bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > CONNAISSANCE DU CINEMA > Les grands acteurs et grandes actrices français > CYCLE Grands acteurs et actrices français : MARIE FRANCE PISIER

CYCLE Grands acteurs et actrices français : MARIE FRANCE PISIER

  • Mis à jour : 7 septembre

Marie-France Pisier est une actrice, scénariste et réalisatrice française, née le 10 mai 1944 à ?à L ?t (à l’époque en Indochine française) et morte le 24 avril 2011 à Toulon (Var)1.

Elle est connue entre autres pour son rôle dans le cycle des films de François Truffaut consacrés au personnage d’Antoine Doinel, dans lesquels elle interprète Colette, le premier amour d’Antoine, resté platonique.

MARIE FRANCE PISIER

BIOGRAPHIE

FAMILLE

Fille de Georges Pisier (30 juin 1910-13 mars 1986), haut fonctionnaire français vichyste et maurrassien, administrateur en chef des Affaires d’outre-mer, gouverneur en Indochine française de 1943 à 1950, puis en Nouvelle-Calédonie de 1950 à 1966,

et de Paula née Caucanas (14 juin 1922-26 mai 1988)militante féministe, Marie-France Pisier naît et passe une partie de son enfance dans ce qui est alors l’Annam, une des composantes de l’Indochine française.

Le couple a deux autres enfants : Évelyne (1941-2017), professeur des universités en sciences politiques, première épouse de Bernard Kouchner6 ; Gilles, né en 1950, polytechnicien (promotion 1969), un des grands mathématiciens français contemporains, membre de l’Académie des sciences depuis 2002.

JEUNESSE

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Japon envahit l’Indochine. En mars 1945, la famille Pisier est internée dans deux camps de concentration japonais : Georges Pisier dans un camp avec d’autres officiers, Paula avec ses deux filles dans un autre pendant six mois. Rapatriée en France, Marie-France Pisier grandit alors en Nouvelle-Calédonie à Nouméa, où son père, affecté en 1950, termine sa carrière, et où naît son frère Gilles. En 1956, après la séparation définitive de ses parents (divorcés et remariés), Marie-France a 12 ans et s’installe à Nice avec sa mère et sa sœur. Elle y fait ses études secondaires au lycée de jeunes filles Albert-Calmette puis des études de droit et de sciences politiques à l’université de Nice au début des années 19609.

CARRIERE

En décembre 1961, pour donner la réplique à Jean-Pierre Léaud, l’Antoine Doinel du court métrage « Antoine et Colette » (du film à sketches « L’Amour à vingt ans »), François Truffaut recherche une jeune fille, « pas une lolita, pas une blousonne, pas une petite jeune femme. » Elle doit être simple, rieuse et avoir une bonne culture générale. Marie-France Pisier, qui fait alors partie d’une troupe de théâtre amateur au lycée Calmette de Nice, est choisie par le cinéaste.

Les deux fuguent pendant un mois, leur escapade amoureuse inspirera au cinéaste « La Peau douce ». On la retrouve dix-sept ans plus tard reprenant le personnage de Colette dans « L’Amour en fuite », dernière aventure d’Antoine Doinel coécrite par la comédienne en 1978. Elle y croise Doinel (interprété par Jean-Pierre Léaud) dans le train et, à la fin du film, dans une scène émouvante, elle croise également Christine (interprétée par Claude Jade), successivement maîtresse, épouse et ex-épouse d’Antoine.

Marie-France Pisier en 1973.

Entre-temps, l’actrice est devenue une égérie du cinéma d’auteur, jouant dans un premier temps devant la caméra de son compagnon Robert Hossein, puis apparaissant dans les univers oniriques d’Alain Robbe-Grillet (celui-ci l’avait repérée à la une du magazine Lui le 27 mars 1966, posant en cuissardes), de Luis Buñuel, de Jacques Rivette et, surtout, du jeune André Téchiné qui va devenir son réalisateur fétiche. Dans le cadre de sa collaboration avec ce dernier, elle obtient deux fois le César du meilleur second rôle, en 1976 et en 1977. En 1976, année de la première consécration, c’est pour sa prestation dans « Cousin, Cousine » de Jean-Charles Tacchella.

Parmi ses autres directeurs : Roger Vadim et Jacques Demy, dans des films qui ne remportent pas l’adhésion

Son rôle en 1972 dans la série télévisée « Les Gens de Mogador » lui vaut une reconnaissance populaire. Elle connaît alors plusieurs succès populaires.

Partenaire de Jean-Paul Belmondo (qui la surnomme avec affection et déférence « Marie-Pense Pisier, la star de la Cinémathèque » dans « Le Corps de mon ennemi » d’Henri Verneuil en 1976,

et dans « L’As des as » de Gérard Oury en 1982,

elle joue l’année suivante une productrice cynique avec « Le Prix du danger » d’Yves Boisset.

Son prestige lui ouvre plusieurs expériences internationales en vedette, notamment le délirant « De l’autre côté de minuit »,

« Chanel solitaire » dont elle tient le rôle-titre entourée de Timothy Dalton et Rutger Hauer,

et tenant le rôle de Clawdia Chauchat dans l’adaptation du roman « La Montagne magique » de Thomas Mann.
.
Elle s’inspire de son séjour en Nouvelle-Calédonie pour son roman « Le Bal du gouverneur », paru en 1984. Elle adapte son roman et réalise le film du même titre en 1990. En 2002, elle écrit, réalise et interprète son deuxième film, « Comme un avion » , qui aborde le suicide de ses parents, à deux ans d’intervalle, quinze ans plus tôt.

Elle joue moins souvent dans les années 1990, mais on retient son interprétation de George Sand dans« La Note bleue », mis en scène par Andrzej ?u ?awski (avec Sophie Marceau dans le rôle de Solange Sand, la fille de l’écrivain), son émouvante composition de femme en mal d’enfant dans « Marion » de Manuel Poirier, et son interprétation de Madame Verdurin dans « Le Temps retrouvé » de Raoul Ruiz. Sollicitée par les jeunes auteurs, elle tourne ensuite avec Laurence Ferreira Barbosa, Christophe Honoré ou Maïwenn, dans « Pardonnez-moi » (doublement nommé aux Césars 2007).

Décès

Le 24 avril 2011 vers 3 h 30 du matin, Marie-France Pisier est retrouvée par son mari Thierry Funck-Brentano inanimée au fond de la piscine de leur villa de Saint-Cyr-sur-Mer Sa tête et ses épaules sont coincées dans le croisillon métallique d’une « lourde chaise en fer forgé » et elle porte des bottes en caoutchouc. Sa mort est constatée à Toulon21 à 7 h du matin.

Le rapport d’autopsie ne permet pas de déterminer les circonstances de la mort. Des analyses médico-légales toxicologiques (« un taux d’alcool important a été détecté par les analyses, qui ont mis en évidence la présence d’antidépresseurs et d’antalgiques à doses thérapeutiques ») puis l’autopsie finale conduisent à évoquer l’hypothèse d’un suicide de l’actrice, qui souffrait d’une récidive de cancer du sein, diagnostiqué pour la première fois en 2003, rendant une seconde opération avec ablation mammaire inéluctable, comme pour sa mère.

L’actrice est inhumée le 30 avril 2011 dans l’intimité familiale au cimetière de la Guicharde de Sanary-sur-Mer, dans le tombeau de la famille Duhamel-Brentano, allée des Pivoines.

Vie privée et engagements
Alors qu’elle tourne une dizaine de films depuis l’âge de 18 ans, Marie-France Pisier continue à étudier à l’université de Nanterre, où elle obtient une licence de droit public, puis un diplôme d’études supérieures de science politique3. Moins proche que sa sœur Évelyne des meneurs du mouvement, Marie-France aide toutefois Daniel Cohn-Bendit. De nationalité allemande, celui-ci est frappé d’un arrêté d’expulsion du ministre de l’Intérieur le 21 mai 1968, alors qu’il se trouve aux Pays-Bas. Il rentre cependant clandestinement le 28 mai à Paris puis, après quelques jours de clandestinité, décide de repartir. Marie-France Pisier lui teint les cheveux en noir et l’exfiltre dans sa MG décapotable jusqu’au Luxembourg. Ils font ensuite un séjour en Sardaigne et ont ensemble une aventure de quelques semaines.

Marie-France Pisier a été mariée à l’avocat Georges Kiejman (de 1973 à 1979)

, puis a épousé le 13 juin 2009 Thierry Funck-Brentano (son compagnon depuis 1984), directeur de cabinet (1982-1993) de Jean-Luc Lagardère et cogérant de Lagardère SCA (2010), avec qui elle a eu deux enfants : Mathieu, né le 22 mars 1984, et Iris, née en 198638. Thierry Funck-Brentano est également le cousin germain d’Olivier Duhamel39, lui-même beau-frère de Marie-France Pisier.

Intellectuelle engagée dans les combats de son époque, Marie-France Pisier est l’une des signataires du manifeste des 343 rédigé par Simone de Beauvoir en faveur du droit à l’avortement, paru le 5 avril 1971 dans Le Nouvel Observateur.

HOMMAGES

Le 5 mai 2011, un office est célébré pour elle en l’église Saint-Roch à Paris, bien qu’elle fût agnostique. La même année lui est dédié le film de Christophe Honoré sorti l’été suivant, « Les Bien-aimés. »

Le 9 novembre 2014 lui est consacrée l’émission « Un jour, un destin ».

La ville de Paris, par le vote du conseil du 16e arrondissement, et des conseillers de Paris lui ont dédié un espace vert dans les jardins de l’Avenue-Foch (entre les nos 70 et 82 de l’avenue Foch)46. À Angers, un square porte son nom.

FILMOGRAPHIE

Actrice

Longs métrages
1961 : Qui ose nous accuser ? de Serge Komor
1962 : Le Diable et les Dix Commandements de Julien Duvivier (non créditée)
1963 : Les Saintes Nitouches de Pierre Montazel : Angelica
1963 : La Mort d’un tueur de Robert Hossein : Maria / Claudia
1964 : Les Amoureux du France de Pierre Grimblat et François Reichenbach : Sylvia
1964 : Les Yeux cernés de Robert Hossein : Clara
1964 : Le Vampire de Düsseldorf de Robert Hossein : Anna
1967 : Trans-Europ-Express d’Alain Robbe-Grillet : Éva
1967 : Le Trésor du désert de feu (Non sta bene rubare il tesoro) de Mario Di Nardo : Flo
1968 : L’Écume des jours de Charles Belmont : Alise
1968 : Baisers volés de François Truffaut : Colette
1969 : Paulina s’en va d’André Téchiné : Isabelle
1970 : Nous n’irons plus au bois de Georges Dumoulin : Lise
1972 : Le Journal d’un suicidé de Stanislav Stanojevic : la jeune anarchiste
1973 : Féminin-féminin d’Henri Calef et Joao Correa : Françoise
1974 : Le Fantôme de la liberté de Luis Buñuel : Madame Calmette
1974 : Céline et Julie vont en bateau de Jacques Rivette : Sophie
1975 : Cousin, Cousine de Jean-Charles Tacchella : Karine
1975 : Souvenirs d’en France d’André Téchiné : Régina
1976 : Barocco d’André Téchiné : Nelly
1976 : Sérail d’Eduardo de Gregorio : Agathe
1976 : Le Corps de mon ennemi d’Henri Verneuil : Gilberte Beaumont-Liégard
1977 : Les Apprentis Sorciers d’Edgardo Cozarinsky : Madame Umlaut
1977 : De l’autre côté de minuit (The Other Side of Midnight) de Charles Jarrott : Noelle Page
1979 : L’Amour en fuite de François Truffaut : Colette (créditée également au scénario)
1979 : Les Sœurs Brontë d’André Téchiné : Charlotte Brontë
1979 : French Postcards de Willard Huyck : Madame Catherine Tessier
1980 : La Banquière de Francis Girod : Colette Lecoudray
1981 : Chanel solitaire (Coco Chanel) de George Kaczender : Coco Chanel
1981 : Adorables Faussaires (Hot touch) de Roger Vadim : Docteur Simpson
1982 : Miss Right (it) (La donna giusta) de Paul Williams (en) : BeBe
1982 : Le Prix du danger d’Yves Boisset : Laurence Ballard
1982 : La Montagne magique (Der Zauberberg) d’Hans W. Geißendörfer : Clawdia Chauchat
1982 : L’As des as de Gérard Oury : Gabrielle Belcourt
1982 : 44 ou les récits de la nuit de Moumen Smihi
1983 : Boulevard des assassins de Boramy Tioulong : Hélène Mariani
1983 : L’Ami de Vincent de Pierre Granier-Deferre : Milena
1985 : Parking de Jacques Demy : Perséphone
1985 : Les Nanas d’Annick Lanoë : Christine
1988 : L’Œuvre au noir d’André Delvaux : Martha
1991 : La Note bleue d’Andrzej ?u ?awski : George Sand
1993 : François Truffaut : Portraits volés de Serge Toubiana et Michel Pascal : le témoignage
1993 : Pourquoi maman est dans mon lit ? de Patrick Malakian : Véronique
1994 : Tous les jours dimanche de Jean-Charles Tacchella : Marion
1995 : Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma d’Agnès Varda : (rôle coupé au montage)
1996 : Le Fils de Gascogne, de Pascal Aubier : elle-même
1996 : Marion de Manuel Poirier : Audrey
1998 : La Patinoire de Jean-Philippe Toussaint : la productrice
1999 : Le Temps retrouvé de Raoul Ruiz : Madame Verdurin
1999 : Pourquoi pas moi ? de Stéphane Giusti : Irène
2000 : Combat d’amour en songe de Raoul Ruiz : l’inconnue
2001 : Inch’Allah dimanche de Yamina Benguigui : Mademoiselle Manant
2002 : Comme un avion de Marie-France Pisier : Claire Forestier (+ scénariste)
2004 : Ordo de Laurence Ferreira Barbosa : la mère de Louise
2006 : Paid de Laurence Lamers : Gislaine
2006 : Un ami parfait de Francis Girod : la veuve de Barth
2006 : Dans Paris de Christophe Honoré : la mère
2006 : Pardonnez-moi de et avec Maïwenn : Lola, la mère
2009 : La Traversée du désir d’Arielle Dombasle : elle-même (témoignage)
2010 : Il reste du jambon ? d’Anne Depétrini : Nicole Lacroix
Court métrage
1962 : Antoine et Colette (sketch Paris du film L’Amour à vingt ans) de François Truffaut : Colette
1973 : Juliette ? de Philippe Pilard

Téléfilms
1972 : La Mort d’un champion d’Abder Isker : Jane Herbin
1983 : Le Crime de Pierre Lacaze de Jean Delannoy : Colette Ribert
1983 : Der stille Ozean : Florence
1986 : L’Inconnue de Vienne de Bernard Stora : Florence
1989 : Olympe de nos amours : Olympe
1992 : Une maman dans ma ville : Sabine
1994 : La Couleur du mensonge : Alice
1995 : La fidèle infidèle : Claire
1995 : Printemps de feu : Caroline Clairval
1996 : Notre homme : Violaine
1997 : La vérité est un vilain défaut : Monique
1997 : Une femme sur mesure de[Qui ?]
2000 : Un jeune français de Michel Sibra : Léna
2006 : Les enfants j’adore : Jacqueline
2007 : Dombais et fils de Laurent Jaoui : Cléopâtre
2007 : Miroir, mon beau miroir de Serge Meynard : Marie-Line
2009 : A.D.A. : L’argent des autres : Béatrice
2012 : Paradis criminel de Serge Meynard : Anne Lermercier
Séries télévisées
1972 : Pot-Bouille d’Yves-André Hubert : Berthe Josserand
1972 : Les Gens de Mogador : Ludivine
1978 : Le Temps d’une République : Louise Fontas
1979 : Terreur à bord : Lisa
1980 : Scrupules d’Alan J. Levi : Valentine O’Neill
1986 : Le Tiroir secret : Nathalie Duthilleul
1998 : Les Marmottes : Marie-Claire
1999 : Les Bœuf-carottes : Juge Roesch
2005 : Vénus et Apollon : Mme Pommerand
2008 : Clara Sheller : Iris
2009 : Revivre : Léa Goldenberg
2010 : Le Chasseur de Gérard Carré : Natacha Delaunay

Doumentaires
2011 : Belmondo, itinéraire… de Vincent Perrot et Jeff Domenech : elle-même (témoignage)
Scénariste ou réalisatrice
1974 : Céline et Julie vont en bateau, de Jacques Rivette : coscénariste et actrice
1979 : L’Amour en fuite, de François Truffaut : coscénariste et actrice
1990 : Le Bal du gouverneur : scénariste et réalisatrice, adapté de son roman
2002 : Comme un avion : scénariste, réalisatrice, actrice

THEÂTRE
1993 : Ce qui arrive et ce qu’on attend de Jean-Marie Besset, mise en scène Patrice Kerbrat, théâtre de la Gaîté-Montparnasse
1995 : Le Pain dur et Le Père humilié de Paul Claudel, mise en scène Marcel Maréchal, théâtre du Rond-Point
2002 : Liaison transatlantique de Fabrice Rozié, mise en scène Sandrine Dumas, théâtre Marigny
2005 : Chère Maître de Peter Eyre d’après la correspondance de Gustave Flaubert et George Sand, mise en scène Sandrine Dumas, théâtre de la Gaîté-Montparnasse
2005 : Liaisons Transatlantiques de Fabrice Rozié, mise en scène Sandrine Dumas, Florence Gould Hall New York
2006 : N’écoutez pas, mesdames ! de Sacha Guitry, mise en scène Patrice Kerbrat, Comédia
2007 : Le Nouveau Testament de Sacha Guitry, mise en scène Daniel Benoin, théâtre national de Nice
2009 : Le Nouveau Testament de Sacha Guitry, mise en scène Daniel Benoin, tournée, théâtre de la Croix-Rousse, La Criée, théâtre du Nord, théâtre des 13 vents, théâtre Nanterre-Amandiers
2009 : A.D.A. L’Argent des autres de Jerry Sterner, mise en scène Daniel Benoin, théâtre national de Nice
2009 : À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, lecture d’extraits, théâtre La Bruyère
Radio
15 octobre 2011 : Chambre noire de Claude Lucas, dramatique (59 minutes) diffusée dans l’émission Fictions/Drôles de drames sur France Culture, écouter en ligne [archive] : Marie-Matilda, la mère (émission enregistrée quelques jours avant son décès).

VOIX OFF
1981, un été en rose et noir, documentaire de Virginie Linhart

PUBLICATIONS
Le Bal du gouverneur, Grasset, 1984, roman (+ rééd. France-Loisirs et Le livre de poche, existe aussi sur cd audio, lu par elle-même)
Je n’ai aimé que vous, Grasset, 1986 (+ rééd. Le Grand livre du mois et Le livre de poche)
La Belle Imposture, Grasset, 1992, roman (+ rééd. Le Grand livre du mois et Le livre de poche)
Le Deuil du printemps, Grasset, 1997, roman (+ rééd. Le Grand livre du mois et Le livre de poche)
Chanson
1985 : Just a Woman, bande originale du film Les Nanas, musique de François Valéry.

DISTINCTIONS
1976 : César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Cousin, Cousine et Souvenirs d’en France
1977 : César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Barocco
2006 au Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz : meilleure actrice pour Pardonnez-moi