bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > LES NANARS SELECTION C&C > Les nanars Péplum > Péplums héroïnes féminines > Le Nanar du mois de mai 2022 _ La Chérie de Jupiter (Jupiter’s Darling)

Le Nanar du mois de mai 2022 _ La Chérie de Jupiter (Jupiter’s Darling)

  • Mis à jour : 30 avril

La Chérie de Jupiter (Jupiter’s Darling) est un film américain de George Sidney sorti en 1955 et librement inspiré d’un épisode de l’histoire romaine.

FICHE TECHNIQUE

Titre français : La Chérie de Jupiter
Genre : Comédie Musicale
Titre original : Jupiter’s Darling
Réalisation : George Sidney
Scénario : Dorothy Kingsley d’après la pièce de Robert E. Sherwood, Road to Rome
Photographie : Charles Rosher, Paul Vogel
Musique : Burton Lane
Chorégraphie : Hermes Pan
Dates de sortie : États-Unis : 18 février 1955 ; France : 15 juin 1960

SYNOPSIS

Nous sommes en 216 av. J.-C. Après avoir anéanti les légions romaines, le général carthaginois Hannibal marche sur Rome à la tête de son armée, tandis qu’à Rome même, le dictateur Fabius Maximus espère enfin se marier à la belle et indépendante Amythis, sa fiancée depuis 7 ans. Pour sauver la cité de Rome, menacée par les troupes d’Hannibal, la belle Amytis séduit le général carthaginois

DISTRIBUTION

Esther Williams : Amythis, fiancée de Fabius Maximus
Jo Ann Greer : Amythis (chant)
George Sanders : Fabius Maximus, dictateur romain
Howard Keel : Hannibal
Marge Champion : Meta, esclave d’Amythis
Gower Champion : Varius, prisonnier carthaginois, esclave d’Amythis et de Meta
Richard Haydn : Horatio, chroniqueur
Norma Varden : Fabia, mère de Fabius
William Demarest : Mago, officier d’Hannibal
Douglass Dumbrille : Scipio
Olszewski : Statue sous-marine
Henry Corden : Carthalo, officier d’Hannibal
Martha Wentworth : Veuve Titus
Michael Ansara : Maharbal
Richard Hale (non crédité) : Commissaire-priseur

AUTOUR DU FILM

La Chérie de Jupiter fut le dernier film tourné par Esther Williams pour la MGM
Les personnages de Hannibal et du dictateur Fabius Maximus ont existé, mais avec un rapport assez lointain avec ceux du film. Voir Hannibal chantant debout sur son éléphant de guerre vaut son « pesant de sesterces » !

Parmi les morceaux de bravoure du film, on appréciera plus particulièrement les scènes sous-marines, spécialité de Esther Williams,

les danses endiablées de Marge et Gower Champion, les défilés des troupes carthaginoises avec chants, tambours et trompettes, et le nombre étonnant des éléphants carthaginois.

D’autres comédies musicales ont été situées à l’époque romaine : Le Forum en folie et The Boys from Syracuse

Pendant le tournage, Williams s’est cassé le tympan gauche, qui avait déjà été cassé dans cinq autres films. Elle a été équipée d’une prothèse en latex qui lui couvrait le nez et les oreilles et empêchait l’eau de s’infiltrer. En conséquence, elle pouvait à peine entendre, goûter ou sentir en la portant et sa plongée devait être limitée. La cascadeuse Ginger Stanley était le double du corps de Williams dans certaines des scènes sous-marines.

Dans l’une des scènes du film, Amytis, fuyant Hannibal et ses soldats, monte à cheval sur les bords d’une falaise sur le Tibre. Williams a refusé de faire la scène, et lorsque le studio a refusé de la couper, le réalisateur a fait appel à un plongeur de plate-forme que Williams connaissait, Al Lewin. La cascade a eu lieu une fois ; le studio a eu son coup, et Lewin s’est cassé le dos.

C’était la seule comédie musicale d’Esther Williams à la MGM à perdre de l’argent. Dorothy Kingsley, qui a écrit le scénario, a dit plus tard qu’elle voulait faire une version musicale de Road to Rome : C’était une satire et, en fait, nous avons même fait peindre les éléphants d’Hannibal dans des couleurs pastel – orange et vert. Dore [Schary, chef de MGM] a toujours été contre, je dois dire. Il était inquiet à l’idée de faire de la satire et je suis d’accord avec lui : il y avait des choses visuelles merveilleuses dedans, même une danse d’éléphant, mais la satire n’a pas fonctionné. Nous l’avons sorti en avant-première et j’étais assis derrière des gens au premier rang qui le prenaient au sérieux. Ce n’est qu’à mi-parcours de l’image que quelqu’un a dit : "Oh, c’est une satire." C’est le seul flop que j’ai eu, je pense. [23]

Le monteur Ralph Winters a qualifié le film de "vrai chien. J’ai été coincé sur cette dinde pendant six mois mais les gens qui ont fait la photo étaient vraiment chéris".