Palmarès FIFOG 2022

  • Mis à jour : 21 juin

PALMARES FIFOG 2022

Le 17ème Festival International du Film Oriental de Genève (FIFOG) a eu lieu du 13 au 19 juin à Genève et au sein de ses communes. L’édition de cette année est placée sous le signe de la Liberté…au féminin. Elle est présidée honorifiquement par l’écrivaine libanaise Joumana Haddad.

Cette édition a présenté une cinquantaine de film dont 23 réalisés par des femmes et 27 par des hommes. Plus de quarante invités ont pris part à cette nouvelle cuvée. Les divers débats, échanges, prestations artistiques, rencontres ou encore des projections pédagogiques ont également eu lieu et contribué à nouer des liens, à réduire les distances et à approfondir la thématique de la Liberté… au féminin.

1. PALMARES LONGS-METRAGE,

Le jury de la Compétition Internationale des longs-métrages fiction est composé des jurées suivants : Azza Elhosseiny, Florence Fernex, Joud Said, Nada Doumani, Vjosa Berisha et Saadia Ladib.

FIFOG D’OR

« SOULA » de Salah Issaad _ Algérie / France
« A l’unanimité, le Jury a décidé de décerner le FIFOG D’OR à « SOULA » de Salah Issaad, pour son scénario, sa structure, le développement des caractères, l’authenticité du dialogue, la cohérence entre les éléments et la capacité du réalisateur à relater toute une vie en une nuit, et essentiellement dans un lieu clos. Tout ceci contribue à transmettre d’une manière crédible un message humain et puissant, forçant le public à porter un regard différent sur le sujet, loin des préjugés et des idées préconçues. »
Synopsis =
Soula, jeune mère célibataire, est chassée du foyer familial. Prête à tout pour sa petite fille, elles se retrouvent toutes deux embarquées de voiture en voiture afin de passer la nuit à l’abri. Sur l’asphalte des routes algériennes et au hasard des rencontres, cette aventure nocturne les conduit vers leur tragique destinée...

FIFOG D’ARGENT

- « AMIRA » de Diab Mohamed

Le Jury a choisi de décerner le FIFOG d’ARGENT à « AMIRA » de Mohammed Diab, pour avoir traité d’un sujet sensible ainsi que de la question d’identité individuelle. Celle-ci est-elle déterminée par la génétique ou par l’appartenance culturelle et sociale à un groupe/une communauté ? Le jury a apprécié le jeu des acteurs, le choix des lieux de tournage ainsi que le rythme dramatique.
Synopsis =
Amira, une Palestinienne de 17 ans, a été conçue in vitro. Son père Nawar est emprisonné. Bien que leur relation depuis la naissance se soit limitée à des visites en prison, il reste son héros. Mais lorsqu’une tentative ratée de concevoir un autre enfant révèle l’infertilité de Nawar, le monde d’Amira bascule.

MENTION SPECIALE : SCENARIO ET REALISATION

Leila Bouzid pour son film « UNE HISTOIRE D’AMOUR ET DE DESIR »

« Le Jury a accordé la Mention Spéciale à Leila Bouzid pour son film « UNE HISTOIRE D’AMOUR ET DE DESIR », pour l’originalité du scénario et l’authenticité du dialogue. Le Jury a particulièrement apprécié le lien établi entre la poésie arabe classique – audacieuse et largement oubliée aujourd’hui – et la jeune génération arabe à la recherche de son identité. Tout ceci a été traduit dans une mise en scène parfaitement maîtrisée. »
Synopsis =
Ahmed, 18 ans, français d’origine algérienne, a grandi en banlieue parisienne. Sur les bancs de la fac, il rencontre Farah, une jeune Tunisienne pleine d’énergie fraîchement débarquée à Paris. Tout en découvrant un corpus de littérature arabe sensuelle et érotique dont il ne soupçonnait pas l’existence, Ahmed tombe très amoureux de cette fille, et bien que littéralement submergé par le désir, il va tenter d’y résister.

MENTION SPECIALE : MEILLEURE ACTRICE,

Soula Bahri pour son rôle dans « SOULA »

2. PALMARES COURTS-METRAGES

Le jury de la de la Compétition Internationale des Courts-métrages est composé des jurées suivants : Khalid Maadour, Mirvet Kammoun et Sarah El Hamed

FIFOG d’or


« SALWA » de Ines Ben Othman Tunisie
« Ce film qui fait preuve d’audace met en lumière un sujet délicat et tabou exprimé avec authenticité. »
Son film, Salwa, retrace le parcours d’une prostitué trentenaire du quartier de Tunis « Abdallah Guech ». « À la recherche d’une nuit d’amour, elle décide de prendre congé et espère recoller l’enfant fragmenté qui est en elle ».
Ce film a été censuré au Festival d’Alexandrie

FIFOG d’argent

« ROADBLOCK » de Dahlia Nemlich. Liban / France
« Pour son propos politique et poignant qui est au cœur de l’actualité. Nous avons apprécié l’héroïne, qui incarne parfaitement la liberté, l’émancipation, l’engagement et la modernité, représentative de la nouvelle génération des femmes arabes. »
Synopsis =
Beyrouth 2019. En pleine révolution. Sur le retour d’une manifestation, une activiste libanaise et son copain franco-libanais sont arrêtés à un barrage tenu par deux miliciens armés qui ont un compte à régler avec la jeune femme.

MENTION SPECIALE DU JURY

« QAHWET FERIAL » de Mohanad Elkashef
« Pour son esthétique et sa musicalité émouvante. Aussi pour sa valorisation de l’humain et la mise en valeur des dégâts de la marginalisation »

MENTION SPECIALE DU JURY

« BARAYE BARE DOVOM » de Leila Akhbari
« Pour le jeu d’actrice et la mise en parallèle de la vie et du théâtre »