Il y cinquante ans

  • Mis à jour : 19 septembre

IL Y A 50 « ANS

- 19 septembre 1970 : Sortie du film « Le Reptile » de Joseph L. Mankiewicz

Synopsis =
Paris Pitman Jr. vole 500 000 dollars à un riche propriétaire et les cache dans une fosse de serpents à sonnettes. Il est arrêté et emprisonné dans une forteresse en plein désert de l’Arizona. Là, il se lie d’amitié avec d’autres détenus et en devient le meneur. Le directeur de la prison essaye de s’en faire un allié pour améliorer le sort des prisonniers, mais Pitman a d’autres idées en tête...

Distribution =
Kirk Douglas (VF : Roger Rudel) : Paris Pitman Jr.
Henry Fonda (VF : René Arrieu) : Woodward Loperman
Hume Cronyn (VF : Jacques Thébault) : Dudley Whinner
Burgess Meredith (VF : Henri Labussière) : ’Missouri Kid’
John Randolph (VF : Albert Médina) : Cyrus McNutt
Lee Grant (VF : Jacqueline Porel) : Mme Bullard
Martin Gabel (VF : Pierre Marteville) : Francis Le Goff
Michael Blodgett (VF : Jean-François Poron) : Coy Cavendish
Warren Oates (VF : Georges Atlas) : Floyd Moon
Arthur O’Connell : M. Lomax
C.K. Yang : Ah-Ping
Alan Hale Jr. (VF : Claude Bertrand) : Tabagie
Victor French (VF : Jean Lagache) : Whiskey
Bert Freed (VF : Raoul Curet) : Skinner
Ann Doran : Mme Lomax
Gene Evans (VF : Raoul Delfosse) : le colonel Wolff
Claudia McNeil (VF : Paula Dehelly) : ’Madam’
Byron Foulger : un membre du conseil municipal

- 18 septembre 1970 : Sortie du film « L’homme-orchestre » de Serge Korber

Synopsis =
On entre dans la compagnie de danse contemporaine d’Evan Evans (Louis de Funès) comme on entre en religion. Chez lui, la prise de poids et la vie sentimentale sont interdites ; les danseuses doivent se vouer corps et âme à la danse et sont dirigées d’une main de fer.

Alors qu’une de ses danseuses décide de quitter la troupe car elle souhaite se marier et que le statut marital est incompatible avec sa fonction chez Evan Evans, avec l’aide de Philippe (Olivier de Funès) son neveu et de Françoise (Noëlle Adam) son adjointe, Evan Evans fait passer des auditions afin de trouver une nouvelle perle rare. Il tombe sous le charme du talent d’Endrika (Puck Adams). C’est avec enthousiasme qu’il l’associe à la troupe.

Tout comme ses consœurs, Endrika doit vouer une entière motivation à la danse. Et pourtant, l’une des danseuses et pas la moindre, Françoise, s’offre une vie amoureuse au nez et à la barbe d’Evan Evans. Apprenant cela, il fait échouer cette idylle naissante en abusant de la naïveté de Philippe qui aura permis de faire des enregistrements d’une conversation entre lui et Françoise où il se fait rabrouer. Ces enregistrements seront utilisés par Evan Evans pour faire rompre à son insu Françoise d’avec Franco Buzzini (Franco Fabrizi), son amant.

Lors d’une tournée en Italie, Endrika se voit obligée de récupérer son fils mis en nourrice dans une famille italienne, fils dont elle n’a jamais parlé à qui que ce soit dans la troupe. Ne pouvant trouver rapidement une nouvelle nourrice, elle décide, sur les conseils de Françoise, de faire croire à Evan Evans, par le biais d’une lettre, que l’enfant est celui de son neveu qu’il aurait eu lors d’une aventure durant une des précédentes tournées en Italie.

Evan Evans demande alors des comptes à son neveu, afin de savoir si c’est vrai, et avec qui il aurait eu cet enfant. Celui-ci ne nie pas. Cet enfant doit être de lui, et la mère doit être une jeune Sicilienne (Paola Tedesco) avec qui il a eu une aventure. Evan Evans décide d’aller voir les parents de la jeune fille, afin d’éclaircir les choses. Lorsqu’il arrive dans cette famille, il découvre avec effroi que non seulement le bébé n’est pas d’elle, mais qu’effectivement elle a eu une petite fille, dont il hérite et qu’il se voit obligé de ramener à l’hôtel.

Evan Evans demande de nouveau des comptes à son neveu, pour savoir enfin qui peut être la mère du petit garçon. Philippe pense qu’il doit s’agir de la bonne d’un marquis romain (Franco Volpi). Evan Evans va donc voir le marquis, et apprend que celui-ci a épousé sa bonne qui n’a jamais eu d’enfant. C’est confus qu’il rentre à l’hôtel. Philippe ne voit pas du tout qui pourrait être la mère du petit garçon.

Evan Evans et Philippe trouvent une nourrice pour s’occuper des deux enfants, et c’est dans d’énormes tambours qu’ils sortent les enfants de l’hôtel. Endrika, Françoise et les autres danseuses découvrant la disparition des enfants, croient qu’ils ont été enlevés et préviennent la police italienne, qui ne met pas longtemps à retrouver Evan Evans et Philippe pour les interroger.

Ce n’est pas sans mal qu’ils tentent d’expliquer au commissaire (Marco Tulli) comment ils en sont arrivés à transporter deux bébés dans des tambours, mais heureusement l’arrivée des danseuses et de la mère de la petite fille permet d’éclaircir les choses pour que tout se termine bien, avec à la clef l’annonce du mariage de son neveu avec la Sicilienne.

Distribution
Louis de Funès  : Monsieur Édouard, alias Evan Evans, impresario et maître de ballet d’une troupe de danseuses
Noëlle Adam  : Françoise, l’adjointe de M. Evans
Olivier de Funès : Philippe, le neveu de M. Evans, musicien
Daniel Bellus : Le jeune automobiliste au feu rouge conduisant la Lamborghini jaune
Max Desrau : L’automobiliste au feu rouge conduisant la Ford Mustang noire
Tiberio Murgia : Le père sicilien
Vittoria di Silverio : La dame de Rome
Paola Tedesco : La jeune Sicilienne
Franco Volpi : Le marquis
Michèle Alba : Une danseuse
Lydie Callier : Une danseuse
Géraldine Lynton : Une danseuse
Françoise Occhipinti : Une danseuse
Christine Reynolds : Une danseuse
Annie Trembasiewicz : Une danseuse
Leila Bouvier : Une danseuse
Françoise Gres : Une danseuse
Sylvie Maumet : Une danseuse
Elisabeth Plazanet : Une danseuse
Rosario Toledano : Un danseur
Danielle Minazzoli (comme Danielle Valdrini) : Une danseuse
Puck Adams : Endrika, la danseuse mère du petit garçon
Franco Fabrizzi : Franco Buzzini, le fiancé de Françoise
Marco Tulli : Le commissaire
Paul Préboist : Le directeur de l’hôtel romain
Micheline Luccioni  : La passagère qui drague sur le yacht (non créditée)
Martine Kelly : La danseuse qui se marie (non créditée)
Jacqueline Doyen : L’automobiliste au feu rouge conduisant la MG blanche (non créditée)
Christor Georgiadis : Chris, preneur de son et cuisinier de la troupe (non crédité)
Michel Charrel : Un agent de la circulation (non crédité)
Ibrahim Seck  : Le chauffeur du car (non crédité)

- 9 Septembre 1970 : Sortie du film « Domicile conjugal » de François Truffaut

Synopsis =

Christine Darbon marche dans une rue de Paris. Elle porte un étui à violon. Elle s’arrête pour acheter des fruits. On ne voit que ses jambes et le violon. « Voilà Mademoiselle », lui dit la marchande. « Non pas mademoiselle. Madame ! » rectifie Christine. Antoine Doinel a épousé Christine Darbon ; toujours instable, il exerce provisoirement un métier inhabituel : il teint des fleurs dans la cour de son immeuble, pour les rendre plus attrayantes. Christine donne chez elle des leçons de violon. Elle est bientôt enceinte et Antoine, qui a perdu son emploi de fleuriste à la suite d’une mauvaise manipulation chimique, entre dans une importante entreprise américaine qui effectue des recherches et expériences hydrauliques. Christine donne naissance à un garçon, qu’elle veut appeler Guylain, mais qui s’appellera Alphonse ; c’est sous ce prénom qu’Antoine le déclare à la mairie. Celui-ci, toujours volage, rencontre une Japonaise, c’est la première fois qu’il trompe Christine. Kyoko envoie à Antoine des petits mots d’amour et les cache dans un bouquet de tulipes. Christine remarque que les tulipes s’ouvrent les unes après les autres laissant tomber les mots sur la table. Christine sent bien qu’Antoine la trompe, et un soir elle l’accueille habillée en Japonaise, de grosses larmes coulant sur ses joues maquillées. Christine et Antoine vont se séparer mais Antoine s’ennuie avec Kyoko. Un soir, au restaurant, alors qu’il dîne avec elle, Antoine quitte la table à plusieurs reprises au cours du repas pour téléphoner à Christine. Antoine retrouve Christine : le couple se reforme.

Distribution =
Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
Claude Jade : Christine Doinel
Hiroko Berghauer : Kyoko
Barbara Laage : Monique, la secretaire
Danièle Girard : Ginette, la serveuse
Daniel Ceccaldi  : Lucien Darbon
Claire Duhamel : Madame Darbon
Daniel Boulanger : Ténor, le voisin
Silvana Blasi : Silvana, la voisine
Pierre Maguelon : l’ami de Césarin
Jacques Jouanneau : Césarin du bistrot
Claude Véga : l’étrangleur
Jacques Rispal : M Desbois
Jacques Robiolles : Jacques
Pierre Fabre : L’employé de bureau ricaneur
Christian de Tillière : Baumel
Billy Kearns : M Max, le patron américain
Annick Asty : La mère de Marianne
Marianne Piketti : Marianne
Guy Piérault : le réparateur TV
Marie Dedieu : la prostituée Marie
Marie Iracane : Mme Martin, la concierge
Yvon Lec : Le contractuel
Menzer : Le petit homme
Christophe : Le petit Christophe
Philippe Léotard : le type bourré (non crédité)
François Truffaut : voix du marchand de journaux (non crédité)