennent de Taïwan, d’autres territoires sinophones (Hong Kong, Singapour etc) et depuis 1996 de Chine continentale.

- Autres festivals : Kaohsiung Film Festival, Taipei Film Festival, Taiwan International Documentary Festival, Taiwan International Ethnographic Film Festival, Taiwan International Queer Film Festival, Women Make Waves

- Taiwan Film and Audiovisual Institute (en) (TFI, 1967)
Le Taiwan Film and Audiovisual Institute (TFAI est une fondation du district de Zhongzheng, Taipei, Taiwan, qui vise à préserver les films taïwanais et chinois continentaux. Lors de sa création en 1979, la fondation était connue sous le nom de Film Library of the Motion Picture Development Foundation. Il est devenu la National Film Archive en 1989, et la Chinese Taipei Film Archive plus tard.

- "Chinese Taipei Film Archive"
Situées au centre-ville de Taipei, à cinq minutes à pied de la gare centrale, les archives de Taipei sont une ressource inestimable pour les universitaires intéressés par le cinéma chinois. L’archive a été fondée par la Motion Picture Development Foundation avec l’aide du Government Information Office en 1978, puis l’archive est devenue une fondation elle-même en 1991. C’était l’engagement de l’historien et restaurateur, le professeur Ray Jing, à la préservation de Le cinéma chinois, en particulier les films réalisés à Taïwan, qui ont donné lieu à cette remarquable collection. Le successeur du professeur Jing en tant que directeur des archives, Edmund K.Y. Wong, est enseignant, écrivain et critique. Son travail s’étend au théâtre ainsi qu’au cinéma, lui donnant une perspective largement informée sur la production culturelle dans le Taiwan contemporain.

- Taipei Film Commission (en) (2007)
La Commission du film de Taipei a été créée fin 2007 pour apporter une aide à la production cinématographique dans lTaipei. En tant qu’organisation semi-gouvernementale soutenue par le gouvernement de la ville de Taipei. TFC est à la fois ingénieux et flexible.

Qu’il s’agisse de repérage, de contrôle du trafic, de diffusion de publicités, de culture de talents ainsi que de système de financement. TFC s’engage à faire de son mieux pour rendre votre projet cinématographique à Taipei aussi enrichissant et réussi que possible. Le TFC élabore également des plans stratégiques pour le renforcement de l’industrie cinématographique locale. La commission assurera le leadership de l’industrie cinématographique locale et nationale.

Afin de faciliter le travail créatif, le TFC a mis en place une vaste galerie de localisation en ligne, formulé des procédures administratives simplifiées, rassemblé des informations précieuses et créé un site Web facile à utiliser… Tous les efforts sont pour votre commodité. Nous souhaitons que vous puissiez vivre de grandes expériences créatives dans notre ville bien-aimée.

- Next Animation Studio
Next Animation Studio (anciennement Next Media Animation est une filiale taïwanaise de Next Media, basée à Hong Kong, qui crée une couverture humoristique et simple animée par CGI d’actualités et d’événements sportifs récents et les publie via TomoNews. Les courts métrages ont été à l’origine racontés en mandarin. et par la suite sous-titrés en anglais ; les plus récents sont publiés avec une narration en chinois, en anglais et en japonais.

Le studio est devenu bien connu au-delà de son public de langue chinoise en 2010, lorsqu’il a couvert les révélations des affaires extraconjugales de Tiger Woods et l’incident de l’agent de bord JetBlue, et a participé à une « querelle » vidéo en ligne avec Conan O’Brien. Il a collaboré avec The Daily Show avec Jon Stewart pour créer une représentation satirique du mariage du prince William et de Catherine Middleton.

- Taiwan Film Institute
Le Taiwan Film and Audiovisual Institute, anciennement Taiwan Film Institute, est une fondation du district de Zhongzheng, Taipei, Taiwan, qui vise à préserver les films taïwanais et chinois continentaux. Lors de sa création en 1979, la fondation était connue sous le nom de Film Library of the Motion Picture Development Foundation. Il est devenu la National Film Archive en 1989, et la Chinese Taipei Film Archive plus tard.

- Broaden Media Academy (en) (BMA)
Broaden Media Academy (BMA) est un centre de formation en post-production de films/vidéos à Taipei, Taiwan. Le corps professoral de BMA comprend des professionnels primés et des formateurs certifiés Apple. BMA propose des cours sur de nombreux progiciels standard de l’industrie, notamment Avid, Final Cut Pro, Motion, DVD Studio Pro, Pro Tools et Shake.

FILMS

- « 10,000 Miles » (Film 2016)

- « At Cafe 6 »

- « Attabu 2 »

« Attabu » fait référence au nom original de la région de Wufeng dans la langue des aborigènes des plaines taïwanaises. Le premier film dépeint les Lins naviguant de Chine à Taïwan en 1746 où ils deviendront l’un des clans les plus puissants de Taïwan en raison des services rendus à la dynastie Qing. La partie II continue l’histoire de la première guerre sino-japonaise en 1895, lorsque Taiwan est officiellement devenue une colonie japonaise. Sous la domination japonaise, l’influence des Lin a diminué à mesure que les membres du clan en sont venus à soutenir différentes idéologies politiques. Après la défaite du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale et la retraite du Kuomintang en raison de la guerre civile chinoise, certains membres du clan ont ensuite été persécutés en tant que traîtres ou sympathisants communistes par l’administration de la République de Chine pendant la période de la Terreur blanche.

- « Bad Girls » (2012 film)
Le film parle d’un garçon manqué brutal du lycée qui devient accidentellement l’actrice principale d’un film romantique d’idoles adolescentes et tombe amoureux de la plus grande idole masculine de Taiwan.

- « The Battle for the Republic of China » de Ting Shan-hsi. (1981)
Extravagance patriotique concernant les événements politiques du début du XXe siècle à Taiwan (c’est-à-dire la République de Chine), racontée sous forme d’ensemble (donc sans caractère central particulier).

- « Battles with the Red Boy » (1972) de Chia-Chun Wu
La starlette des Shaw Brothers, Tien, joue le rôle de la divinité mythique Red Boy. Il est envoyé par les dieux pour combattre le roi singe qui fait plus de mal magique qu’il n’est bon pour lui.

- « The Beheaded 1000 » (1991) de Ting Shan-hsi
Ren, le bourreau royal, approche de sa 1 000e décapitation lorsque The Eight Devilish Mortals, un gang criminel que Ren a décapité il y a des années, revient de l’au-delà pour se venger.

« The Best of Times » (2000) de Chang Tso-chi
Hsiao-Wei et A-Chieh sont cousins et ils ont grandi ensemble dans un village multilingue administré par l’armée Hakka. A-Chieh est colérique et impulsif, tandis que Hsiao-Wei est maussade et silencieux. Ils acquièrent un pistolet et tuent

- « Betelnut Beauty » (2001) de Lin Cheng-sheng
Taipei, aujourd’hui. En difficulté avec sa famille, la jeune Fei-Fei prend la décision de quitter sa mère. Décidée à travailler le plus vite possible, elle commence à vendre des noix de bétel en tenue légère, sur le bord de la route. Elle rencontre alors Feng. Jeune homme désabusé, qui cherche un travail sans véritablement faire d’efforts. Il aimerait travailler sans avoir à se lever tôt le matin, sans même devoir se salir les mains. Ils tombent rapidement amoureux l’un de l’autre.

- « Beyond Beauty : Taiwan from Above » (Doc 2003) de Chi Po-lin
Beyond Beauty : Taiwan from Above montre Taïwan en perspective offrant du coup un aperçu de la beauté naturelle du pays ainsi que de l’effet des activités humaines et de l’urbanisation sur l’environnement. Le film induit délibérément son public en erreur car, plus qu’une célébration des beautés de la nature, il s’agit d’un réveil profondément inquiétant, incitant les taïwanais à développer leur conscience environnementale. Le film permet au spectateur d’explorer Taïwan d’une hauteur et d’un angle jamais vus auparavant. Via les différents thèmes liés à l’environnement et les chapitres qui s’y rapportent, Chi Po-lin transforme le public en oiseau, planant au-dessus de Taïwan, pour témoigner ensemble de la beauté et de la douleur de l’île. Le film est produit par Hou Hsiao-Hsien et raconté par Wu Nien-Jen, avec une musique originale du compositeur singapourien Ricky Ho

- « Blue Cha Cha » - (Film 2005) de Chen Wen-Tang.
Blue Cha Cha met en scène Ah Yu (Tarcy Su), une femme d’une trentaine d’années qui vient de sortir de prison. Elle vit avec une femme plus âgée, An An (Lu Yi-ching), propriétaire d’un bar à filles dans la ville portuaire de Kaohsiung, et tente de nouer des relations avec deux hommes : l’homme d’affaires Chen Sang (Leon Dai) et l’ouvrier d’usine Hao ( Wei Lee).

- « Blue Gate Crossing » (Film 2002) de Yee Chin-Yen
La rencontre et les premiers émois amoureux entre Kerou, une lycéenne de 17 ans, et de Shihao, un champion de natation.

- « Born Invincible » (Film 1978) de Joseph Kuo
Le film s’ouvre sur un montage d’un jeune apprenant les techniques de T ’ ai chi. Lorsqu’une personne maîtrise le Tai Chi, son corps devient imprenable à toute arme, mais a pour effet secondaire de blanchir les cheveux de la personne à l’âge de trente ans et sa voix atteint un ton élevé. Les élèves de l’école de Lei Ping Kung Fu sont témoins de deux voyous du clan Chin Yin Chi qui poursuivent et battent un vieil homme devant sa fille. L’élève principal, Ming Tu, interrompt l’attaque et les voyous utilisent des armes sur les étudiants. Ming Tu parvient à combattre le duo, mais l’un de ses camarades est mortellement blessé. Les deux voyous préviennent les étudiants que le clan Chin Yin Chi sera de retour pour les tuer. Ming Tu ramène le vieil homme et sa fille à l’école de Lei Ping, où le sage maître les emmène sous sa protection.

- « Boxer’s Adventure » (Film 1977) de Tyrone Shu & Chia Chih Li
Lorsque le maléfique Yun Shi Kai menace de prendre le contrôle de la province locale, le ministre royal se rend compte qu’il doit construire une armée pour le vaincre.[1] Il se rend au village de Tiger où il fait appel à trois de leurs meilleurs combattants pour l’aider dans sa quête. Ils font équipe avec le capitaine Lee (Tao-liang Tan) et sont envoyés à l’avance pour préparer les villages à l’arrivée du ministre. En chemin, ils rencontrent des embuscades, des intermèdes romantiques et des complots sournois qui menacent tous de les empêcher de remplir leurs fonctions.

- « The Boys from Fengkuei » (Film 1983) de Hou Hsiao-hsien
Ah-Ching et ses amis ont fini leurs études dans leur village de pêcheurs et passent maintenant leur temps à boire et à se battre. Trois d’entre eux décident d’aller à la ville portuaire de Kaohsiung pour rechercher un travail. Ils y font face aux dures réalités de la vie.

- « Bronze Head And Steel Arm » (Film 1972) de Gam Sing Yan
Un homme se bat dans une maison de jeu et, comme il est très fort avec son habileté " aux armes d’acier ", le propriétaire de la maison de jeu lui propose de travailler pour lui comme garde du corps.

- « Café Lumière » (Film 2003) de Hou Hsiao-hsien
Yoko revient d’un séjour à Taïwan. La jeune femme visite une librairie à Jimbocho, le quartier des bouquinistes de Tokyo. C’est Hajime qui dirige la boutique. Ce garçon silencieux enregistre le bruit des trains qui traversent la ville. Après le divorce de ses parents, Yoko avait été élevée par son oncle devenu aveugle, à Yubari, dans l’île d’Hokkaido, au nord du pays. Aujourd’hui, elle reprend contact avec son vrai père et sa nouvelle épouse. Yoko fait une recherche sur le compositeur taïwanais Jiang Wen-Ye (en), qui travailla un certain temps au Japon. Hajime aide Yoko dans ses travaux. Ils s’entendent bien et fréquentent ensemble les nombreux cafés de Tokyo… C’est la fête d’Obon, Yoko est de retour chez son père. Elle lui annonce qu’elle est enceinte d’un Taïwanais et qu’elle souhaite garder l’enfant pour l’élever seule. Son père et sa belle-mère semblent inquiets…

- « Café. Waiting. Love » (Film 2014) de Chiang Chin-lin
Si-ying (Vivian Sung) est une étudiante de première année qui travaille à temps partiel dans un café. Là, elle rencontre A Bu-si (Megan Lai), une cafetière professionnelle qui peut préparer n’importe quel type de café selon la commande d’un client, la propriétaire de la boutique (Vivian Chow) qui est souvent calme et seule, assise dans un coin d’elle café la plupart du temps, ainsi que Ze-Yu (Marcus Chang).
Un jour, Senior A-Tuo (Bruce Hung), un senior de Si-ying qui est assez légendaire à l’université, est venu au café avec ses amis où il a rencontré une lesbienne qui a volé sa petite amie - A bu-si, par coïncidence. Alors que les amis continuaient à taquiner A-Tuo, Si-ying, plein d’aide et de justice, a aidé A-Tuo à sortir de la situation difficile. Les deux d’entre eux sont finalement devenus amis après plusieurs rencontres. Senior A-Tuo est une personne optimiste avec une personnalité insouciante. En plus de travailler à temps partiel dans un stand au bord de la route, il travaille également pour Bao Ge (Lee Luo), qui était réalisateur de films et maintenant médiateur pour les gangs, en tant que cuisinier dans son restaurant. Là, il a fait la connaissance de tante Jin-dao, la femme de Bao (Pauline Lan), et a appris à cuisiner un plat de nouilles avec elle. Après que Bao et sa femme se soient disputés à cause d’une petite dispute, elle a ouvert son propre magasin de nettoyage à sec, où Si-ying a rencontré pour la première fois tante Jin-Dao.

« Candy Rain » (film 2008) de Chen Hung-I
Candy Rain est un drama romantique combinant quatre histoires intimes et lyriques qui explorent les relations lesbiennes dans un Taïwan contemporain. Dans la première histoire, une jeune fille échappe à un amour brisé pour une amitié incertaine (et plus) à Taipei. Dans la seconde histoire, une autre fille cherche son idéal mais se retrouve impliquée dans une relation avec femme riche à la place. L’histoire suivante suit une héroïne qui cherche l’équilibre entre son mariage et le vrai amour. La dernière histoire présente un quatuor dont le point central est l’actrice et chanteuse Karena Lam. Le film présente un riche spectre d’amour et de perte, à la fois doux et amer, basé sur des histoires vraies.

- « Cha Cha for Twins » ( film 2012) de Yang Yi-chien & Jim Wang
L’histoire implique une paire de sœurs jumelles à l’âge de 17 ans. Les hormones ont commencé à faire leur effet et elles commencent à avoir des problèmes de garçon. Cependant, l’un des garçons avec qui ils sortent ne peut même pas les distinguer.

- « Chase Step by Step » (film 1974) de Yu Min Sheong
Deux artistes de cirque sont chargés d’escorter des secours sous forme de lingots d’or dans une région frappée par la sécheresse. En chemin, ils sont assaillis par d’innombrables bandits. Les maraudeurs, bien sûr, les attendent à chaque coin de rue et ils sont assiégés à chaque pas. Sont également présents des éléments de tension romantique et quelques références politiques vaguement historiques

« Chu Liu Hsiang and Hu Tieh Hua » ( film 1980) de Lin Ying
Hu et le chef Xiang voyageaient dans le vaste désert de Gobi . Il a vu une dame rencontrer une dame de Oulan-Bator . Ce film se déroule au milieu de la dynastie Song .Wikipedia site:france2.wiki

- « Classmates Minus » ( film 2020) de Huang Hsin-yao
Quatre copains d’école - un directeur, un travailleur intérimaire, un vendeur d’assurances et un artisan du papier - sont aux prises avec des rêves non réalisés au milieu de l’ennui de l’âge moyen.

- « The Coldest Winter in Peking » ( film 1981) de Pai Ching-jui
Un scientifique formé aux États-Unis retourne en Chine et souffre pendant les années de la Révolution culturelle.

- « Cute Girl » (film 1980) de Hou Hsiao-hsien
Issue d’une famille riche, une jeune fille, amoureuse d’un jeune homme de condition modeste, est forcée de se marier avec le fils d’un industriel.

- « Dance of Death » (1979 film) de Chen Chi-hwa
Une femme utilise sa connaissance du kung-fu pour tuer de nombreux guerriers en leur donnant des coups de pied dans les côtes et la tête.

- « Daughter of the Nile » ( Film 1987) de Hou Hsiao-hsien
Lin Hsiao-yang (Lin Yang), essaie de garder sa famille ensemble tout en travaillant comme serveuse au Kentucky Fried Chicken et en allant à l’école du soir. Sa mère et son frère aîné sont morts. Son père (Fu Sheng Tsui) travaille hors de la ville. C’est à Lin Hsiao-yang de s’occuper de sa sœur préadolescente, qui a déjà commencé à voler, et d’un frère (Jack Kao) qui est un cambrioleur et membre d’un gang.

- « Days » (film 2020) de Tsai Ming-liang
La journée de deux hommes après qu’ils se rencontrent à l’occasion d’un massage

- « Dear Ex » (Film 2018) de Mag Hsu et Hsu Chih-yen
Song Chengxi (Joseph Huang) , un adolescent de Taïwan, se retrouve malgré lui pris dans un conflit entre sa mère Liu Sanlian (Hsieh Ying-xuan) et Jay (Roy Chiu) qui est l’amant de son défunt père Song Zhengyuan (Spark Chen). La raison du conflit étant que c’est Jay qui se trouve bénéficiaire de l’assurance vie à la place de Song Chengxi. Ce garçon en pleine construction personnelle se rebelle et quitte sa mère pour habiter avec l’amant de son père et se forger sa propre opinion de celui-ci. La mère tout comme l’amant sont en deuil et en peine d’amour du même homme. Une relation d’entraide forcée par l’entremise de l’adolescent va donc s’instaurer entre les deux et une sorte de famille va se recréer. Jay étant un homme libre, homosexuel, qui boit, se drogue et dirige sa propre troupe de théâtre, influence la vie restreignante et respectable qu’offre Liu Sanlian à son fils.

- « Dear Tenant » ( film 2020) de Cheng Yu-chieh
Au cours des cinq dernières années, Lin Jian-yi (Mo Tzu-yi), un locataire sur le même toit, s’est occupé de son propriétaire âgé, Zhou Xiu-yu (Chen Shu-fang) et de son petit-fils, Wang You-yu (Runyin Bai ). Ils vivent ensemble comme une famille, et c’est la façon de Lin de se souvenir de Wang Li-wei (Yao Chun-yao), le père de You-yu avec qui il avait une relation. Mais lorsque Mme Zhou décède dans des circonstances suspectes, son fils Wang Li-gang (Jay Shih) revient de l’étranger et découvre que la propriété a été transférée à You-yu, qui a été légalement adopté par Lin. Li-gang accuse Lin d’avoir tué sa mère. Il contacte la police avec ses soupçons. Une autopsie découvre des stupéfiants dans le système de Zhou au moment de sa mort, déclenchant une enquête qui révèle un côté très différent de Lin. La police récupère une application de sexe gay supprimée sur le téléphone de Lin, et l’un de ses contacts s’avère être un trafiquant de drogue. Au moment où il est sur le point d’être arrêté pour meurtre, Lin emmène You-yu et s’enfuit au plus profond des montagnes...

- « The Death Duel » (film 1977) de Chu Yuan
Un mendiant va attirer la curiosité et la jalousie de maîtres en arts martiaux, intrigués par ses capacités à supporter la douleur physique…

- « The Denouncement of Chu Liu Hsiang » ( film 1983) de Chang Peng-i
Chu Liang Hsiang doit combattre une légion de combattants dirigés par l’épéiste bâtard lui-même Tsui Siu Keung, qui est uni par un seul objectif, à savoir vaincre l’épéiste romantique Chu Liu Hsiang et revendiquer le titre de meilleur épéiste du monde martial. .

- « Din Tao : Leader of the Parade » (film 2012) de Kai Fung
Ah Tai (Alan Ko) a échoué dans sa quête pour devenir une rock star et est rentré chez lui. Il est soudainement nommé chef de la troupe din-tao de son père (groupe de tambours traditionnels) et il jure de vaincre ses rivaux.

- « Dragon Eye Congee » ( film 2005) de Allen Chang
Basé sur une nouvelle du même nom écrite dans les années 1950 par l’intellectuel taïwanais et militant pour la démocratie Bo Yang, Dragon Eye Congee raconte l’histoire d’un Américain taïwanais de deuxième génération, Shaun Tam, qui, depuis son enfance, a rêvé à plusieurs reprises du même femme dans les mêmes scènes, avec une mélodie envoûtante et l’odeur parfumée du congee de riz au longane séché.
Il est totalement mystifié quant à la signification du rêve jusqu’à ce qu’il vienne à Taiwan pour la première fois lors d’un voyage d’affaires et tombe sur une vieille maison et une femme jouée par Fann Wong, ressemblant à celles de ses rêves. Finalement, il se rend compte que la femme était son amante dans une vie antérieure à Taiwan.

- « Duel with Samurai » ( film 1971) de Chin Sheng-en
Pendant la dynastie Ming en Chine, les zones côtières étaient endémiques. Un Wokou qui se fait appeler le Nippon Ronin (Chan Hung-lit), est de connivence avec les tyrans locaux côtiers des provinces du Fujian et du Zhejiang, ainsi qu’avec des groupes religieux cultes. Ils occupent Baiyunzhuang et pillent partout. Le jeune guerrier Fan Chen-tung dirige un groupe de résistance pour riposter.

- « The Dull Ice Flower » ( film 1989) de Yang Li-Kuo
Ku A-ming est un élève de CM1 à l’école élémentaire de Chungshan dans le canton de Shuiyu. Bien qu’il ne soit pas très bon dans la plupart des matières à l’école, il est très talentueux en art et a une grande imagination, bien que la plupart des enseignants ne puissent pas comprendre ce qu’il exprime dans ses œuvres. Au cours d’une assemblée matinale, un nouveau professeur d’art nommé M. Kuo demande si quelqu’un est intéressé à rejoindre le club d’art après l’école. Ku A-ming a été le premier à se porter volontaire. Lors d’un concours d’art, les enseignants de l’école ont voté pour désigner un gagnant pour représenter l’école dans un concours national ; la plupart ont voté le fils du maire pour leurs propres intérêts. Depuis qu’A-ming a perdu, M. Kuo a protesté en quittant son emploi à l’école. Avant de partir, il a demandé à A-ming de lui donner un de ses dessins. Malheureusement, après le départ de M. Kuo, A-ming meurt d’une maladie du foie. M. Kuo envoie le dessin d’A-ming à un concours mondial d’art pour enfants, A-ming étant le champion. Les enseignants commencent à regretter d’avoir négligé le grand talent artistique d’A-ming. Lors des funérailles d’A-ming, le père d’A-ming a brûlé les dessins de son fils pour commémorer le décès d’A-ming.

- « Dust in the Wind » (film 1986) de Hou Hsiao-hsien
Taïwan, 1965. Deux amis d’enfance décident de quitter leur village de montagne pour aller travailler à Taipei et, pour l’un d’entre eux, de poursuivre ses études en cours du soir.

- « Eight Hundred Heroes » (Film 1976) de Ting Shan-hsi
Un magnifique drame de guerre avec des spectacles organisés avec suspense et intelligence, des officiers supérieurs aux fantassins et aux gens ordinaires qui se sont battus pour leur pays dans toute leur bravoure respective. Il montre comment les troupes et le peuple chinois se sont battus sans crainte contre l’invasion japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

- « Empire of Silver » (film 2019) de Christina Yao
Le film se concentre sur un riche clan bancaire à Pingyao, Shanxi et ses fortunes au cours de la tourmente économique et politique chinoise du début du siècle.

- « Endless Nights in Aurora » ( film 2014) de Lee Szu-yuan
Tournant autour de la relation amoureuse de deux générations, Alisha et sa mère Xiao-feng, deux histoires d’amour parallèles sont reconstituées sur deux décennies et demie. Avec une passion tout aussi passionnée, les amants maudits de différentes générations sont fidèlement attachés à leurs expériences amoureuses à travers les promesses, l’anticipation, les pertes et le pardon.

- « Eternal Summer » (film 2006) de Leste Chen
Jonathan (Bryant Chang) et Shane (Joseph Chang) se connaissent depuis qu’ils sont enfants par le biais de leur maitresse d’école qui voulait que le studieux Jonathan s’occupe de l’indiscipliné Shane. Etudiants, ils sont les meilleurs amis et sont tout le temps ensemble. C’est alors qu’une jeune fille Carrie (Kate Yeung) arrive de Hong Kong et essaye de séduire Jonathan. Elle comprend alors que celui ci est amoureux de son meilleur ami : Shane. Plus tard elle devient la petite amie de Shane. Jonathan tente de se détacher de Shane mais celui-ci ne veut pas perdre son meilleur ami et s’accroche...

- « Everlasting Chivalry » ( Film 1980) de Chao-Yung Li
L’alchimiste Chu Huang Tien a inventé une nouvelle potion, une drogue qui transforme les gens en soldats obéissants.

- « Everlasting Glory » ( film 1974) de Ting Shan-hsi
Le général Cheng Tsu-chung, le Mars de Chine, est tenu en haute estime, même par ses ennemis.

- « Execution in Autumn » ( film 1972) de Hsing Lee
Un voleur appelé Pei Gang sera exécuté à l’automne. Cependant, il est le fils unique depuis trois générations successives, alors sa grand-mère essaie de le sauver.

- « The Face Behind the Mask » (1977 film) de Chen Chi-hwa
Chi Tien-wei a été élu chef du jianghu après que ses trois disciples aient éliminé les combattants les plus redoutés du jianghu, à savoir : le "Militant Dragon and Tiger", les "Devil Stars" et les "Three Horrid Mice". Cependant, tout le monde n’est pas satisfait de la nomination de Wei en tant que chef et de nombreux combattants et sorciers anonymes sont envoyés pour bouleverser sa maison, "La première famille". Bientôt, Chi Tien-wei se rend compte qu’il y a un traître dans sa propre maison.

- « Fall in Love at First Kiss » ( Film 2019) de Chen Yu-Shan
Jiang Zhi Shu est un garçon fort intelligent avec un QI de 200. Yuan Xiang Qin est une jeune fille un peu idiote. Après un baiser inattendu entre les deux, Xiang Qin tombe amoureuse de Zhi Shu. Après lui avoir dévoilé son amour et s’être fait rejeter par celui qu’elle aimait, elle décide de laisser tomber. Mais après un tremblement de terre où leur maison a été détruite, son père et elle s’installent chez l’ami de son père, qui n’est autre que le père de Zhi Shu.

- « The Falls » (2021 film) de Mong-Hong Chung
Pendant la pandémie de COVID-19, la relation entre une mère et sa fille adolescente devient tendue pendant qu’elles sont en quarantaine dans leur appartement. Une mère entend des bruits de chutes d’eau depuis lors.

- « Flight of the Red Balloon » ( film 2007) de Hou Hsiao-hsien
Simon a 7 ans. Un mystérieux ballon rouge le suit dans Paris. Sa mère Suzanne est marionnettiste et prépare son nouveau spectacle. Totalement absorbée par sa création, elle se laisse déborder par son quotidien et décide d’engager Song Fang, une jeune étudiante en cinéma, afin de l’aider à s’occuper de Simon.

- « Flowers of Shanghai » ( film 1998) de Hou Hsiao-hsien
Dans le Shanghai du xixe siècle, Wang est un haut fonctionnaire qui travaille aux affaires étrangères. Il fréquente deux courtisanes, Rubis et Jasmin, et est partagé entre les deux

- « Future X-Cops » ( film 2010) de Wong Jing
En 2080, dans une métropole asiatique sans nom, des terroristes cyborgs tentent d’assassiner le professeur Ma (Ma Jingwu) à l’occasion du dixième anniversaire de son Solar Canopy à économie d’énergie, mais sont vaincus par le flic cyborg Zhou Zhihao (Andy Lau). La femme de Zhou, Meili (Fan Bingbing) est alors tuée et le chef terroriste Kalong (Louis Fan) et sa femme Feina (Tang Yifei) parviennent à échapper à l’arrestation. Kalong et Feina remontent dans le temps jusqu’en 2020 pour tenter d’assassiner l’adolescent Ma mais sont poursuivis par Zhou et sa fille Qiqi (Xu Jiao). Se faisant passer pour un agent de la circulation, Zhou attire l’attention de la policière Wang Xue’e (Barbie Shu), qui tombe amoureuse de lui.

- « Get the Hell Out » ( film 2020) de I.-Fan Wang
« Get The Hell Out » est le premier long métrage de WANG I-fan, qui crée un genre jamais vu dans le cinéma taïwanais – une comédie d’horreur zombies. Entremêlant satire politique et « mème internet », ce film raconte comment un virus mystérieux se propage au sein du parlement, où de nombreux députés, jusqu’au président, sont contaminés, se transformant en zombies féroces qui s’écharpent... Soit on l’adore, soit on le déteste, ce film audacieux, voire monstrueux, propose une expérience cinématographique inédite.

- « The Ginseng King » ( film 1988) de Chu-Chin Wang
Un jeune garçon se lance dans une mission pour sauver sa mère après qu’elle a été mordue par un zombie nazi. Il doit sauver le roi du ginseng d’un roi à trois têtes.

- « Go ! Go ! G-Boys » ( film 2006) de Yu Jongjong
Les G-Boys sont un concours de beauté masculin organisé chaque année dans la ville de Taipei pour les hommes homosexuels, avec un prix principal de 10 millions de dollars américains. Parmi les participants se trouve A-Hong, dont la petite amie égoïste et gaspilleuse accumule une grosse dette qu’il est obligé de payer. Cherchant un moyen de gagner de l’argent, A-Hong décide de participer au concours G-Boys bien qu’il ne soit pas gay, tout en étant rejoint par son meilleur ami A-Shing (Zheng Gangtang). A-Shing rêve de devenir une rock star et est secrètement amoureux d’A-Hong depuis son enfance. il trouve dans le concours une possibilité de devenir plus que des amis. Cependant, le concours fait l’objet d’une série de menaces de mort qui a alerté la police. Jay, un détective quelque peu homophobe et passionné de films d’action, est envoyé pour s’infiltrer dans le concours et découvrir le coupable.

- « Godspeed » (film 2016 ) de Chung Mong-hong
Une "mule" taïwanaise a une méthode infaillible pour passer de la drogue, mais croise la route du mauvais conducteur de taxi.

Hang in There, Kids !
Hanky Panky (2017 film)
Hear Me (film)
Heartbeat Love
Heartbreak Island
Help Me Eros
Heroes of the Eastern Skies
The Heroic Pioneers
A Home Too Far
I WeirDo
Ice Poison
If I Were for Real (film)
In Between (1994 film)
An Introduction to the Actual Condition of Taiwan
The Invincible Armour
The Invincible Constable
Invitation Only (film)
Iron Fisted Eagle’s Claw
Island Etude
Jade Love (film)
Journey to the West (2014 film)
The Kids (film)
Kuei-Mei, a Woman
Kung Fu Dunk
The Last Duel (1981 film)
A Leg
The Legend of Broken Sword
Legend of the Mountain
Legend of the Sacred Stone
Let It Be (2004 film)
Life Express
The Love Winner
Love, Love, Love (1974 film)
Lovers’ Rock (1964 film)
Lucky Star 2015
Lust, Caution
Luz (2019 film)
The Mad Woman’s 18 Years
Mafia vs. Ninja
Mahjong (film)
Man in Love (2021 film)
Master of the Flying Guillotine
Mayday 3DNA
Middle Kingdom’s Mark of Blood
Miss Andy
Miss Kicki
Mom Thinks I’m Crazy to Marry a Japanese Guy
Moneyboys
Monga (film)
More than Blue (2018 film)
The Most Distant Course
Mother Mother (film)
Mr. Long
Murmur of the Hearts
Murmur of Youth
My Missing Valentine
My Mother’s Teahouse
My Native Land (film)
Naughty Boys & Soldiers
Night Market Hero
Nina Wu
No No Sleep
Old Mao’s Second Spring
One Day (2010 film)
One Night Only (2016 film)
One Stone and Two Birds
Orchids and My Love
Osmanthus Alley
Our Times
Packages from Daddy
Paradise in Service
Parking (2008 film)
Part Time Job
Partners in Crime (2014 film)
The Personals (1998 Taiwanese film)
Portrait of a Fanatic
Precious Is the Night
R U There
The Rain of Sorrow
Raining in the Mountain
Rebels of the Neon God
The Receptionist
Red Dust (1990 film)
Reign of Assassins
Return of the Kung Fu Dragon
Rhythm of the Wave
Ripples of Desire
The River (1997 film)
The Road to Mandalay (2016 film)
The Rule of the Game
The Sadness
The Sandwich Man (1983 film)
School Days (1995 film)
Scorching Sun, Fierce Winds, Wild Fire
Secret (2007 film)
Secret Love for the Peach Blossom Spring (film)
Self-Censorship
The Setting Sun (film)
(Sex) Appeal
Showdown at the Cotton Mill
Siao Yu
The Silent Wife
Silk (2006 film)
The Skywalk Is Gone
Small Talk (2016 film)
Somewhere I Have Never Traveled
Song of the Exile
Soul (2013 film)
The Soul (film)
Spider Lilies (film)
Spring Fever (1981 film)
Starry Starry Night (film)
Story in Taipei
The Story of a Small Town
The Strait Story
Stray Dogs (2013 film)
A Summer at Grandpa’s
Summer’s Tail
The Sun Moon Legend
A Sun
Super Citizen Ko
Sweet Degeneration
Synapses (film)
The Tag-Along
The Tag-Along 2
The Tag-Along : The Devil Fish
Taipei Exchanges
Taipei Story
The Taiwan Oyster
Take Me to the Moon
The Tenants Downstairs
Terrorizers
Thanatos, Drunk
That Day, on the Beach
Three Times
The Time to Live and the Time to Die
Tonight Nobody Goes Home
Touch of the Light
The Touch (2002 film)
The Triangle Land
Tropical Fish (film)
The Valiant Ones
War of God (1976 film)
Warriors of the Rainbow : Seediq Bale
The Wayward Cloud
The Wedding Banquet
Westgate Tango
What on Earth Have I Done Wrong ?!
What Time Is It There ?
When a Wolf Falls in Love with a Sheep
Where the Wind Settles
White Ant
The Wild Goose on the Wing
Winds of September
Wolf Devil Woman
Wolves Cry Under the Moon
The Wonderful Wedding
The Wooden Man’s Bride
Yi Yi
You Are the Apple of My Eye
You Can’t Tell Him
The Young Ones (1973 film)
Young Policemen in Love
Your Name Engraved Herein
Yours and Mine

REALISATEURS, SCENARISTES

Réalisateurs
B
Umin Boya
Byron Q
C
Peter I. Chang
Chang Shih (actor)
Sylvia Chang
Chang Tso-chi
Chang Yao-sheng
Akira Chen
Chen Hwai-en
Chen Kunhou
Chen Kuo-fu
Leste Chen
Chen Wen-min
Cheng Wei-hao
Cheng Wen-tang
Jay Chou
Kevin Chu
Donnie Chun-Yu Lai
Chung Mong-hong
D
Leon Dai
Danny Dun
H
Ho Ping
Ho Wi-ding
Hou Chi-jan
Hou Hsiao-hsien
Hsiao Ya-chuan
Lingo Hsieh
John Hsu (filmmaker)
King Hu
Hung Shih-ting
J
Jian Man-shu
K
Blackie Ko
Giddens Ko
L
Stan Lai
Lan Cheng-lung
Bruce Le
Ang Lee
Li Hsing
Tom Lin Shu-yu
Lin Cheng-sheng
Liu Chia-chang
Lou Yi-an
M
Midi Z
Ming Ji
Mou Tun-fei
P
Pan Lei (film director)
Sakuliu Pavavaljung
T
Timothy Tau
Tien Feng
Ting Shan-hsi
Kevin Tsai
Tsai Ming-liang
W
Jimmy Wang Yu
Wei Te-sheng
Matt Wu
Y
Edward Yang
Yang Ya-che
Yin Chen-hao
Yonfan

Réalisatrices

Sylvia Chang
Zero Chou
F
Fu Yue (director)
H
Lingo Hsieh
Huang Yu-shan
M
Laha Mebow
N
Nguy ?n Kim H ?ng
T
Emily Ting
Y
Yang Chia-yun
Annie Yi

Scénaristes

ACTEURS

ACTRICES