Il y cinquante ans

  • Mis à jour : 15 septembre

IL Y A 50 « ANS

- 15 Septembre 1971 : Sortie du film « Soleil rouge » de Terence Young

Synopsis =
Au printemps 1870, en Arizona, un ambassadeur japonais accompagné de deux samourais, Kuroda et Namuro, se rend à Washington à bord d’un wagon privé pour prendre ses fonctions. Il est chargé de remettre au Président des États-Unis, de la part de l’Empereur du Japon, un sabre de samouraï de grande valeur. Dans ce même train voyage une redoutable bande de hors-la-loi, commandée par Link et son second Gauche, qui projettent d’attaquer le wagon postal. Les bandits s’emparent de l’or, mais Link et Gauche volent également le sabre, non sans avoir tué Namuro. Gauche, convoitant pour lui seul le chargement d’or, fait tuer Link par ses complices.

Après le départ des bandits, Kuroda retrouve celui-ci gravement blessé. Il le soigne dans l’espoir qu’il l’aidera à retrouver la bande. Le samouraï est en effet chargé par son ambassadeur de retrouver le sabre sous 7 jours, sans quoi il devra se faire hara-kiri. Les deux hommes décident de poursuivre à pied et sans armes à feu les bandits à travers le désert. Link essaye par tous les moyens de perdre Kuroda, car celui-ci a juré de tuer Gauche pour venger son compagnon, alors que le hors-la-loi en a besoin pour retrouver le trésor volé. Peu à peu une sorte de respect mutuel commence à naître entre les deux hommes.

Dans le bordel d’un petit village mexicain ils retrouvent Christina, la fiancée de Gauche, et Pépita, la tenancière et amante de Link. Attendant Gauche, ils sont presque surpris le lendemain par une partie de sa bande, venue enlever Christina. Link et Kuroda les tuent tous sauf un et prennent Christina en otage.

Après trois jours de marche forcée et une rencontre avec les Comanches, Kuroda, Link et Christina arrivent en vue de la mission où Link a donné rendez-vous à son ancien compagnon. Méfiant, Link avance à travers les cannes à sucre, protégé par Christina. À l’intérieur de la mission tout est calme, Kuroda les rejoint. Gauche et ses hommes surgissent alors des greniers et s’apprêtent à les tuer, mais soudain l’un d’eux s’écroule transpercé par une flèche : les Comanches attaquent. Le combat est violent. Les protagonistes réussissent à se réfugier dans le champ de canne à sucre mais les Indiens l’incendient. Gauche, Link, Christina et Kuroda réussissent finalement à tuer tous les Indiens.

Gauche tue le samouraï. Link, qui lui a promis de remettre l’épée au Président, tue son ancien complice, puis, ignorant les propositions d’association de Christina, la ramène chez Pepita. Il finit par déposer le sabre à la gare où doit passer l’ambassadeur japonais.

Distribution :
Charles Bronson (VF : Edmond Bernard) : Link Stuart
Toshirô Mifune (VF : William Sabatier) : Kuroda Jubei
Ursula Andress (VF : Perrette Pradier) : Christina
Alain Delon (VF : lui-même ) : Gauche alias Gauche Kink
Capucine (VF : Elle-même) : Pepita
Bart Barry : Paco
Lee Burton : Mace
Georges Lycan (VF : Marc de Georgi) : Shérif Stone
Luke Merenda alias Luc Merenda (VF : Marc de Georgi) : Chato
Satoshi Nakamura (VF : Albert Augier) : Ambassadeur Japonais
Jo Nieto :
Jules Pena : Peppie
Mónica Randall : Maria
Hiroshi Tanaka : 2e Samuraï
John B. Vermont :
Tony Dawson (VF : Louis Arbessier) : Hyatt

- 15 Septembre 1971 : Sortie du film « Sans mobile apparent » de Philippe Labro

Synopsis =
Nice, 1971. L’inspecteur Carella enquête sur deux meurtres semblables commis la même journée. Deux autres surviennent le lendemain. Une course contre la montre s’engage pour trouver le lien entre ces quatre meurtres sans mobile apparent.

En trois jours, trois cadavres : celui d’un promoteur immobilier, Forest, celui d’un jeune playboy, Barroyer et celui d’un astrologue, Kleinberg. L’inspecteur Carella décide de fouiller la vie des trois victimes, car il existe, il en est sûr, un lien entre elles. Grâce à la belle-fille de Forest, Sandra, il entre en possession du carnet de rendez-vous de l’industriel, sur lequel figure une liste de noms féminins. Parmi eux, celui d’une de ses amies, Jocelyne Rocca. Carella l’invite chez lui et apprend qu’elle a connu les trois victimes à l’université. Il pressent qu’elle sera la quatrième victime ; mais il est trop tard, elle est tuée, elle aussi, en sortant du domicile de l’inspecteur. L’arme du crime est un fusil à lunettes : c’est le seul élément que possède l’inspecteur Carella. Carella se dirige vers l’université : le professeur Palombo est justement en train de répéter une pièce, Juliette, dont le personnage principal est joué par Sandra Forest. Ceci intrigue Carella qui la suit alors qu’elle quitte la répétition. Il la surprend quelques minutes plus tard en train de voler un document. Celui-ci permet à l’inspecteur de découvrir ce qui unissait les victimes et de protéger l’éventuelle « cinquième » : reste à trouver le mobile du crime et à rattraper l’assassin.

Distribution =
Jean-Louis Trintignant  : l’inspecteur Stéphane Carella
Dominique Sanda : Sandra Forest
Carla Gravina : Jocelyne Rocca
Sacha Distel  : Julien Sabirnou
Paul Crauchet  : Francis Palombo
Stéphane Audran  : Hélène Vallée
Jean-Pierre Marielle : Perry Rupert-Foote
Laura Antonelli : Juliette Vaudreuil
Gilles Segal : Di Bozzo
Jean-Jacques Delbo : le supérieur
André Falcon : le sous-préfet
Erich Segal : Hans Kleinberg
Alexis Sellam : Pierre Barroyer
Michel Bardinet : Tony Forest
Esmeralda Ruspoli : Mme Forest
Jean-Claude Rémoleux : un candidat au jeu TV (non crédité)
Philippe Labro : un journaliste au téléphone (non crédité)